Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 00:09

Chaval.jpg

 

Beaucoup d’entre vous, après le massacre, ont exhibé un crayon pour rendre hommage aux gars de Charlie, à la liberté d’expression.


Les dessinateurs de presse m’ont toujours fasciné car très souvent, en quelques traits, bien mieux que de savantes analyses ils savent capter la vie dans toute sa vérité pas forcément très agréable.


Bosc et Chaval furent de ceux-là, et pourtant Chaval qui dessinait « avec difficulté, sans grand plaisir, pour pouvoir bouffer », qui a avoué avoir eu « mentalement, un côté collabo » et dont l’antisémitisme tenait davantage du populisme antidreyfusard que d’une idéologie de la haine raciale, n’est pas vraiment un homme avec qui j’aurais eu des atomes crochus.


« Chaval admirait Céline. Il y a des affinités entre ces deux-là : une même détestation de la société, une même misanthropie, un même amour des animaux aussi. Il y a du Léautaud aussi. Il y aurait beaucoup à dire sur les râleurs, leurs excès, leur prophétisme du malheur, leurs ruses aussi. Cette façon franchouillarde d’être anti-français. »


« Chaval est contre tout et contre tous. L’homme est un con, un con dangereux et un salaud aussi »


« Les idées politiques de Chaval seront sans nuance : « Je n’ai jamais appartenu à aucun parti politique. Je n’ai jamais milité. Je suis toujours resté seul. Je crois seulement que les hommes d’État, les dirigeants, les grands militaires, les présidents, toutes ces histoires-là, je crois que dans l’ensemble ce sont des ordures. »


Alors pourquoi me direz-vous évoquer Chaval en cette période difficile ?


Tout simplement parce que l’accès, via la Toile, à la libre expression débouche très souvent, et j’utilise ce verbe à dessein, sur des propos de bidet, du vomi, de la merde bien grasse. Les auteurs de ces merdes cultivant la même exécration que Chaval des puissants.

 

Je tire très souvent la chasse tout en m'étonnant de l'intérêt que portennt certaines de mes relations à ces écrits fétides.


Et puis, aussi peu estimable qu’il fut, CHAVAL avait, lui, du talent alors que nos graphomanes en sont absolument dépourvus.


* Les entre-guillemets sont des extraits de la préface de Frédéric Pajak au livre « Les Hommes sont des cons » de Chaval

 

Chaval2.jpg

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 19/01/2015 21:26


Je ne sais pas quel retentissement ont eu Chaval, ou Bosc, en dehors des frontières de l'hexagone. Moi, je ne les connaissais pas, mais ma culture est limitée, en dehors des choses du vin où,
sans aucune modestie, je revendique un minimum de savoir. Je crains toutefois de mériter tes reproches EGALEMENT, une fois encore: je n'aime pas les puissants. Cela ne va jamais jusqu'à
l'exécration (pas très intéressant, ce sentiment) et ne débouche pas sur ce que tu appelles du vomi, enfin, pas consciemment en tout cas.


Toutefois, chaque fois que j'ai fréquenté des gens investis d'un réel pouvoir, je leur ai trouvé certes des qualités d'intelligence et d'adapatbilité, mais elles étaient toujours compensées par
des travers immensément plus méprisables à mes yeux. Et chaque fois que j'ai vu des gens accéder au pouvoir alors qu'il n'en possédait pas autant auparavant, cette évolution s'accompagnait
immanquablement de la perte d'une bonne partie de ce que j'attends chez un être humain. Ce n'est pas moi qui ai inventé "Le pouvoir corrompt ... etc" bien sûr, mais je confirme. 


Bien sûr, ton expérience prévaut sur la mienne, tant tes relations ont été plus puissantes que les miennes, et pendant plus longtemps, mais peut-être as-tu développé envers eux une forme
d'indulgence, à force...


On me rétorquera que c'est jalousie de ma part. En mon âme (?) et conscience (ça oui !), je ne le crois pas. Voilà, sans que cela génère chez moi la prose nauséabonde que tu cites, je n'aime pas
les puissants, m'en méfie et les évite, avec application.

patrick axelroud 18/01/2015 10:20


CHAVAL, comme BOSC se sont suicidés. Ils devaient faire partie de ces gens qui ont une sensibilité hors du commun qui leur permettent de percevoir des choses étrangères aux gens de pouvoir (
quelqu'ils soient - politique,financier etc) trop préoccupés par leur misérable petite ambition personnelle. D'ou une impossibilité à adhérer au moindre discours du type de ce que l'on appelait
pas encore langue de bois. ils étaient condamnés à vivre avec cette boule de souffrance au creux de l'estomac qui finit par les mener au geste final.


Pour CHAVAL il n'y a pas que les hommes qui soient des cons.Un de ses albums,ainsi qu'un court métrage, titrait en 1064 : "Les Oiseaux son des Cons" Conclusion peut être tirée du fait
qu'ils se soient laissés anéantir lors de la mise en oeuvre de la campagne de MAO et accompagnant le "grand bon en avant" celle des 4 nuisibles (1958/1960)et dont les oiseaux constituait le 4éme
! (hihihi)

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents