Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 11:00

photo135.JPG

Hier au soir sur le toit du Centre Pompidou, sous un très beau soleil, batifolaient des happy few verre en main, et bien évidemment votre Taulier grand-reporter était là pour l’amour de l’art bien évidemment : l’exposition Simon Hantaï. Louis-Fabrice Latour lui aussi était présent, la puissance invitante distribuant ses vins en Chine, et nous causâmes de la Chine qui, suite à la décision de la Commission européenne de taxer provisoirement les produits de l'industrie photovoltaïque chinoise, allait annoncer le lancement d’une enquête antidumping sur les vins importés de l'Union européenne.


Rappelons que le montant annuel des exportations de vins et spiritueux européens vers la Chine dépasse 1 milliard d'euros. Le premier exportateur européen vers la Chine est la France, avec 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pour un montant de 788 millions de dollars, selon les douanes chinoises. De son côté, la Chine exporte en effet chaque année vers l’Europe pour 21 milliards d'euros de panneaux solaires et de composants. Pékin a misé gros sur cette industrie, dont la part de marché mondiale est passée de 40% en 2009 à 68% en 2011.


Dans le commerce international ce type de mesure est affaire courante. Rappelons pour mémoire la prise en otage du Roquefort par les USA : une partie  de bras de fer de plus de vingt ans entre l'Union européenne et les Etats-Unis pour leur différend autour du bœuf aux hormones américain. En mai 2009 un accord d’armistice entre les deux parties a été signé. Le bœuf aux hormones restera interdit en Europe et Washington renonçant en outre à des mesures de représailles douanières sur le roquefort français : le triplement des taxes douanières contre le roquefort français, déjà visé depuis 1999 par des droits de douane élevés, de 100 %.


Il prévoit que les Etats-Unis renoncent à de nouvelles sanctions qu'ils envisageaient depuis janvier, en représailles à la poursuite de l'interdiction de commercialisation de leur bœuf aux hormones sur le territoire européen. Leur application était prévue le 9 mai. La plus spectaculaire de ces mesures était le triplement des taxes douanières contre le roquefort français, déjà visé depuis 1999 par des droits de douane élevés, de 100 %.

La Chine fait de même : « Le gouvernement chinois a lancé une procédure antidumping et antisubventions visant les vins de l'Union européenne », a fait savoir le ministère chinois du Commerce, dans un communiqué. Quelques heures plus tôt, l'agence de presse officielle Chine nouvelle avait prévenu que les taxes « punitives » annoncées par l'Union européenne n'étaient « pas susceptibles d'inciter à une réponse amicale de la Chine ». J’adore le langage diplomatique.


La presse parle « guerre commerciale » alors que nous n’en sommes qu’à la drôle de guerre. En effet, hier, la Commission de l’UE optait pour des mesures progressives pour taxer l'industrie photovoltaïque solaire chinoise : à partir du 6 juin, les taxes seront au taux de 11,8%, et passeront deux mois plus tard à 47,6% en moyenne, si aucun un accord n’est trouvé avec Pékin. Riposte verbale de Chine nouvelle qui prévenait « Le protectionnisme d'un côté ne peut déboucher que sur du protectionnisme de l'autre côté. L'UE devra porter la responsabilité d'une éventuelle guerre commerciale si une telle hypothèse se réalise » La métaphore de guerrière devient ferroviaire : la décision de la Commission européenne risquait de faire « dérailler » les relations commerciales entre la Chine et l'UE.  Shen Danyang, porte-parole du ministère chinois du Commerce tout en jouant la même partition «La Chine s'oppose vigoureusement aux pressions exercées par l'Europe par le biais de ses taxes injustes visant les produits photovoltaïques chinois»,  a laissé la porte ouverte à la négociation «La Chine n'est pas disposée à voir les relations générales entre la Chine et l'Europe se dégrader à cause des frictions commerciales sur le photovoltaïque. »


Bref, affaire sérieuse à suivre pour le Président de la FEVS. Avec Louis-Fabrice nous avons bien sûr aussi évoqué en termes mesurés l’affaire des sidérés de l’Elysée (y’en avait un petit à nos côtés, très remonté contre le père François) et échangé amicalement sur la poularde de Culardeau

 

Et pendant ce temps-là le François, à Marseille, baptisait au champagne, reconnu lui par les Chinois, le plus grand  porte-conteneurs du monde, le « Jules Verne » de la CMA CGM, construit en Corée du Sud, 396 m de long pour 53,6 m de large, qui battra pavillon français. Va falloir le charger de caisses et de caisses de vins français en route vers la Chine pour le rentabiliser. Mieux vaut s’intéresser à la Chine que de s’empailler sur 40 misérables petites caisses adjugées à Drouot, l’essentiel et non l’accessoire…


h_11_ill_3424226_julesvernesbato.jpg

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents