Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 16:00

8vh3whwp.jpgRassurez-vous je ne veux pas casser l’ambiance de ce dernier jour de l’année 2011 je ne fais que citer le titre d’un opus du regretté Pierre Desproges qui, lui, aimait citer Peter Ustinov « Je plains les gens petits. Ils sont les derniers à savoir quand il pleut. »

 

Pour l’année qui va s’ouvrir : 2012, une bissextile, il m’apparaît que former des vœux relève de la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède. En 1966, l’une des chroniques de la haine ordinaire de Desproges, s’intitulait « Bonne année mon cul »

 

Extraits « janvier est de très loin le mois le plus saumâtre, le plus grumeleux, le moins pétillant de l’année (…)

Et qu’est-ce que le premier janvier, sinon le jour honni entre tous où des brassées d’imbéciles joviaux se jettent  sur leur téléphone pour vous rappeler l’inexorable progression de votre compte à rebours avant le départ vers le Père Lachaise.

Dieu merci, cet hiver, afin de m’épargner au maximum les assauts grotesques de ces enthousiastes hypocrites, j’ai modifié légèrement le message de mon répondeur téléphonique. Au lieu de « Bonjour à tous », j’ai mis « Bonne année mon cul ». C’est net, c’est sobre, et ça vole suffisamement bas pour que les grossiers trouvent ça vulgaire (…)

 

Desproges notait :

-          Le 15, premier coup dur, Balavoine est mort.

-          Et le soir du 31, comme tous les soirs, Joëlle Kauffmann embrasse ses deux garçons. Et elle entre dans sa chambre. Elle est toute seule. Elle ne dort pas très bien. »

 

Pas gai, gai, me direz-vous mais les raisons d’être gai ne sont pas légion. Dans ses fonds de tiroir à DICTONS Desproges notait : « Thierry Le Luron est mort. Coluche est mort. Jamais deux sans trois » alors pour rire je vous offre Les vœux du Président de la République au coin du feu avec Desproges et Le Luron.

                                        

 

                            Allez, j'arrête de décoconner

 

 Bonne Année 2012 à tous sur mes lignes

 

 

et comme le notait Desproges à propos d'In vino veritas dans son dictionnaire superflu : un petit rouge bien tassé... 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bourgogne Live 31/12/2011 17:16


Bonne année Jacques et merci pour tes 365 articles :-)


François

JACQUES BERTHOMEAU 31/12/2011 18:10



567 je viens de les compter François : j'entre en clinique de désintox François en Suisse -:)



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Cadeau de mariage
    Les mots me manquent et pourtant ils se bousculent dans ma tête, me font mal. Écrire sur un temps heureux, un temps de grand bonheur simple, se replonger dans son passé pour en extraire, non pas des souvenirs éteints, mais des braises vives, est une vraie...
  • BLUM le Magnifique «juif d’État» un «homme double», un «héros de roman» par Frédéric Salat-Baroux.
    Sans me vanter j’ai du nez, à la veille de la commémoration du 10 mai 1981, 40 ans déjà, certes Tonton n’est pas Napoléon, il a ses grognards, mais nous commémorons beaucoup dans notre vieux pays. Du côté de ce qui reste du PS, le dimanche 9 mai, au Creusot,...
  • Je t'aime ! Pense aux femmes de marins...
    Marie avait dû différer son départ pour Yeu afin de régler son dossier universitaire. Elle ignorait que je m'y trouvais déjà. Au téléphone je lui racontais des bobards. Officiellement je faisais la moisson avec mon père ce qui expliquait que je ne pouvais...
  • Le 10 mai 1981 : « La France passe de l’ombre à la lumière » Jack Lang.
    J’avais, bien sûr, voté Mitterrand aux deux tours, sans grand enthousiasme, ses 101 propositions pour la France ICI , grand fourre-tout, rassemblait une seule ligne programmatique qui cachait des conceptions divergentes entre les différents courants,...
  • Le « marchand de vermoulu »
    Jean RIGAUD (Bordeaux, 1912 - Paris, 1999) "Les thonniers verts, île d'Yeu", 1967. Les marins l'appelaient le « marchand de vermoulu » et se faisaient un devoir de lui faire prendre, à chacune de ses sorties, une mufflée. Mon baptême du feu se révéla...