Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:09

photoBenoist.jpg

 

Les libertaires, quand ils ne sont pas devenus sectaires à force de trop bouffer du curé et de la culotte de peau, sont de bons vivants plutôt ripailleurs et bon buveurs. Benoist Rey qui, comme ma pomme, a « connu la saumâtre cuisine des collèges de curés », vient de commettre un petit opus au titre gouteux « Mieux vaut boire du rouge que broyer du noir » aux éditions libertaires bien sûr 10 euros.

 

Adepte, comme Joseph Delteil (lire chronique « La cuisine émoustille l’âme : je choisis mon pain entre cent, à des lieues, et je foule mon vin moi-même... » link) de la cuisine considérée comme un art primitif, notre homme, cuisinier autodidacte, bonne plume, nous offre une tortore roborative toujours ponctuée du jaja qui va avec. Benoist Rey, dit « papy Mauzac » dixit ses petits enfants, est addict depuis vingt ans du Mauzac nature de Robert Plageoles à Cahuzac alors je peux hisser le drapeau noir au-dessus de la marmite ! Je le fais avec d’autant plus d’entrain que notre Ariégeois d’adoption sait porter le fer là où ça fait mal lorsqu’il écrit « Après la cuisine « bourgeoise », après la « nouvelle » cuisine nos Vatel modernes ont inventé la cuisine « déstructurée ». Trop alambiquée pour moi, je l’ai rebaptisée la « cuisine démolie ».

 

Rien que pour vanner Siné et tous les libertaires bouffeurs de curé : tout de même, vous faire imprimer dans un patelin répondant au nom de Vauchrétien, faut pas charrier mémé...

 

Pour vous mettre en appétit : une profession de foi - désolé Benoist - que je fais mienne moi qui fait toujours mon marché...

 

Le Marché

 

« C’est là où commence la vraie cuisine. Celui qui ne fait pas son marché est un faiseur. « et surtout, lève-toi tôt ! » dixit Delteil. Au saut du lit, à la pointe de l’aube, petit déjeuner roboratif et silencieux. Du café fort. Ne jamais jeter celui de la veille : il fera l’affaire avec son odeur de recuit et son goût de caramel.


Pendant vingt ans, j’ai mangé chaque matin, trois œufs au plat ou à la coque. Le pain de la veille est grillé. Du beurre, salé évidemment. Miel ou confiture, selon l’envie ou le ciel. Il faut toujours commencer une journée le ventre plein et chaud. Le jeûne et l’abstinence sont l’invention des curés de toutes confessions. Tout petit, chez les « bons pères », je tombais d’inanition, en attendant le petit déjeuner, après la messe et l’étude.


Et surtout, prendre son temps. Être lent est un luxe de pauvre. Depuis plus de quarante ans, je ne dois plus mon temps à personne qu’à moi-même. Et pourtant je ne le ménage pas. Je l’étire à mon goût, j’en dispose à mon gré. C’est pour cela que la course et la vitesse me semblent une occupation d’imbéciles. Aller vite pour revenir à son point de départ, quelle ânerie ! quelle perte de temps !


Pendant vingt-cinq ans, le marché de Saint-Girons, en Ariège. Un conseil : y arriver tôt. Le temps de faire le tour des étals, tous les sens en éveil. Toucher, tâter, renifler, goûter, au besoin. La fermeté d’un légume, le satiné d’un fruit, l’œil d’un poisson, l’onctuosité d’un fromage, l’odeur d’un pain... »

 

Pour finir : une anecdote à propos du regretté Marcel Lapierre, un aphorisme et une histoire de vigneron

 

- « Au premier salon (tout à fait informel) des vins sans soufre (mais pas sans soif), il ouvrait bouteille sur bouteille. À Poulos qui lui demandait comment il avait prévu si large, Marcel lui répondit, impérial : « j’en ai pris trop pour qu’il y en ait assez. »

 

- « un repas sans ail, c’est un baiser sans moustache ! »

 

- « Un vigneron se retrouve sous son tracteur, les jambes broyées. Au médecin du Samu qui lui demande : « Vous souffrez », il répond, stoïque : « Non je sulfate. »

 

Allez, comme l’écrit Benoist Rey « Que ce livre vous donne faim et soif ! »

 

Allez Françoise pousse la chansonnette pour Benoist !

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel SMITH 03/06/2011 01:08



@ Bonne nuit les Gens : la Lozère, à mes yeux, il y a longtemps certes, ne possédait aucun feu rouge, enfin "feux tricolores". Et rien que ça, c'était génial.



Muse Cad 02/06/2011 22:02



Cher Daniel, au risque de vous faire une réponse à la noix, j’insiste ! et l’avis du Routard n’y changera rien : la
Lozère est bien le trou du Q du monde : les truites ne sont plus - ou peu s’en faut - qu’un lointain souvenir. Le loup du Gévaudan hurle gentiment derrière les barreaux de sa vaste prison
pour épater l’enfant des villes qui n’a plus peur de lui depuis belle lurette , l’habitant à moustache et casquette, qui a troqué ses sabots contre des charentaises depuis que le Routard invite à
dormir chez l’habitant (on appelle ça des chambre d’hôtes) fait comme s’il aimait le vent - pour ne pas dire la tourmente – juste histoire de ne pas passer pour un imbécile.


 Non vraiment, Daniel, on peut à la rigueur pour appâter le chaland dire
que l’Aubrac ressemble à l’Irlande, en précisant, pour ne pas le rebuter, qu’il y a beaucoup moins d’Irlandais sur le plateau qu’à Dublin.


 


Bonne nuit Les Gens



daniel cherel 02/06/2011 20:48



Muse Cade, encore  une "commentariste" ajouter au tableau de chasse de notre blogueur. Mais quelle muse l'a piquée ? serait elle devenue sauvage, elle aussi, loin de Toulouse son païs ?
 Le routard 2011 n'aurait pas osé le trouduc  il est écrit page 618 au sujet de la Lozère et plus particulièrement de l'Aubrac je cite "un bout du monde". Oui mais quel bout du monde.
Je re cite :"Des ruisseaux à truites courent dans cet immense vide où l'horizon n'a jamais été aussi vaste et lointain. Rien pour arrêter le regard, sinon la silhouette  humble de ces burons
couverts de lauzes ou ce clochers peignes qui semblent vouloir coiffer les cheveux du ciel tellement ils s'en approchent.......... la chaleur et la vie se réfugient dans les maisons  aux
murs héroïques, à l'image de ses habitants, ouverts, chaleureux qui affrontent vaillamment les rudes mois d'hiver" Comment ne pas tomber sous le charme ?



Muse Cad 02/06/2011 16:43



Tenez Monsieur Smith, pour vous, un clip d'enfer, belle invitation à venir découvrir le trou du Q du monde... Et vive le Quat'Huit!


http://www.youtube.com/watch?v=BusAyngrwPY



Sylvie Cadio 02/06/2011 14:44



Je vous remercie de ces judicieux conseils. Mais qu'elle soit haute ou basse la Lozère reste un pays de sauvages



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents