Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 08:00

Madame la débiteuse de subventions *,

 

À la télé y’en a que plus que pour la Chine et dans le supermarché au chef lieu de canton c’est la bérézina même qu’un de ces quatre matins même nos petits pois seront Made in China. Mais comme nous l’a fait remarquer notre Achille Gauche, qui malgré son patronyme, n’a jamais porté les cocos dans son cœur, c’est sans doute une chance pour nos coopés puisqu’ils sont passés, plus vite que nous des anciens aux nouveaux francs, du Petit Livre Rouge au Vin Rouge. Ça fait du monde tout ça un peu comme à l’heureux temps du degré-hecto et du litre six étoiles où nos nectars voyageaient en gros pinardiers. Faut faire du vrac pour les chinois nous a dit un courtier bien informé puisqu’il revenait d’un marché chez les hollandais qu’ont toujours été des as du commerce.

 

Le problème c’est que Pékin ou Shangai ne sont pas la porte à côté. Ça coûte d’y aller. Bercy au moins c’était Paris. Maintenant Bercy c’est là que sont nos sous et même si il n’en reste plus beaucoup dans le Trésor nous, si on ne veut pas prendre le bouillon, y nous faut du picaillon pour écouler nos litrons d’appellation. Au conseil d’administration de La Moderne le jeune Gaburon a dit « ça c’est de l’exportation pays tiers... ça va pas être coton de décrocher des subventions... ». Bon, même si on n’avait pas tout compris, on a fait comme si on s’en fichait du tiers comme du quart et on a écouté les vieux nous dire que de leur temps y’avait des subventions pour des trucs bien plus cons... Même que le père Chalopin n’en finissait pas de raconter des histoires sur la Garantie de Bonne Fin payé par le Marché Commun. C’est en l’écoutant raconter ses histoires de beurre dans les épinards qu’on s’est dit que l’oseille y devait encore en avoir pour notre pinard dans les tiroirs-caisses de Bruxelles.

 

Y aller à Bruxelles ? Pas sûr que nos femmes, un peu échaudées par une ancienne montée à Paris rue de Rivoli qui s’était finie au Casino de Paris, vont marcher dans la combine. On était un peu dans le coaltar lorsque notre ancien instituteur, qu’est toujours de bon conseil, nous a dit « demandons conseil à Jean-Baptiste... comme il est dans la Finance il va nous aiguiller vers le bon guichet... » Partout ailleurs qu’ici tout le monde aurait dit oui mais chez nous, dès qu’on parle d’un gars du pays qui vit à Paris, ça chauffe le bourrichon de quelques-uns. Notre Jean-Baptiste, bien sûr l’est Polytechnicien, mais l’a aussi des idées modernes sur le vin et y se pourrait bien qu’un de ces quatre matins y fasse un putsch dans nos caves, embauche un bon directeur et nous fasse changer nos habitudes. Après le quart d’heure des gueulards et autres ramenards on s’est tous dit qu’un conseil ça ne mange pas de pain et qu’après tout notre Jean-Baptiste pouvait aider à nous sortir de ce mauvais pas.

 

Sitôt dit, sitôt fait, nous lui avons expédié un e-mail (qui a dit qu’on n’était pas moderne !) et notre Jean-Baptiste nous a vite envoyé un petit livre, qu’était pas rouge, mais violet, édité chez Féret « Financements et subventions pour les entreprises viticoles » Camilla Engel&Olivier Antoine pour 12,90€. On s’est vite plongé dans sa lecture et, à la page 34 nous avons trouvé notre bonheur :

v_precis_Subvention.jpg

4- Subventions européennes

 

4.1 Aide à la promotion aux pays tiers

 

Là les auteurs ont un peu douché notre enthousiasme car ils ont écrit « Temps : 5 jours – Difficulté très compliqué » Mais bon on ne s’est pas laissé abattre par la remarque on s’est jeté à l’eau.

 

Bénéficiaires : Les entreprises viticoles privées ayant des moyens humains suffisants et les produits adaptés aux marchés visés en qualités et quantités, mais également les caves coopératives et les unions ainsi que les syndicats viticoles.

 

C’est notre ancien instituteur qu’a mis du rouge sur ce qui paraissait un peu laïus. Mais bon, vu d’ici on entrait dans les clous.

 

Financements : Une subvention maximale du FEAGA (Fonds Européen Agricole de Garantie) de 50% des dépenses pour chaque année d’exécution du programme (dans la limite de trois)

Par principe, cette aide exclut toute autre subvention publique pour un même projet. Le paiement se fait soit :

- pour tout/partie par avance sous réserve de la constitution d’une caution bancaire égale à 120% de l’avance ;

- par acompte semestriel sur présentation de factures acquittées, complétées par une possibilité d’avance de 30% de la subvention (avec constitution d’une caution bancaire)

 

Là disons, pour faire court, que ça va faire augmenter la note de notre expert-comptable et de notre banquier agricole.

 

Modalités d’intervention : Toute demande d’aide doit être accompagnée d’une analyse stratégique et marketing du projet sur une période maximum de trois ans.

Sont compris comme outil de promotion :

- la participation à des manifestations, salons, foires ;

- études de marché ;

- campagnes publicitaires ;

- frais généraux et frais financiers ;

- frais de déplacements, de séjours et de restauration ;

- frais de matériels et d’équipements (échantillons, informatiques, publications).

 

Pour être recevable, la proposition de programme doit être accompagnée d’un budget prévisionnel pour assurer le suivi et le contrôle de sa réalisation.

Une sélection de l’opportunité du projet est réalisé en fonction de :

- l’adéquation entre les moyens humains et financiers envisagés et les actions proposées ;

- l’adéquation entre les actions envisagés et les marchés ciblés ;

- la qualité et la pertinence des actions proposées et le budget prévisionnel engagé ;

- le bon rapport coût/efficacité du programme.

 

Là on s’est dit qu’on était pas sorti de l’auberge vu que déjà notre Jean-Baptiste, qu’est un bon petit gars, nous avait dit que le petit livre bleu n’était qu’un extrait sec par rapport au tonnage de papier qu’il allait nous falloir manier. Va falloir nous aider madame la débiteuse de subventions sinon ce n’est pas demain la veille qu’à Pékin y vont licher nos excellents vins de Losse-en-Gelaisse.

 

Pour sûr qu’on n’est pas des as de la stratégie et du marketing comme les gars d’Embres&Castelmaure mais la bonne volonté ne nous manque pas. Peut-être que ça ne suffit pas mais bon pourquoi nous n’aurions pas, comme nos collègues, nous aussi du revenant bon. Notre idée ce serait de retaper le car Citroën d’Anatole pour refaire la Croisière Jaune mais ce serait cette fois-ci Losse-en-Gelaisse-Pékin. Comme ça on parlerait de nous à la télé et dans le village y’aurait pas de jaloux vu qu’on pourrait en emmener un beau paquet.

 

Comme nous allons utiliser pour l’envoi de cette missive le canal habituel : le blog du petit rapporteur Berthomeau, il nous venu à l’idée que tous nos collègues qui sont connectés à son petit espace de liberté pourrait peut-être nous donner leur sentiment sur tout ce tremblement.

 

Avec les salutations de 2 Présidents unis face à l’adversité d’un Monde qui nous fait vraiment tourner en bourrique.

images-croisiere-jaune.jpg 

* le petit livre bleu donne le nom et le prénom, titre et qualité, direction de rattachement et les coordonnées précises de la dame

images-Chine.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/12/2010 08:58



Oui, Kouchner est le type même du personnage pour qui j’ai perdu toute estime. J’adore le parcours de Daniel Cohn-Bendit et sa lucidité – cela ne veut pas dire que j’adhère à toutes ses prises de position – et j’ai beaucoup
d’estime pour Serge July. Leur troisième acolyte de mai ’68 (aux yeux d’un petit belge qui entrait dans l’adolescence à l’époque) a vraiment mal tourné. Déjà chez MSF, c’était limite, mais depuis
lors pfff....


J’ai perdu beaucoup d’illusions, mais pas l’espoir, et ceci pour une raison simple. Tu parles de morale, Michel (Michel who by the
way ?), mais elle ne guide pas le monde (et oui, c’est le vieil Arthur de Dantzig qui reste mon maître à penser, hélas !). Par contre, il devient tellement évident à tout le monde
qu’une infime minorité d’êtres humains – que nous ne connaissons pas – tirent les marrons du feu et que l’énorme majorité de la planète, le peuple, càd nous tous (aussi bien les notaires, les
grands chirurgiens, les artistes célèbres, les stars du foot, les commis de l’état, oui même l’illustre Berthomeau) devenons les dindons de la farce (pour rester sur le même mode de la Nativité
gourmande). Dès lors, le couvercle doit sauter. Une grande révolution populaire – mes amis doctrinaires auraient écrit « prolétarienne » mais cela n’est plus d’application - va
s’imposer d’elle-même. La génération de nos enfants la verra et elle ne sera sans doute pas semblable à ce que les soulèvements ont été jadis. Je pense que, petit à petit, les « gens »
vont s’organiser au-delà des clivages coco-réac. Le vrai ennemi, ce ne sont pas des groupes sociaux ou « classes » (les riches, les nobles, les bourgeois ... tout ce qu’on veut), c’est
le capitalisme en lui-même. C’est lui qui dirige les états (regardez votre pantin de président et la Bachelot), c’est lui qui empoisonne le monde (littéralement) au travers de l’industrie de la
chimie et du médicament, et aussi de l’agro-alimentaire. C’est lui qui fait pousser le pavot, le cannabis (à grande échelle), la coca. C’est lui qui gère les oléoducs et les super-tankers.
J’arrête ici l’énumération, je ne suis pas Jacques Prévert.


Michel, ce n’est pas le blog de Bertho qui devient « contestataire », ce sont tous les « gens de bien » qui ont
réalisé où cela nous mène. Jadis, dans la querelle des « anciens et des modernes », ce sont les modernes qu’il fallait suivre, vers le progrès. A présent, tous les progressistes pensent
qu’il faut faire machine arrière. Il est possible, grâce à la technique (je ne le nie pas), de nourrir toute la planète à présent. Mais ce serait mieux avec 3 milliards d’humains qu’avec 15. Il
est possible de donner un toit à tout le monde, mais il faut alors que ce ne soient pas les mêmes qui possèdent un immeuble entier à Neuilly, une villa à Ramatuelle et un ranch au Texas. Il faut
des transports en commun gratuits, qui circulent aussi un peu la nuit et desservent aussi les zones plus éloignées, mais alors il faut que Monsieur X ne se sente pas obligé de signer en personne
un contrat à New York le lundi, de faire un « green » le mercredi à Acapulco, de s’envoyer une gamine à Manille le vendredi et d’être de retour dans la fermette familiale de Normandie
le dimanche pour la communion de sa petite dernière.


J’ai 54 ans, ne suis pas un naïf, ai bénéficié d’un peu d’instruction et pourtant, ce programme ne me paraît pas une utopie angélique.
Il est possible, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. Allons-y !



Michel 21/12/2010 21:32



Luc, tu parles de Koucher.


Il a quelques année, j'ai assisté à un colloque entre "la profession", un ministre de l'agriculture et un commissaire européen. J'en suis reparti écoeuré. Les exploitants agricoles quémandant les
subsides de la France et de l'Europe m'ont fait penser à Kouchner sur son camion de riz en Ethiopie et les affamés les bras tendus, espèrant une poignée de riz. Les aides à l'agriculture sont
devenue une indécense pour le monde paysan.


Que les consommateurs, mais surtout les distributeurs, acceptent de payer les aliments à un prix rémunérateur pour que puisse vivre nos paysans, sans aide.


De toute façon, l'argent des aides vient bien de la poche des consommateurs. Mais c'est toute une administration qui a été mis en place pour gérer ces aides dont on sait bien où elles vont et
combien ça coûte. Et que l'on mette une partie de cette main-d'oeuvre à la production dans nos campagnes.


Jacques, ton blog est devenu un repaire de contestataires. S'il n'a pas encore été censuré, il va l'être sous peu!!!


Et encore une question: le monde de la finance ou des lobbies qui spécule sur les biens alimentaires, est-ce normal et moral?



Luc Charlier 21/12/2010 17:04



Un pays tiers intéressant à ce sujet : la Côte d’Ivoire.


Tu peux y compter sur le soutien démocratique de M. Laurent Gbag-blog !


Si tu demandes à Kouchner, tu auras même de la protection rapprochée, sois sans (Oc)krent.



Lalau 21/12/2010 15:21



Criant de vérité.


Au fait, dans les pays tiers, y aurait pas la Blogosphère? Des fois qu'on se dégotte une subvention pour aide à l'exportation...



Clavel 21/12/2010 08:56



Une petite annecdote, illustrant les problèmes technocratiques auquels il faut s'attendre lorsque l'on espère une aide de l'UE. Pierre avait le projet de faire évoluer la  technologie de ca
cave, en répondant à un appel d'offre de l'administration française chargée de l'étude des dossiers UE. Il a constitué un lourd dossier démontrant l'intérêt de gérer par l'informatique les
températures d'élaboration et de conservation de 35 cuves, tout en adaptant leur contenance aux nécessités de traçabilité (comme on dit) qui sont imposées maintenant. Bon dossier avec tous
les visas nécessaires, les crédits bancaires en complément des subventions obtenus. Je passe sur toutes étapes de constitution du dossier, il manque souvent des pièces... Enfin réponse,
négative pour la raison suivante, retard dans les déclarations obligatoires Eurpéennes. Nous nous rendons au siège de l'organisme d'instruction pour savoir quel retard avait eu lieu. Il
s'agissait d'un retard de quelques jours de la déclaration de stock de vin de l'année précédente. Sans discussion possible, c'était irratrapable. Nous en avons déduit que le nombre de
dossier était trop important par rapport aux crédit français de l'UE et qu'il fallait en éliminer un certains nombre, sur quels critères ?? L'aménagement de la cave a quand même eu lieu.Mais
qu'on ne nous parle plus de crédit européens transitant par l'administration française.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents