Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:09

Cette année le « avril ne te découvre pas d’un fil » n’a pas résisté aux ardeurs du soleil : les filles se sont effeuillées et la vigne s’est éclatée. Alors, fallait-il en parler au risque de me voir accuser d’avoir le mauvais œil, d’être un oiseau de mauvais augure, celui par qui les mauvaises nouvelles arrivent ? J’ai hésité. J’ai tergiversé. Puis je me suis dit qu’étant donné mon absence de ligne directe avec le Bon Dieu je pouvais faire référence directe à ses Saints. Ces 3 là ont un peu la gueule de Robert Ménard, c’est-à-dire tellement une sale gueule qu’on les a virés du calendrier. Faut dire que ces gars-là avaient des noms à coucher dehors Mamert, Servais, Pancrace et pour les remplacer les 11-12 et 13 mai le calendrier leur a préféré 2 femmes sainte Estelle et sainte Rolande, et Achille.

 

Moi je dois avouer, vu mes états de service en tant qu’enfant de chœur, que je rends grâce à Saint Mamert d’avoir introduit la fête des Rogations à partir de 470, afin de mettre fin à une série de calamités naturelles. (Lire une très belle chronique de février 2006 link ) A cette occasion les agriculteurs se retrouvaient et récitaient au cours de processions paroissiales des prières pour protéger les cultures durant ces jours critiques. Mais retour du bâton le patronage de ces saints ne se révélant pas toujours favorable, ils ont fini par incarner le retour du froid. D’où leur appellation : les saints de glace.

Aubepine1.jpg 

Je laisse la plume à mon vigneron bourguignon.

 

« Le onze, il se lève à l’aube.

Une sombre inquiétude lui resserre les entrailles.

C’est la Saint-Mamert, le premier des trois Saints de glace, ces saints qu’on redoute toujours, sans les révérer jamais.

On ne saurait rendre culte qu’à la bonté.

Mamert, Servais, Pancrace – un bien mauvais patron, celui-là ! (au dire des vieux s’entend) – les trois saints vendangeurs, en une seule journée, onze, treize ou quatorze, se substituent au vigneron, pour cueillir de leurs doigts de glace, l’espoir d’une récolte, à laquelle les hommes ne devraient pas consacrer moins de quinze longues journées.

Le Toine se risque sur son meurot, et, appuyé au garde-fou, il examine le ciel, débarrassé des nuages de la veille.

Rien à craindre, dans l’immédiat tout au moins.

D’ailleurs, signe rassurant, depuis une bonne quinzaine déjà, l’aubépine s’est parée de ses fleurs.

Malheur aux vignes, quand, au jour de leur fête, Mamert, ou Servais ou Pancrace, font fleurir l’aubépin !

Si l’arbuste tapisse les buissons de sa neige, une autre neige printanière s’ensuivra, celle des gelées blanches, qui fagotera dans son linceul les trop jeunes raisins, trop tôt éveillés aux sarments. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Alain Moulinier 11/05/2011 09:41



Ce matin, 11 mai, ex Saint Mamert, l'aubépin a éclos dans mon jardin de Suresnes.


Serait-ce à dire que l'hectare de vigne de Suresnes planté au Mont Valérien va subir les rigueurs d'un gel de printemps?


Je n'y crois pas une seconde mais par précaution je vais renforcer ma cave de ce délicieux nectar, replanté à neuf de Chardonnay, des fois que, gel aidant, la pénurie ne vienne à se déclarer!



sylvie cadio 10/05/2011 22:08



Trop fort ce Charlier, qui vient planter ses salades  sur un blog sérieux (autrefois sérieux?) et s'en va ensuite
les assaisonner pour sa petite famille. Délicieux garçon


Merci à Daniel pour sa traduc. mais je voulais du grec ancien (ben quoi? c'est pas parce qu'on n'a qu'un neurone qu'il faut nous mâcher tout le boulot)



Luc Charlier 10/05/2011 19:36



@ Daniel Chérel


Bien vu, velu.


Il faut lire : « Dit is ne pispot en ‘t is ne grote » (Voici un pot de chambre, et un grand encore
bien !), boutade archi-éculée des collégiens belges. Sur quoi, l’homme du Picardie se mit à pisser (en hij begon te zeiken, begon est le prétérit de beginnen, voir
l’anglais to begin). Le lien était évident, fluide dirais-je même.


Et à lundi ! La végétation pousse à une vitesse incroyable, les nuances de vert sont splendides et il y a une grosse sortie. Le
cyste de Montpellier est en fleurs partout, les coquelicots sont magnifiques. Les premières cerises de Céret ont fait leur apparition.


Bon, maintenant je file au piano (quatre becs, pas six octaves) : mon petit monde a faim.



daniel chérel 10/05/2011 18:39



Traduction pour Sylvie :O trop heureux les cultivateurs, s'ils connaissaient leur bonheur ! loin des discordes armées, la terre d'elle même leur prodigue avec une justice parfaite une nourriture
facile.  Virgile, Géorgiques II.


Par contre le latin Picard de Luc parait être de cuisine (et en ce qui me concerne intraduisible)   et peu amène pour Virgile  du genre "vas te faire voir....  


Quant au reste ça ressemble à du Néelandais ou peut être du Flamand.


U explication serait souhaitable, merci d'avance  



Luc Charlier 10/05/2011 18:06



felix.etienne@lameck.com



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents