Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:09

Chers vous tous qui fêtez Noël,

 

J’ai 21 ans. Je m’appelle Feng Yu, il y a bien longtemps que je ne crois plus au Père Noël et pourtant nous travaillons pour lui à Shenzen car nous sommes les petites mains qui assemblons les jouets de Mattel le fabriquant de la fameuse poupée Barbie.

 

J’ai commencé à travailler dans mon usine de Shenzen à 16 ans, un an avant la fin du collège car je suis une fille et que ma famille avait besoin d’argent pour financer l’Université de mon frère.

 

Le travail c’est 6 jours sur 7 de 11 à 12 heures par jour Les heures supplémentaires payées 1,5 fois plus de l’heure c’est presque tous les jours. Alors je restais à l’usine jusqu’à 21h 30 parfois 22h avec 2 pauses dans la journée : 1h30 pour le déjeuner et 1 h pour le dîner.

 

Mon chef ne cessait de me gronder soit parce que je n'étais pas assez rapide ou parce que je passais trop de temps aux toilettes. Lui, bien sûr, c’était son intérêt car si nous atteignons les objectifs de production il obtenait une récompense. Pas nous, évidemment. C’est simple pour lui si, sur une chaîne de 80 ouvrières, il en emploie moins et que les objectifs sont respectés, il est doublement gagnant.

 

J’habite au dortoir de l’usine avec 8 autres collègues pour 35 yuans, c’est 4 euros, plus les charges, par mois. En ville, j’aurais dû débourser 350 yuans. C’est beaucoup lorsqu’on ne gagne entre 1300 et 2500 yuans, soit 153 à 294 euros en fonction des heures supplémentaires effectuées.  

 

Sans vouloir gâcher la fête de vous et de vos enfants j’ai cru bon de témoigner que 4 millions de personnes, principalement des femmes migrantes âgées de 15 à 30 ans, travaillent dans l'industrie du jouet en Chine, pour un salaire journalier moyen d'environ 3,50 euros. Toutes les secondes, 3 poupées Barbie sont vendues dans le monde.

 

On me dit que selon un sondage réalisé par l'association Peuples Solidaires, un Français sur deux (52%) achète des jouets dans l'année ou prévoit d'en acheter dans les six prochains mois, un chiffre stable malgré la crise.

 

Une large majorité (76%) a conscience qu'il existe de réels problèmes de conditions de production dans le secteur, et 57% d'entre eux se déclarent prêts à se mobiliser en choisissant des produits qui garantissent des conditions de travail décentes, quitte à payer plus cher.

 

Je témoigne ici sous un nom d’emprunt car j’ai peur des représailles et je m’inquiète car je veux retrouver du travail en Chine.

 

Merci de m’avoir lu.

 

Joyeux Noël à tous.

 

Une ouvrière  de l’usine du monde à Shenzen

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

tchoo 27/12/2011 15:24


Bien évidemment Vincent, savoir peut-être utile, mais pouvoir serait mieux, c-a-d pouvoir acheter autrement.


Cherche, peut-être que dans quelques grandes métropoles se sera possible, mais dans nos zones rurales, nous sommes trop souvent contraint soit de renoncer à l'achat, soit d'acheter chinois ou
taïwanais, ou que sais-je encore.


Et parfois en achetant Français on fait tout le contraire (cf Renault)

Vincent Pousson 26/12/2011 19:34


Je suis désolé, mais savoir ce que l'on achète me semble nettement moins compliqué et moins pénible que l'histoire de celle dont parle Jacques Berthomeau. Beaucoup de choses, pas tout, certes,
sont entre nos mains.

tchoo 26/12/2011 16:16


Il serait facile d'incriminer tout un chacun en salaud de consomateur.


C'est trop facile, d'une part, en supposant qu'il serait facile pour vous et moi de trouver des produits fabriqués ailleurs que dans ce pays, si possible en Europe, et au mieux en France, essayez
vous m'en direz des nouvelles.


Il faut s'attaquer aux véritables responsables de ce désastre et surtout, surtout ne pas succomber à la béatitude qui consiste à dire que le niveau de vie des pays émergents augmentent grace aux
commerc mondial.


Vaste fumisterie!

Vincent Pousson 25/12/2011 11:05


Que faire? Se comporter en consommateurs responsables, vérifier l'origine de ce que nous achetons, penser quelques instant au coût social de nos emplettes et ainsi peser sur les entreprises qui,
en haut de la chaîne, ont rendu possible cette horreur.


Joyeux Noël à tous!

bernard Domaine de Cadablès 25/12/2011 08:56


 Pourquoi ne nous donnerait elle pas des pistes de réflexion afin de trouver des solutions ?


 La forme épistolaire provoque l'émotion et c'est trés bien. Cependant pas une piste de solution. Le partage est il possible ? Comment ? Que pouvons nous faire individuellement face a ce
genre de robléme etc ?


 


 avancer c'est solutionner .


 


     Bon noél.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents