Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 00:09

Jeff-Buckley.jpg

 

Vous allez me dire : « François qui ? »


Des François j’en ai connu de célèbres : le florentin de Jarnac et bien sûr le punching-ball des réseaux sociaux : l’actuel locataire de l’Élysée. Mais, ceux-ci, il m’étonnerait qu’ils eussent possédé, puis jeté, leurs vinyles, faire de la politique ne prédispose guère à ce genre de frivolités.


Mon François à moi – ce possessif est amical – même s’il est bourguignon, n’est pas en cette affaire de vinyles le président de la Bourgogne, région qui en voie de consommer une union avec la Franche-Comté, mais un autre dont je vous laisse deviner le nom : il chante chaque jour sur les réseaux sociaux la Bourgogne en live.


Ce cher François se lamentait l’autre jour sur FB ou Twitter : « mais pourquoi j’ai jeté mes vieux vinyles… » et c’est pour cela que j’ai décidé de lui dédier cette chronique.


Comme je suis un affreux conservateur – mes armoires sont pleines de mes vieux pulls et de mes vieilles chemises – alors j’ai conservé mes vieux vinyles et même que dans les brocantes j’ai acheté pour une bouchée de pain des coffrets d’opéra en superbe état (les amateurs de musique classique sont des gens soigneux.)


Bref, dernièrement pour retrouver le son de ma jeunesse – pas ma jeunesse malheureusement –  j’ai investi dans un tourne-disque avec ampli intégré et les 2 enceintes qui vont avec. Un petit bijou anglais.


platine.jpg

 

Cerise sur le gâteau, on m’a offert des vinyles à Noël !


Mais, y’a un mais « Les presses à vinyles ont quarante ans »


« Il faut savoir une chose : les vinyles que l’on fabrique aujourd’hui sont les mêmes que ceux qui étaient fabriqués il y a 50 ans. Même procédé, mais surtout mêmes machines. Les presses et les graveuses qui tournent en usine pendant que vous lisez cet article fonctionnaient déjà il y a belle lurette.


Le problème, c’est que plus personne n’en fabrique de nouvelles. Pas assez rentable. Car le retour du vinyle est relatif. « Au plus fort du vinyle, une petite commande en usine, c’était 10 000 exemplaires. Faire une commande d’un million, ça pouvait arriver », lance Benjamin Joubert, ingénieur-son au très pointu studio Translab à Paris, et spécialisé dans le mastering et la gravure de vinyles (un des rares à détenir cette dernière compétence en France). Aujourd’hui, une commande normale, c’est 500 exemplaires. » link


Si vous souhaitez commander une nouvelle platine vinyle lisez ceci link


Jeff-Buckley2.jpg

 

Moi je m’en tiens-là et pour François je lui offre la version de « Hallehujah » du regretté  Jeff Buckley malheureusement avec le son froid de You Tube et de Deezer…


Joyeuses fêtes François !


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 04/01/2015 11:22


Dans ma lointaine ( forcément lointaine ) jeunesse c'est les 78 tours que l'on collectionnait avec les " tournes disques " mécaniques et la pointe de lecture en acier ( 2 minutes 35 de bonheur
!  chante Sylvie Vartan )avant de céder la place au microsillion ( 45 tours,33tours,plus rarement 16 tours) dont l'avantage avec les " long player" " était de moins se lever de son fauteuil
pour mettre la face 2 .L'apparition , par la suite, du "chargeur"  permettait d'entasser une dizaine de disque qui déscendait automatiquement sur la platine une fois achevé le précédent.Le
CD a comblé les paresseux au détriment de la qualité sonore. That's life !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents