Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 11:00

corse-juillet-2007-333.jpg

 

Approchez, approchez, braves gens, gentils vignerons et vigneronnes, je suis celui ou celle qui avec mes doigts agiles vais vous ouvrir toutes grandes les portes des réseaux sociaux qui vont vous donner un accès immédiat à la notoriété, à de braves acheteurs scotchés à leurs ordinateurs. J’avoue être fasciné par l’engouement que suscitent certains enchanteurs de l’Internet toujours à la recherche d’une nouvelle application, d’un outil merveilleux, fantastique qui exposés en PowerPoint attrapent les gogos beaucoup plus aisément qu’un papier tue-mouches. Ils confèrent. Ils exposent. Ils font bouillir leur petite marmite mais restent des nains du net. Qui donc jusqu’ici à fait fortune sur le Net : essentiellement les vendeurs de tuyaux et quelques précurseurs qui ont su se placer sur les bons vieux créneaux de vente traditionnelle de biens et de services en jouant sur la qualité et la rapidité : Amazon, voyages-SNCF, ventes-privées…etc Pour beaucoup d’autres intervenants c’est toujours et encore le temps des vaches maigres, de la fuite en avant, de la vente d’illusions.


Entendez-moi ou lisez-moi bien, je ne suis pas en train de minorer l’importance du Net, des réseaux sociaux, comme outils de travail, souples et efficaces pour faire de la prospection, du commerce ou du développement de notoriété. Loin de moi cette approche : je suis depuis 9 ans sur la Toile et j’y observe avec beaucoup d’attention les tendances et les évolutions. Simplement permettez-moi de souligner que la maîtrise des nouveaux outils du Net par ce qu’il est convenu d’appeler la génération Y ne vaut pas pour autant compétence pour ce qui est doit être introduit dans les tuyaux des réseaux sociaux. Dans ce domaine beaucoup d’intervenants en sont encore au bac à sable, à l’ânonnement de ce qu’ils baptisent marketing ou innovation, à la vente de pseudos-services qui déboucheront sur la désillusion et le désenchantement. Ce n’est pas être vieux jeu de souligner que la modernité ne se résume pas au ripolinage de vieilles recettes ou au relookage des étiquettes ou à l’organisation de campagnes de com. ou d’évènements dans des lieux branchés pour happy few qui écument ce genre de pinces-fesses.


Le contenu à insuffler dans les tuyaux du Net tout le monde s’en fout ou presque, ce qui compte c’est le flux, les followers, les retwitte, le buzz, l’agitation, la ronde des initiés qui se renvoient la balle, mais au bout des tuyaux du Net pour le cochon de payant, en l’occurrence les vignerons ou les interprofessions ou les négociants, risquent d’attendre longtemps les clients, ceux qui passent commandes, qui paient avec du bel et bon argent. Passé l’euphorie de la nouveauté, du langage branché, de la dernière application qui va tout faire péter, le réveil, pour certains, risque d’être douloureux, très douloureux. Ils vont s’apercevoir que l’on leur a vendu du toc, de la pacotille, du formica plaqué sur de l’aggloméré. Ça aura pour ceux qui auront fait confiance le goût amer des produits financiers toxiques vendus par les bateleurs en costume Armani, sérieux comme pouvaient l’être les banquiers, aux braves élus locaux pour adosser leurs emprunts. Bien évidemment ce retour de bâton ne bouleversera pas la planète mais enverra bon nombre dans le mur.


Même si ça fait vieux con j’affirme que l’expérience, et la transmission de celle-ci des installés vers les nouvelles générations sont, et resteront, la force et le dynamisme de nos sociétés déboussolées en mal de repères. L’irruption de nouveaux outils de communication, d’information, à une vitesse jamais connue, ne change rien à l’affaire. Ce ne sont que des moyens, le dur, ce qui compte, ce qui fait la différence, c’est qui transite par ces nouveaux canaux. Dans notre monde mondialisé, la négociation commerciale, face à nos nouveaux partenaires, se fait et continuera de se faire sur les réalités bien concrètes, bien terre à terre, et non avec les nouveaux jouets de la génération Y qui sont, que je sache, conçus et développés par des ingénieurs. En dépit de mon âge canonique j’ai jusqu’ici maîtrisé tous ces nouveaux outils pour en tirer parti au travers de ce petit blog alors je souris lorsque j’entends une charmante jeune fille me clouer le bec avec le seul argument de son jeune âge : « moi trentenaire… » Oui, j’en ai le double et ça ne donne pas à mes arguments deux fois plus de poids tout comme son diviseur par 2 ne les réduit pas à l’insignifiance. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

luc charlier 29/05/2013 18:09


Mém ‘Cad et not’ Taulier : z’avez ben raison, mais la plus belle « visibilité », c’est celle qu’ont gagnée au moins
deux villages du Tarn et un château du Frontonnais pendant les affaires Cahuzac. Si Plageoles (père et fils) et Gélis sont arrivés à « glisser » un lien quelque part vers leurs
propriétés ...  ho-huuue le référencement ! Je leur propose un gentil quatrain :


« Si moi, à Cahuzac, je surplombe les coteaux


Et lui, à Montauriol, est moins loin de Bordeaux


Tout bon tout beau, j’y chouchoute mes Mauzac(s)


Et notre gloire se construit grâce à Monsieur Cahuzac »

Showviniste 29/05/2013 14:18


Avez-vous lu la dernière étude (Baromètre) de l'agence sowine ? Ca devrait vous plaire... http://sowine.com/barometre_SOWINE_SSI_2013.html

JACQUES BERTHOMEAU 29/05/2013 14:49



Oui je l'ai lu elle est fort sympathique 



Cad 29/05/2013 13:06


à la réplique "moi trentaire" vous eussiez pu, paraphrasant Cyrano : "Ah, et moi Berthomeau Jacques dit le Taulier"

(Le Vicomte : Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule!
Cyrano : Ah?… Et moi, Cyrano Savinien-Hercule de Bergerac)

JACQUES BERTHOMEAU 29/05/2013 13:12



Le problème Sylvie si j'avais parodié Cyrano de Bergerac la pauvrette aurait pensé que je me référais à l'appellatin 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents