Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 00:02

Benoît Simmat et Philippe Bercovici récidivent avec bonheur dans leur entreprise de mise à nu des us et des coutumes des peuplades girondines qui ont des ceps de vigne pour, cette fois-ci, en ethnologues confirmés, se plonger dans les profondeurs du terroir médocain investi – j’ai osé – par les caves du CAC 40 François, Bernard, Martin. Bien croqués les prédateurs parisiens et leur suite : François-Henri le fils de François et les deux rejetons de Bernard, Delphine surtout, se voient tailler des costards à leur mesure et pour le frère et la sœur du bétonneur c’est aussi du meilleur tonneau. Les porteurs de valises de ces messieurs ont eux-aussi droit à un traitement de faveur fort réjouissant. Seuls, la baronne et les deux barons portant tous le même nom sont épargnés par la verve décapante des auteurs. Il faut dire que Simmat connaît les paroles et la musique du terroir profond estampillé 1855. C’est pertinent, impertinent, avec une intrigue bien troussée et donc à classer dans un bon cru de bande dessinée.

 

Je ne vais pas, comme le font certains critiques de cinéma à court d’inspiration, vous révéler cette intrigue mais, comme j’ai mauvais esprit, je vais mettre ma loupe sur la planche de la page 20 – oui je ne l’invente pas vin et planche vont parfois bien ensemble même si une douelle n’est pas sciée mais tranchée – où Fréderic lève un lièvre pour le plus grand plaisir du père François. Je résume (pour le détail voir les bulles ci-dessous) :

 

- FP : « malgré tous nos efforts, notre capacité de production est limitée.

- FE : « détrompez-vous, monsieur Pinault. Il est très facile d’augmenter les hectares de vignes dans le Médoc. Et on le fait en permanence...

En fait tous les grands propriétaires régulièrement des hectares, souvent pour augmenter leur production. Et nous si on fait cela ça reste du Latour. »

- FP : « miraculeux... »

- FE : « vous vous souvenez du fameux classement de 1855, qui fait toujours autorité. Il a été commandé par l’Empereur Napoléon III aux courtiers bordelais pour déterminer quels étaient les meilleurs vins. Ceux-là n’ont pris en compte que les prix pratiqués à l’époque pour faire leur classement...

1855 est donc un classement de marque, et non un classement de domaines. Les grands médocs n’ont jamais cessé d’évoluer ou de s’agrandir en permanence. Alors tout le monde croit que leur géographie est strictement délimitée ! »

 

Bien vous me direz c’est bien joli de constater la pratique mais ce qui serait encore mieux c'est de nous mettre sous le nez ces fameux hectares. Oui mais ça c'est le boulot des journalistes dit d’investigation qui pourraient, s'ils voulaient bien s'en donner la peine,nous éclairer sur les résultats de ces agrandissements successifs. Bien évidemment, le reproche ne s’adresse pas aux auteurs de la BD qui eux font dans le ludique mais à ceux dont le métier est de nous informer. Secret de fabrication puisqu’il s’agit de marques me rétorqueront-ils ! Certes, mais sans insinuer que ces pratiques sont condamnables elles constituent un bel accroc au beau discours du terroir profond du genre de celui qui m’avait été tenu lors de ma première immersion dans le Médoc du classement 1855 « Ici c’est grand et c’est nous ! Et au-delà de ce chemin c’est dix fois rien et ce n’est pas nous... » Simple transmutation du rien en tout lors de l’acquisition devant notaire c'est presque le coup de l'eau en vin. Dans notre beau pays qui adore le cadastre et les actes authentiques ce ne devrait pas être trop compliqué, pour les longs nez, d’aller y mettre le leur. Mais mon petit doigt me dit que si ça ne se fait pas c’est que ça chagrinerait les nouveaux indigènes. Quoiqu’il en soit vous pouvez vous contenter de lire la BD de Simmat&Bercovici Les Caves du CAC 40 les dix commandements du vin chez 12 bis c’est 12€.

 

Toute personne en possession de renseignements authentifiés peut me les faire parvenir en utilisant soit le formulaire CONTACT en bas du blog ou mon adresse électronique. 

 

PS. La mention « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération » est placée en exergue. Mais jusqu’où ira le ridicule des mentions dites de santé publique.

L1010141

L1010142

L1010143.JPG

L1010144.JPG

L1010145.JPG

L1010146.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

tchoo 10/05/2011 23:51



Un moyen possible


 


à parir d'un Ferré ou de deux, il faudrait que quelqu'un est une édition au plus proche de 1855 (la première édition doit dater de 1850) et une autre récente.


Comparer les deux, on devrait avoir une idée


j'ai une édition de 2001, je peux vous donner les surfaces de 2000



tchoo 10/05/2011 10:38



Excusez moi, mais je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans cette pratique:


a savoir, tel chateau Tartempion, sise dans l'OAC trucmuche, achète une parcelle de vigne dans la même appellation, la production de cette parcelle devenant du chateau Tartempion.


Les responsables dudit chateau, ayant conscience de la qualité de leur production opèrent déjà une séléction parmi leur parcelles (d'où l'existence des 2 ème et 3 ème vins), ils procèderont de
même avec la ou les nouvelles parcelles.


Je vous rappelle, que le vin AOC en prticulier repose sur un triptyque: TERROIR-CLIMAT-VIGNERON


Si la parcelle est de la même AOC deux pieds sont déjà présent TERROIR-CLIMAT on y rajoute le facteur humain, en faisant entrer à l'intérieur du savoir Tartempion la nouvelle parcelle.


Sinon comment expliquez vous la réussite oenologique des vins d'Hervé BIZEUL (je prends cet exemple comme un autre) si ce n'est que bien que le climat et le terroir était déjà présent dans ces
vignobles il manquait la main de l'homme talentueux pour les sublimer.


Je comprends a cette querelle, qui me semble une temête dans un verre d'eau.


Remettre en question le classement de 1855 me semble beaucoup plus opportun, du moins la façon dont il n'est plus élaboré (cf classement de ST Emilion, celui ces crus bourgeois du Médoc....)



JACQUES BERTHOMEAU 10/05/2011 10:58



Moi rien ne me choque mais j'aimerais que l'on réponde à ma question : de combien d'ha ont grossi les beaux classés de 1855 ? C'est une info conso pour le reste il gère leur marque comme bon leur
semble



Luc Charlier 09/05/2011 22:30



Ce serait même mieux si j’écrivais je pouvais avec un « s » !



Luc Charlier 09/05/2011 22:28



@ Chérel


Non, ma fille n’aurait pas du naître du tout, même si j’en suis gaga !


En fait, Montrose 1990 EST un excellent vin, sans doute un des meilleurs Bordeaux de son millésime. Le « hic », c’est que
les supermarchés GB (actuellement Carrefour) le vendaient à un prix incroyablement inférieur à tous les autres commerçants. Or, je n’achète pas de
vin dans la GD. Mais en même temps, le payer beaucoup plus cher ailleurs me gonfle. Donc, je n’en ai pas.


[NB : à cette époque, j’étais salarié – de luxe – d’un des fleurons du quatrième
Reich et pouvait me payer ce genre de choses, même en laissant une partie de mes revenus ... à qui de droit. Ne le dites pas à mes parents, ils croyaient que je « jouais en
bourse » !]


Par contre, j’avais acquis une bonne quantité (36 bt je crois) de Sociando-Mallet de ce millésime, à vil prix. C’est un restaurateur
de mes amis, qui fut meilleur sommelier de Belgique, qui me les a rachetés lors de mon départ pour les proposer à sa carte. Il a fait une bonne affaire, ses clients aussi. Et moi, j’y ai glané
trois sous. Je ne suis décidément pas un très bon commerçant !



daniel chérel 09/05/2011 19:54



Rendont à Benoist Simmat  ce "peuple" que je vous attribuais à tort cher Jacques.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents