Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 00:09

nixon-and-zhou-enlai.jpg telechargement--6-.jpg

 

Chers lecteurs j'ai allégé pour vous la présentation graphique de mon blog. Si vous êtes nostalgique de l'ancien portail vous pouvez aller le consulter sur www.berthomeau.com. Bonne lecture.

 

 

« Un mot venu  d’Allemagne, qui eut plus de vitalité, fut trinquer de trinken, boire, qui signifiai boire à la santé en choquant les verres. Etait-ce pour chasser le diable qui risquait de s’y trouver ? » nous explique Renée Elkaïm-Bollinger dans son article « Toasts, santés et grand boire boire » paru dans les Cahiers de la Gastronomie ».

 

De la philotésie des Grecs, la cérémonie du boire à la santé des uns des autres, à la trinquerie de Rabelais jusqu’à nos jours, la gestuelle et les paroles qui vont avec sont devenues un rite, surtout du peuple. « Le dictionnaire Larousse du XIXe siècle, avance que le mot et la chose n’ont pas été adopté par les hautes classes : pourtant il semble que madame de Sévigné y ait fait allusion, et plus tard Marivaux, dans le Jeu de l’Amour et du Hasard : « Je n’ai jamais refusé de trinquer avec personne »  note Renée Elkaïm-Bollinger.

 

Petit florilège littéraire :

 

En examinant plus attentivement la séduisante virago, il me sembla vaguement que je la reconnaissais pour l'avoir vue trinquant avec quelques drôles de ma connaissance (Baudelaire, Poèmes prose, 1867, p. 104)

 

J'ai été fâché de ne pas trinquer ensemble avant mon départ, d'autant plus que je t'avais donné la veille une assez pitoyable idée de moi, en ne buvant pas et en ne mangeant pas (Flaubert, Correspondance., 1841, p. 86).

 

Il aurait pas fallu qu'il en parle de politique, surtout quand il avait bu un peu, et ça lui arrivait. Il était même noté pour trinquer, c'était son faible (Céline, Voyage au bout de la Nuit, 1932, p. 574).


 

Nous levons donc toujours nos verres, nous les choquons, avec celui ou celle ou ceux avec lesquels nous nous  apprêtons à boire en formulant un vœu, un souhait, un engagement : la santé, l’amour, la réussite d’une entreprise, à un problème résolu… que sais-je la liste n’est pas limitative.  


Existe-t-il une plus belle preuve de la sociabilité du vin ?


445.jpg

 

Certains esprits chagrins vont me rétorquer que les verres n’en sont pas forcément emplis, que d’autres breuvages spiritueux ou fermentés y prennent place. Que la trinquerie est aussi une affaire de poivrots choquant les chopes ou leurs apéros au bord des bars. J’en conviens et je suis même prêt à faire mien le vieil adage « Lorsque les parents boivent les enfants trinquent » mais n’est-ce pas le propre de l’homme que se laisser emporter parfois par ses excès. Pour autant, la convivialité est de notre côté et que les méfaits de l’abstinence ne sont pas comptabilisés par nos statisticiens. Sauf que notre boulimie médicamenteuse est sans aucun doute le symptôme de dérèglements profonds de notre vivre ensemble.


Nos amis les Anglais qui ne font jamais rien comme le commun se sont « piqués, écrit Voltaire, en 1770, de renouveler plusieurs coutumes de l’Antiquité, boivent à l’honneur des dames : c’est ce qu’ils appellent toaster, et c’est parmi eux un grand sujet de dispute si une femme est toastable ou non, si elle est digne ou non qu’on la toste. »


Renée Elkaïm-Bollinger s’interroge sur « quels sont les critères de cette tostabilité féminine » ? et « quelles étaient les proportions de femmes tostables dans un dîner » ?


Toaster les douelles d’une barrique tous les grands amateurs savent ce que c’est, du moins je l’espère pour eux car ça se retrouve dans leurs verres. Bien évidemment dans les assemblées de mâles, qui sont plutôt la règle dans le monde du vin, porter des toasts fait partie intégrante du cérémonial.


Rappelons-nous le fameux « A nos femmes, à nos chevaux et à ceux qui les montent. Par Saint Georges, Vive la cavalerie ! 

Toast de la cavalerie, cité par J. Chirac, sorti de Saumur.

 

Renée Elkaïm-Bollinger nous éclaire « Le mot toster, griller, rôtir, vient de France et désignera en Angleterre une rôtie, puis reviendra en Europe, indispensable aux banquets politiques. Le maître de maison, à la fin du repas, mettait une croute de pain rôtie, au fond de la coupe, versait la boisson par-dessus, et faisait circuler la coupe, jusqu’à ce que le dernier buveur, savoure son croûton imbibé d’alcool. »


Lire les 2 chroniques ci-dessous qui montrent l’importance du toast dans les relations humaines :


« Kempei ! » cul sec de petits verres de shiao shin JP Raffarin éméché chantait avec ses petits camarades l’Internationale dans un mini-bus le ramenant à Tatsin en Chine »link


« Les 53°du Moutai au service de la diplomatie chinoise de Mao… à nos jours »link 


Renée Elkaïm-Bollinger conclut son article en soulignant que « les pratiques actuelles des apéritifs ne datent que de deux siècles à peine »


Elle cite l’étude sociologique : nouveau regard sur les Français et l’apéritif conduite par Jean-Pierre Poulain link et note que sont « apparues de nouvelles formes de convivialité, dans lesquelles l’aliment tint une place significative. Les femmes préparent et mettent en scène ce moment par le biais de la nourriture et des accessoires la contenant. Amuse-gueules, tapas, mezzés, kémias, tout est sur la table, à l’avance. Plus de va-et-vient cuisine/salon pour découper et surveiller les cuissons. Tout le monde peut parler et trinquer. »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Bourgine 05/12/2013 17:33


Pour l'origine du (des) mot(s), je ne sais pas. Certains disent que la coutume vient du Moyen-Age, on versait de son vin dans celui des autres, et réciproquement, en se regardant dans les yeux,
ceci afin de montrer qu'il n'y avait pas de poison dans le verre de son invité/frère/femme/cousin etc......


Régis

z 03/12/2013 18:01


dans les temps anciens par peur d'être empoisonnés, les seigneurs mélangeaient un peu du contenu de leur verre avec celui de leur hôte, de là vient la tradition de trinquer

cyril g 02/12/2013 21:29


Merci pour ce bel article sur les origines et les différentes manières de trinquer. Pour la nouvelle forme de votre blog c'est bien quoiqu'un peu tristounet. Mais ce qui compte, c'est le contenu
de vos articles. En attendant, je trinque à votre santé cher taulier.

Jacques Perrin 02/12/2013 17:32


"Peut mieux faire !", comme on disait dans les classes élémentaires. Il doit bien y avoir un bon webdesigner dans les parages ? Sinon, bon vent à vous !

JACQUES BERTHOMEAU 02/12/2013 17:36



Comme je ne fais rien il m'est difficile de mieux faire  j'utilise les formats types de mon hébergeur mais
patience et longueur de temps la nouvelle bâtisse est pour début 2014. Nous travaillons aux plans... Pour l'heure c'est le texte qui prime...



le violet est la couleur de l'Avent 02/12/2013 12:51


le violet est la couleur de l'Avent qui commençait hier...  ou bien de certains enterrments. Du doré comme certains beaux vins blancs et une couleur de vin rouge à donner envie ???
 Quant à la photo, "Le penseur " de  , oui mais Rodin , c'est mieux.      Jacques Verpoorten

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents