Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 12:00

Dans toutes les affaires il y a les de sources sûres, les mieux informés que les autres, moi je n’en suis pas. Michel Chapoutier a pris l’initiative de publier une lettre à ses collègues sur mon blog et puisqu’on l’accuse de m’avoir roulé dans la farine, donc trompé, il est de mon devoir de lui accorder un droit de réponse.

 

Et surtout qu’on ne vienne pas me dire que ces échanges via mon espace de liberté nuisent au dossier. S’adresser à l’opinion publique et aux politiques qui sont sensibles à celle-ci, est une chose, argumenter un dossier dans les prétoires en est une autre. Tout mélanger n’est pas de bonne politique : cette histoire de murs publicitaires ne me concerne pas, et ne concerne pas le juge administratif, c’est aux intéressés de s’entendre entre eux et de déterminer la bonne stratégie à adopter pour avoir le soutien de leur environnement proche et des défenseurs du respect des paysages.Tout le reste n'est que littérature, secret de polichinelle et confusion des genres. Dans cette affaire, je ne fais que mon job de blogueur indépendant et je ne suis le porte-parole de qui que ce soit. Je donne la parole à qui veut bien la prendre, avec en corollaire que les propos n'engagent que leur auteur. Toute personne qui voudrait profiter de mon hospitalité sur ce sujet est la bienvenue.


Lucia3-6938.JPG

« Il faut noter que dans ma proposition la maison Chapoutier a le même nombre de murs publicitaires, (qui ne sont pas de soutien) que la maison Jaboulet ( 2 chacun) ; pour cette raison je considérais ma proposition comme équitable. Comme je l’ai écrit tout à l’heure à Caroline Frey, je suis prêt à même proposer qu’on l’étende aux murs de soutien (on peut les sabler) et là nous en avons plus que tout autre, ce afin de montrer que notre proposition nous pénalise plus que l’autre maison.


Enfin, en tant que président de l’Hermitage, l’Odg n’a jamais été saisi ou même informé sur ce dossier d’antenne TNT, ça n’a été découvert que lorsque la Ste Itastim a implanté le panneau d’annonce des travaux, donc après l’acceptation du permis.

 

Donc les 2 infos sont erronées :  

 

Oui : nous avons des murs publicitaires qui ne sont pas de soutien…


Non : l’Odg Hermitage et son président n’ont jamais été informé de ce dossier avant l’acceptation du permis

 

Enfin j’ai pensé agir dans l’intérêt de l’Hermitage ayant la conviction que ce geste plus que symbolique est assez important pour faire bouger les choses.

 

J’ai pendant longtemps défendu  ces murs, mais aujourd’hui force de constater que ma position devenait petit à petit en contradiction avec la logique collective de l’Odg. Je pensais être seul à défendre les murs (attachement à mes origines). Vue l’énergie de la maison Jaboulet à se battre contre la pollution visuelle, j’étais convaincu que la maison Jaboulet gardait ses publicités pour ne pas se dépouiller de cet avantage de communication sans que notre maison le fasse. J’étais  donc totalement convaincu qu’elle allait applaudir à ma proposition, j’étais à 100 lieues d’imaginer que ça allait provoquer un incident diplomatique. »

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés