Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 00:09

Chou_5981.jpg

 

En notre vieux pays cocardier et ronchon, on adore brûler ce que l’on a beaucoup aimé ou passer en l’espace d’une soirée du désamour à l’adulation : Shako était ivre de bonheur titrait la presse, un revenant héros de la soirée ce petit parigot exilé par un PSG plein de blé. En 90mn les bleus aux pieds carrés, vilipendés, passaient de l’opprobre à la lumière, Marseillaise entonnée et Champs Elysées bloqués par les supporters de trois pays qualifiés : Algérie, Portugal, France. Fraternité des supporters agitant leurs drapeaux, un coup de pied au cul de la Marine. Je n’ai pas regardé le match mais pourquoi bouder cette ferveur populaire. Bien sûr, la foule est versatile, elle vole au secours de la victoire comme elle piétine les vaincus. Paris, en des temps bien plus lourds, ceux de l’Occupation, à quelques mois d’intervalle, voyait des foules identiques battre le pavé pour le vieux Maréchal puis pour le Général libérateur.


Certes comparaison n’est pas raison mais le désamour dont a souffert ces dernières années le Beaujolais Nouveau, longtemps érigé en réussite économique absolue, donné en exemple, relève du même penchant national à s’emballer dans un sens ou dans un autre et d’effectuer des virages à 180°. Ce qui est sûr c’est que lorsqu’on se laisse emporter par le succès, qu’on se laisse aller à la facilité, le risque est grand de recevoir en retour le désamour des consommateurs. Pour autant, mettre tout le monde dans le même sac, cracher sur les succès passés, jeter au ruisseau tout le Beaujolais Nouveau participe d’une forme de masochisme collectif qui nuit à ceux des vignerons qui travaillent bien et qui sont ceux qui sont à l’origine de la renaissance de cette sympathique appellation. En son temps, en mars 2010 précisément, lorsque les difficultés s’amoncelaient, j’avais lancé l’opération « Grand Corps Malade » pour soutenir le moral en berne des vignerons du Beaujolais.


J’écrivais :

 

« Au tout début de février j’ai reçu dans ma boîte aux lettres ce message d’un de mes lecteurs : « Je suis fils de viticulteurs, petit viticulteur du Beaujolais, métayer, donc loin des grandes dynasties Bourguignonnes. Malgré tout, je suis un amoureux de ce terroir, mais pour être franc je ne vois pas comment le sortir de cette crise qu'il connait. Mon père n'a de cesse de me dire chaque jour que le Beaujolais est perdu et qu'il vaut mieux vendre du Bourgogne ou du Champagne, et je trouve cela très triste. » Et de conclure :


« Je viens vers vous aujourd'hui pour avoir votre avis d'amoureux du vin et surtout de professionnel du vin sur l'avenir de ce Beaujolais, quel est votre point de vue sur sa situation ? » link 


Mais en ce jour de libération du Beaujolais Nouveau laissons de côté les problèmes et intéressons-nous à ce qui fut à la base de son succès planétaire : LA FÊTE. Se retrouver, rigoler, trinquer, refaire le monde, et Dieu sait qu’il en a besoin, arrêter de broyer du noir, lever le coude, sans chichis, boire quoi ! Les bonnes ondes reviennent, même si les temps sont durs, pour le Beaujolais Nouveau c’est le grand retour aux origines, à chaque coin de rue de Paris ce sera aujourd’hui un petit coin de paradis.


Pour donner du champ à mes petites histoires, afin de ne pas ignorer l’Histoire tout court, je vous propose de lire le témoignage de pépés flingueurs du Beaujolais, des pépés du vignoble qui portaient beau leurs 80 balais dans les années 90. Ils sont aujourd’hui disparus mais leur vie perfusée au jus de Gamay porte témoignage de ce que fut le beaujolais au temps héroïques.


photo512.JPG

 

Louis Savoye


« Chez nous, on est vigneron sur la côte de Py à Villié-Morgon depuis  1852. Finalement je suis passé du vigneronnage à la propriété et j’ai toujours fait du morgon. Encore qu’à mes débuts c’était plutôt du primeur de morgon, le primeur de la Toussaint plus bourru  que primeur. Avec Aucœur, un voisin sis aux Rochots, mon cadet qui dépasse à peine les 80 ans, on portait de toute urgence aux cafetiers de Lyon, nos barriques encore en fermentation. Le vin toujours sur ses lies, on le touillait an chemin pour chasser le CO2, le gaz carbonique. À l’arrivée, le vin déposait un rien, bousculé par un cafetier pressé de remplir des pots que la clientèle altérée se dépêchait de vider.


Ce primeur avait de la personnalité, il morgonnait du bout des lèvres, il nous donnait regret, les bonnes années, de ne pas le garder à vieillir confortablement. Mais l’image de marque du beaujolais, invendable autrement qu’en vin de café à boire sitôt fait, a longtemps coupé court à nos velléités d’abandonner le style primeur pour passer au style cru. Cela pouvait se tenter au Moulin-à-Vent historiquement reconnu comme le rival du bourgogne, ou bien dans quelques domaines de Juliénas, Chenas, Fleurie… et encore. Mais pour nous, c’eut été un risque financier que nous ne pouvions assumer à l’époque. Heureusement, d’autres mieux nantis ou simplement plus audacieux l’ont tenté et réussi. Grâce leur soit rendue, nous leur devons, au moment des AOC, en septembre 1937, notre rang de cru beaujolais. Je me souviens qu’à l’époque, on nous avait octroyé 40 hl à l’ha de production, nous pensions ne jamais les atteindre. 30, 32 hl/ha nous paraissaient le bout du monde, l’opulence ! Entre nous vignerons, on se disait : - y sont fous dans les bureaux, mais laisse donc, avec ça on sera tranquille ! Maintenant à moins de 50, 60 hl/ha on pleure misère. Il faudrait que les jeunes se raisonnent, mieux vaut pour garder son âme, 50 hl/ha bons et bien faits plutôt que 65 médiocres bon an mal an. De mon temps, le problème du bon vigneron n’était pas de produire à tout va, mais de vendre à juste prix des vins soignés. »


Jean Desmures (80 ans 5,5 ha de vignes émiettés en 24 parcelles)


« J’ai toujours fait du chiroubles, d’abord comme vigneron à mi-fruits et puis dix ceps par ci, dix ceps par-là, j’ai bâti mon vignoble. Pour le fils, j’aimerais que ça grandisse encore un peu, mais la vigne est chère dans le secteur. De mon temps les enfants naissaient à la maison ou dans les Charités de Beaujeu ou de Belleville. Gamin, je commençais la journée aux aurores, à travailler dans les vignes, puis je filais à l’école. Le vin, aléatoire, ne suffisait pas à nourrir la famille, on faisait la soudure grâce aux vaches… et la culture des gros navets ! Les fameux navets de Chiroubles, plus recherchés alors que notre vin. J’ai passé plus de temps à labourer et traire qu’à tailler. Les choses ont changé quand les enfants ont commencé à naître à Mâcon ou Villefranche dans les hôpitaux et les cliniques spécialisées. Le vin du Beaujolais devenait à la mode. Vers 1967 j’ai vu arriver à l’improviste Georges Duboeuf avec qui je faisais souvent affaire, accompagné d’un M. Lichine… celui-là quel dégustateur, il m’a tout pris. Depuis chez moi, on travaille sinon dans l’opulence, du moins dans la tranquillité, Duboeuf m’embouteille et quand le vin est bon – chez moi c’est toujours bon – il m’en donne un bon prix. »


Louis Desmuls (85 ans habitué à vivoter sur ses 2,5 ha entre Durette de haut et Régnié de bas)


« Autrefois, Lyon et saint6Etienne buvaient tout en primeur, les cafetiers n’étaient pas généreux. Heureusement, on avait les vaches pour la soupe, et le vin, quand ça venait, pour le lard de la soupe. En 1930, j’ai fait en tout sept pièces (de 225 litres) pour vivre, la misère. Pendant quarante ans de mi-février à mi-juillet, c’était les travaux forcés de la taille, de l’échaudage, et tout le reste. Maintenant je ne vois pour ainsi dire personne dans les vignes, les temps ont bien changé ! Pour moi tout a basculé vers 1947, avec l’arrivé du chèque chez le paysan. Ça nous a obligés à l’organisation dans l’exploitation, ce que vous appelez la planification. Le vin s’en est ressenti en mieux. Il le fallait bon pour le vendre aux échéances de la banque… »

Extrait  de Beaujolais vin du citoyen par Henri Elwing chez JC Lattès

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Lilian Bauchet 21/11/2013 10:46


Philippe, l'association Ceps et Charrues qui regroupe une bonne partie des vitculteurs bios du Beaujolais se réunit jeudi 28 novembre de 18h- 21h
chez André Rampon, Lieu-dit Vernus, à Régnié- Durette pour une dégustation des vins de l'année. Je suis allé jeter un oeil rapide sur votre site où j'ai pu lire votre attachement à la bio. Si le
coeur vous en dit, n'hésitez pas à vous joindre à nous, nous aurions plaisir à vous rencontrer. Tout mes voeux de réussite dans votre projet de reprise vous accompagnent.


Jacques, merci encore pour cette très belle chronique. Je suis un peu nostalgique de cette époque où le Beaujolais Nouveau se consommait "à même" le fût, c'est bien comme ça qu'il est le
meilleur, les vignerons peuvent en témoigner et il est bien dommage qu'il faille maintenant contenir la fougue de sa jeunesse dans ce carcan de verre qu'est la bouteille. Sans compter qu'il faut
le soumettre aux agréments où le gaz, le sucre, l'absence de fermentation malolactique, la présence de lie sont sanctionnées comme autant de défaut quand il ne faudrait y voir que
l'expression  de sa jeunesse qui fait tout le charme des vins de primeurs...


 

Philippe 21/11/2013 10:00


Cher Monsieur Berthomeau, votre jeune lecteur de 2010 vous est resté fidèle puisque j'ai plaisir à nouveau (comme le Beaujolais :-)) de lire vos lignes. En effet, je suis ce lecteur qui vous
écrivait en 2010. Que c'est t-il passé depuis, et bien, j'ai décidé de vivre de ma passion, tout d'abord en créant Raconte-moi le Vin en Janvier 2013, pour faire connaître nos vignerons
athypiques, ensuite, mes parents arrivant à la retraite, beaucoup de choses m'ont fait réfléchir et je vais me lancer, et reprendre les vignes dans lesquelles j'ai grandi, rêve de gosses ou
inscousiance, mon tempérament me pousse à vivre, à essayer...Ainsi, en rêvant ma vie je souhaite que je puisse vivre mes rêves, je suis en route...

Michel Smith 21/11/2013 09:46


Super, ces témoignages sur le Beaujolais d'avant. J'aivais oubliée l'histoire des navets de Chiroubles  Et
tout cela montre combien on a tort de se plaindre sans cesse. Plus on est gâté plus on en redemande... En tout cas, j'y serai, ce soir, au Beaujolais Nouveau !

HPT 21/11/2013 08:24


Cette ferveur populaire à propos du foot. C'est vrai que à titre perso je n'en ai rien à foot. Mais alors pourquoi ne pas se retrouver de la même façon pour bouter cette crise que beaucoup on
sans doute largement oubliée avant hier soir. La crise, ils en avaient rien à foot. les journalistes l'ont bien oubliée dans les journaux de toutes les formes hier. Si les français mouillent un
tout petit peu le maillot au lieu de pleurer dans leur casque et dans leur portefeuille, on sera facilement qualifié!! Mais voilà, entre chanter la marseillaise et se gonfler les pectoraux à
propos d'une compétition auquelle on a seulement participée le cul dans son fauteuil et mettre la main à la poche et faire des économies, je pense encore à ceux qui gagnent des milliers
d'euros et doivent chier de la m... en or, il y a un pas que l'on est d'accord pour faire franchir par les autres.


Jacques, dis nous si le beaujolais est bon cette année, je crois que par chez nous les viticulteurs sont contents du côté de Rosnay et La Couture.


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents