Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 00:09

lluis-llach.jpgUn de mes fidèles lecteurs m’a demandé gentiment de mettre en ligne une chronique dominicale et musicale consacrée au chanteur catalan Lluís Llach et comme j’ai une petite anecdote à raconter sur les circonstances où je l’ai découvert je me suis dit qu’il était simple de le satisfaire.

 

C’était au temps du Service National, que j’ai effectué, en tant que VSNA, sitôt ma soutenance de thèse à l’Université de Constantine. J’enseignais le Droit comme maître-assistant à raison d’une petite poignée d’heures par semaine. Beaucoup de temps libre donc mais l’austère Constantine n’offrait guère de loisirs. Alors, la « colonie » des coopérants civils et militaires, parquée dans des logements sociaux tout neufs dans une zone à peine viabilisée : la cité de la SONATIBA (nom de la nième société nationale du régime « socialiste » de Boumediene. La plaisanterie, lorsque nous faisions la queue pour obtenir notre bouteille de gaz en compagnie des algériens stoïques, c’était « pour qui Sonelgaz ! ») passait le temps en se recevant. Nous refaisions le monde en picolant la cuvée du Président.

 

Quelques privilégiés, les « fonctionnaires internationaux » tout particulièrement, logeaient dans les beaux immeubles coloniaux en ville. C’était le cas de Jean-Louis Argelliès, médecin à l’OMS. Comme ses collègues étaient tous des vieux briscards de l’institution et que leur préoccupation première était la commande mensuelle de bouffe et d’alcools, Jean-Louis et sa jolie femme Vérène s’était retourné vers la colonie de la Sonatiba. Nous avons sympathisé et comme Jean-Louis jouait de la guitare et chantait en catalan, c’est ainsi que j’ai découvert avec lui Lluís Llach. Jean-Louis était le fils de René Argelliès, adjoint radical du maire de Perpignan, le papa de l’actuel. Bref, nous causions politique, picolions et Jean-Louis alternait son répertoire de carabin avec celui de la Catalogne. Esprit original, anticonformiste, ombrageux mais aussi très chaleureux, il avait fait sa thèse de doctorat sur Médecine et Surréalisme, Jean-Louis devint un bon ami. Comme souvent la vie nous a ensuite séparés, nous nous sommes revus et puis petit à petit nos liens se sont distendus et tout ce que je sais c’est qu’il a terminé sa carrière dans l’Hérault comme médecin de Santé Publique.

 

Je n’aurai pas l’outrecuidance de vous conter la vie de Lluís Llach i Grande, dit Lluís Llach. Simplement, comme lui, je suis né en 1948, lui le 7 mai 1948 à Gérone en Catalogne et lorsque l’ami Pousson, dans son adresse à nos amis vignerons d’au-delà des Pyrénées, a cité les paroles de l’Estaca j’ai pensé à l’ami Jean-Louis Argelliès et sur Internet j’ai découvert qu’il était l’auteur d’une somme, publiée en 1988, La formation des médecins: systèmes, institutions et acteurs : archéologie du pouvoir en médecine (1374 pages).

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

le petit télégraphiste pour jp glorieux 09/01/2012 10:23


Merci pour votre diligence ( humour western )





 J' ai fort apprécié les documents sonores et anecdotes 



Comment ai-je  découvert le personnage depuis la Normandie ?



 Fin 1972 en quête d emploi je faisais le baby-sitter chez un médecin de Caen dont
je découvris rapidement les origines catalanes et l anti franquisme viscéral :


famille dispersée et traversée des Pyrénées hasardeuse bref comme votre ami et tant d autres 



Quand ns prenions l apéro et que j empochais ma menue monnaie on écoutait régulièrement  ce chanteur ;


en furetant dans la pile de vinyles  je découvris les pochettes en catalan ( donc peu explicites )


Bientôt, j'eus  droit plus qu à une traduction puisque ns avons été -ma "fiancée" et moi- invités par cette famille chaleureuse à  un concert exceptionnel au Théâtre de la Ville .



Durant le tour de chant  un type est descendu en courant dans l allée centrale  : frisson ds la salle :quoi,un fou , un extrémiste ?
 il jeta un papier sur la scène aux pieds de Luis qui surpris, s arrêta , reprit  sa chanson puis quitta son piano pour prendre connaissance du message  qu il lut à
haute voix en catalan



une longue ovation suivie d applaudissements nourris emplit la salle 



"" Nous sommes tes frères et sœurs de Barcelone  et avons frété  2 bus pour venir t applaudir ce soir à Paris ,
vive la liberté et mort au tyran " (termes approximatifs de mémoire )

voilà  ce fut un moment très digne ,très fort ; le hall tarda à se vider au milieu des embrassades et rires d amis se congratulant bruyamment .

par la suite j ai découvert les récits de Patrick Pépin
 de Fr culture et croisé pas mal de descendants de réfugiés

enfin il faut rendre hommage à José Artur* ( fr inter ) qui a toujours invité ce chanteur  signalant ses passages  sur scène  et le comparant justement à
Léo Ferré et Jean  Ferrat
c est également *lui qui me fit découvrir Bernard Dimey et J R Caussimon
j ai 6 ou 7   vinyles  du Catalan, au grenier, n ayant plus de quoi les diffuser .....!!

* on ne dira jamais l impact de cet homme de radio , seul successeur du même tonneau : Serge Levaillant à des heures pas possibles et Ph. Meyer
si on supporte sa faconde

Bonne journée à  vous et encore merci

cordialitudes                 


  jp glorieux

PATRICK BAUDOUIN 08/01/2012 00:53


Depuis Luis Llatch a acheté et planté un Domaine magnifique dans le Priorat, belle visite avec Marc Parcé et Alain Belanger de ce vignoble extraordinaire, sur des pentes schisteuses
impressionnantes, en septembre 2011...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents