Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:09

Une fois n’est pas coutume, je vais quelque peu éreinter un livre que je viens d’acheter et, pire encore, j’en ai fait l’acquisition alors qu’après l’avoir feuilleté il m’est tombé des mains, façon de parler.


Explications :


Passant devant le MK2 quai de Loire dimanche dernier j’ai fait une halte à sa librairie pour faire une petite provision de livres : je suis comme les filles avec les fringues et les chaussures je ne peux pas m’en empêcher. Donc je rousinais entre les rayons bien achalandés et je glissais dans ma besace un Leonardo Sciascia « La corde folle » et le dernier roman de FOG l’ex-boss de notre Jacques Dupont. Au dernier moment, alors que je me rendais à la caisse, dans le dernier virage, mon regard acéré tombait sur le titre engageant « Mémoires culinaires&alcoolisées » d’un moche petit bouquin placé tout en bas du rayon.


Mestat.jpg

 

Vous connaissez tous mon amour pour les petits livres mais là celui-ci était gros, cartonné et luisant, donc impossible à glisser dans sa poche, et avait des faux airs d’une édition condensée des recettes faciles de Françoise Bernard.


Je m’en saisis et je le feuillette.


Dès la première page que lis-je ?


« Tout le monde a connu, connaît ou j’espère connaîtra un bon restaurant. Un endroit où tout est à son goût, où on se sent bien de la bave au grenier (…)


« Je vous souhaite de tout beurre (…)


« À un moment, cela a été gastronomique pour quelqu’un, du guide Michelin ou un simple qui damne (…)


1 jeu de mot par page ça va, 2 ça va, 3 bonjour les dégâts…


En effet tout le bouquin en est truffé : style en-poulet, décor-hommes, vous n’avez pas bu la tasse jusqu’à l’hallalihisto-rillettes… balle au sandre…


À aucun moment notre Paganini du jeu de mots ne faiblit, il en rajoute des louches avec des aphorismes culinaires de son cru :


-         L’enfer, c’est les hôtes.

-         Le sel est le sodium du peuple.

-         L’homme est un rot pensant.

-         Farcir c’est pourrir un peu.

-         On ne parle pas la louche pleine.


C’est très vieux potache, c’est parfois drôle « l’agriculture, c’est important mais ça ne mange pas de pain », « Jean d’Ormesson  suit un régime. Il a déjà perdu beaucoup de livres » mais aussi un peu pipi caca « Le monde appartient à celui qui se lève du pot » et souvent tiré par les cheveux « À Venise, deux catégories de citoyens font fortune : les gondoliers et les cons d’tauliers. »


Entre Parigot Pétasse et Sang-froid Simon, on sature, on demande grâce, on se dit que l’on va offrir ce bouquin à son pire ennemi.


Attention tout n’est pas bon à jeter, il y a de belles citations originales, notre homme est cultivé, des histoires intéressantes c’est un gastronome classique, tout le contraire de votre serviteur. Ce qui signifie que mon avis sur ce livre traduit une forme d’allergie vis-à-vis de son approche de la table et du bien-vivre.


Alors me direz-vous, pourquoi avoir dépensé 18€ pour le tailler ensuite en pièces ?


Ma réponse n’est pas très glorieuse : tout bêtement parce que Philippe Mestat l’auteur est Ingénieur civil des Ponts&Chaussées, directeur de recherche au Ministère de l’écologie et, qu’en rêve, je le voyais faire porter son opus à notre chère Ségolène Royal, sa Ministre, avec bien sûr une belle dédicace où, avec son goût immodéré des jeux de mots, il lui en ferait un sur le Chabichou.


Je concède que ce livre pourrait plaire à certains d’entre vous adorateurs de contrepèteries ou de plaisanteries de fin de banquet, je ne suis pas sectaire.


Reste qu’un homme qui aime le Chablis de Dauvissat ne saurait être complètement mauvais « Tranquillité, tradition et vieux bois. Chez Dauvissat, on remplace les fûts quand il faut, jamais avant. Autant dire que le fût neuf n’est pas pour aujourd’hui. Le bois ne se boit pas, ses senteurs doivent faire corps avec le vin et non lui donner du corps. L’important est de produire un vin bien portant. Pas de chimie, pas de précipitations, que de la biodynamie calme »


« Le fruit est dans la bouteille, cachetée à la cire jaune. L’or, toujours l’or. Il n’y en aura pas pour tout le monde. Ce vin est un must. Il aime la compagnie des crustacés, des débits de poisson* et ne rechigne pas face aux huîtres. Avec ce vin, on est jamais seul… »


premium-langoustine.jpg

 

Et, dans son chapitre « Comment draguer les demoiselles ? » link notre fabricant de ponts et de chaussées nous livre une belle façon de faire :


-         « Achetez des demoiselles de Guilvinec chez votre poissonnier pré-ferré*. De grosses langoustines vivantes. Bien roulées avec des carapaces pleines, fermes, des anneaux brillants, blancs et rouges. Prenez la douzaine pour la donzelle, cela fera autour du kilo pour des moyennes grosses…


-         « Ouvrez des bouteilles de chablis : c’est pour boire et manger !


-         « Remplissez une bassine de chablis. Selon vos moyens, versez un magnum, une bouteille ou une demie. Complétez avec de l’eau si cela vous dit : un peu, beaucoup, très peu. Ajoutez : sel, poivre, thym, laurier, oignons. Faire bouillir à feu vif jusqu’à observer de gros bouillons.


-         « Plongez alors les langoustines une par une, rapidement. Attendez deux, trois minutes selon la grosseur des bêtes et le frémissement du bouillon. Le temps de la perfection bouillie…


-         « Pêchez les langoustines  à l’écumoire. Égouttez. Dressez en plat pour le service…


-         « Faire fondre du beurre salé dans une petite casserole pour napper après décorticage…


-         « Armé d’une pique, décortiquer à chaud les bestioles, déguster l’intérieur des queues et fracassez les pattes avec une pince à homard. Mâcher et boire en silence. Laissez-vous envahir par les saveurs. Fermez les yeux si vous voulez. Vous en avez pour un moment à savourer du bonheur à l’étal brut*…


Incorrigible notre cher ingénieur « le lent goût des langoustines », « l’iode à l’amour » il décrète « une femme est belle quand elle a bu du chablis. Et vous aussi… »

 

Et pendant ce temps-là je rêve qu’un de mes IPEF : Ingénieur des Ponts, des Eaux et des Forêts, se risque à nous pondre un petit opus coquin sur nos beaux produits de terroir, après tout ils savent tout aussi bien construire des routes et des chemins que notre Ingénieur des Ponts mais en plus ils savent distinguer le bon grain de l’ivraie, eux…


10526169_787376651283392_3675755581727048008_n.jpg

 

Bonne drague, bon appétit et large soif de chablis… « Pattes de loup » de Thomas Pico et « le vendangeur masqué » d’Alice et Olivier de Moor.


a-chablis-bouteille.800.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 20/08/2014 19:47


Merci Denis, n’en jetez plus, mais je revendique sans vergogne. Une petite rmq sémantique à l’égard du taulier : « bien achalandé » se dit d’un établissement qui compte de nombreux
clients, une chalandise étendue, et non d’un commerce qui contient beaucoup de marchandise(s). On dit dans ce dernier cas qu’il possède un large
assortiment. Certains le font venir du verbe chaloir, dans le sens de « témoigner de l’intérêt » puisque tant il est vrai qu’à force de faire du lèche-vitrine on finit par prendre
langue avec le vendeur.


Et puis, bien sûr, on connaît tous l’expression : « A chat landais, souris vendéenne » !


 


Een kalant est un client en néerlandais familier, et prend parfois le sens de type, mec .... En anglais, a customer prend aussi ces acceptions. 

Alain Moulinier 20/08/2014 09:29


Bonjour Jacques,


L'invitation finale est tentante!


Amitiés

Denis Boireau 20/08/2014 09:13


Tu as raison de conceder que ce style peut plaire aux amateurs de contrepeteries. Effectivement, les jeux de mots potaches de ce monsieur sont tout a fait mon style. Et dans le genre tire par les
cheveux on a Leon qui fait encore plus fort sur ce blog comme dans le sien.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents