Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 00:09

1041588-bal-tragique-a-colombey-1-mort.jpg

 

 

Avant toutes choses je présente mes excuses à mes abonnés pour le déferlement de 3 chroniques subi hier en sus des  2 habituelles. En effet, mon hébergeur Overblog en RTT dimanche dernier les a envoyées dans la nature sans qu’elles vous arrivent à la date prévue.  Désolé mais je suis comme tous les blogueurs entre les mains du bon vouloir de mon hébergeur et Overblog est coutumier de ce genre d’incidents qui  se produisent le WE avec ce qu’ils appellent une simple astreinte : en clair la maison est fermée avec un mec censé assurer que tout fonctionne bien.

 

Je le concède Charlie-Hebdo n’est plus ce qu’il était. Elles sont loin les grandes unes comme « bal tragique à Colombey 1 mort » la provocation est plus besogneuse et les grands crayons ont déserté la Taule. Cependant je ne peux m’empêcher de reproduire un édito de Charb pondu en juillet de cette année.  


Ça ne fait pas dans le raffinement, mais ça n’a jamais été le style de la maison, c’est parfois un peu besogneux mais ça traduit assez bien une forme de ras-le-bol très répandu dans les pots d’entreprise ou d’institutions, où si tu veux licher tu as le choix entre champagne marteau-piqueur, un whisky qui pue la punaise et un porto que même le 3e âge bouderait à la fête de fin d’année de la maison de retraite.


Comme je vais passer mon vendredi  en Champagne avec mes amies Magalie et Cassandre je me devais de promouvoir, face au flux des bulles champenoises de fond de rayon de GD, le champagne fait aux petits oignons par mes amis vignerons.

 

Bertrand Gautherot Vouette&Sorbée « A travers le monde, il y a 600 millions de personnes qui boivent du #champagne. Et 590 millions qui s'ennuient. » link 


Compte-rendu de la visite un de c’est 4 sur mes lignes.


Encore un pied-de-nez au copyright mais je vois mal Charlie-Hebdo me traîner devant les tribunaux.


 

1097-champagne-web.jpg

 

C'est la fêêêêêête! Ah. À quoi tu vois ça? Mais y a du champagne! C’est ainsi, toutes «les grandes occasions» sont arrosées de champagne. Cette pisse aigre et gazeuse qui ramone l’œsophage est inévitable. On peut échapper à tous les bizutages en luttant un peu, mais pas à celui qui consiste à lamper du champagne. Au fin fond de n’importe quel trou à rats, tu tomberas toujours sur un blaireau avec une bouteille à la main. Je suis sûr que dans le couloir des condamnés à mort, aux États-Unis, on picole du champ’ de temps en temps! Des pèlerins partis à La Mecque ont eu la curiosité́ de soulever le voile noir qui recouvre la Kaaba, c’est une réserve de champagne ! Ils sont rentrés très déçus...


Même celui qui ne boit jamais d’alcool a dû consentir un jour à tremper ses lèvres dans une coupe. Si tu refuses de céder au rituel, le maitre de cérémonie te dira que si tu n’aimes pas ça, c’est que tu n’en as jamais goûté́ de bon. Alors, convaincu que tu as la chance de déguster un nectar exceptionnel, tu fourres tes lèvres dans cette flûte en plastoc qui te râpe le nez. Pouah! C’est une immonde piquette! Mais tu ne dis rien, tu avales le machin et même tu rotes pour bien montrer que les bulles ont fait leur métier de bulles. Ha, ha! T’as fait plaisir à l’abruti qui guettait ta réaction. Il est bon, hein! Il vient d’un petit producteur que personne ne connaît et qui me fait des prix... Tu m’étonnes que personne ne le connaisse, il doit être recherché pour empoisonnement dans plusieurs pays, l’escroc! Il trait des boucs morts pour la faire, sa bibine! Le pompon, c’est quand le foireux œnologue te braille dans les oreilles: «Si tu veux, je peux t’en commander, j’ai des prix...»


Ouiiiiii, il y a des bons champagnes, ce n’est pas la question! Mais même s’il n’y en avait que des bons, pourquoi c’est obligatoire d’en avaler à tout bout de champ? La fête à laquelle tout le monde est en train de s’emmerder ne peut pas être ratée, il y a du champagne! Le champagne, qu’on se le dise une bonne fois, n’est pas une potion magique pour réussir les baptêmes, les mariages, les pots de départ et les enterrements. Les tristos et les tocards pensent pouvoir compenser leur absence totale du sens de la fête par du pinard à bubulles. Ça ne marche pas! Mais si, c’est la fête, le bou- chon a fait «spoup!». Il a laissé́ une trace au plafond, c’est bien la preuve! C’était le 31 décembre de l’année dernière, tu te souviens! Oui, comme tous les ans depuis des millions d’années, le bouchon a fait «spoup!» et il a laissé́ une trace au plafond... même que la précieuse bouteille a éjaculé́ de la mousse sur la moquette! Mais ça tache paaaaaaaaaas, c’est du champaaaaaagne!


La seule occasion qui mérite qu’on fasse les frais d’une bouteille de champagne, c’est lorsqu’il s’agit de baptiser un navire. D’accord, c’est con. Mais au moins, la bouteille qu’on éclate sur la proue, personne ne sera contraint de la boire. Bon, c’est vrai, c’est triste pour les poissons.


Je crois que vous en serez d’accord, il faut foutre à genoux tous les porteurs de nœuds papillons qui servent du champagne avant de les exécuter d’un tir de bouchon derrière la nuque. Amen.


Charb

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 21/12/2013 12:18


En relisant cette chronique j'y trouve, dans le titre du moind, comme un petit relant d'ironie à l'égard de la Blanquette de Limoux ( c'eut été la même chose pour la Clairette de Die ou tout
autre vins à bulles de vielle tradition - La blanquette  est le plus ancien vin effervescent de l'histoire  - tel le vin de Cerdon ou le Vouvray pétillant ) dans chacune des régions
concernées se trouve de vrais vignerons qui aiment ce qu'ils font ( la manière de travailler et le produit qui en résulte )Et depuis longtemps tout le monde sait qu'il vaut mieux boire une bonne
Blanquette qu'un champagne médiocre.


Et puis on ne peut évoquer Limoux sans parler de Joseph DELTEIL, paysan ecrivain, comme il aimait le rappeler lui même, totalement excentrique dans le monde littéraire ou après avoir été adulé
par les surréalistes puis "excommunié" fréquentât les plus grands noms de la littérature mondiale. Il fût représentant de Blanquette pour la maison Genie et se piqua d'être vigneron sur la
parcelle de vigne hérité de son père.


La suite dans : La Deltheillerie paru en 1968 : Vaut le détour comme on dit chez Bibendum

patrick axelroud 20/12/2013 06:41


Bonne journée, cher Taulier ! C'est en effet chez des viticulteurs amis, donc, qu'avec le temps on a appris à connaitre, que l'on peut trouver un bon produit digne de confiance et qui tient ses
promesses.Le monde du champagne est plein de curiosités qui amènent à réfléchir, d'ou,probablement la critique  plus globale de CHARB.


En vrac : les dégustations à l'aveugle en périodes de fêtes par les défenses de consommateurs ou la plus part du temps, un champagne de petit producteur ou même un intrus (souvent, un crémant
d'Alsace sortait vainqueur . Le nombre de cols tenu plus ou moins secret de la cuvée " de luxe  " DOM PERIGNON ( +/- 3 000 000 ! - soit le luxe pour tous pourvu que tu craches au bassinet)
en passant par l'usage de la transvaseuse dénoncé par Guy RENVOISE dans Le Monde du Vin a-t-il perdu la raison? Sans oublier, lors des vendanges les norias de camion citernes qui
remontent du vignoble aubois vers les maisons de production rémoises.Un peu glauque tout ça.


Bonne dégustation veinard de Taulier : on attend tes commentaires le pied ferme.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents