Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 00:09

Fêter les fêtes officielles, carillonnées ou républicaines, et pire encore celles inscrites au calendrier devenues des trucs obligés : Saint Valentin, Fête des Mères, des Pères, des Grands-Mères, Halloween, ce n’est pas mon truc mais, comme je ne suis pas à une contradiction prêt, j’aime faire des cadeaux. Conséquence j’en fais rarement, et même pas du tout, aux dates imposées sauf pour Noël.  En effet,  ad vitam aeternam Noël est et restera pour moi synonyme de cadeaux dans mes sabots. Bien sûr je n’ai jamais porté de sabots, même Suédois au temps des babas, mais des petits souliers que je plaçais au pied de la crèche.

   

L’attente, le plaisir de la surprise, toute une subtile alchimie qui m’a fait adorer les prémices, ce frisson qui monte en vous, les doigts qui défont, déflorer. Ces cadeaux, comme nous n’étions point riches, ils venaient de la ville : le grand magasin Decré, et surtout ils étaient vraiment la part d’amour la plus visible de mes parents. Bien choisi, ils étaient un peu des yeux de ma couturière de mère qui les usaient fort tard sur son ouvrage et la sueur et les soucis de mon entrepreneur de père aux cheveux déjà blancs.


Alors, faire des cadeaux c’est ma part d’enfance à jamais renouvelée, alors qu’en recevoir est pour moi de plus en plus compliqué : j’en suis resté à l’orange enveloppée de papier soie qui accompagnait à chaque Noël les paquets. Le geste, l’attention bien plus que le cadeau obligé, la valeur du cœur.


Valais-001.JPG

La séquence nostalgie étant passée je vous recommande vivement un très bel ouvrage Murs de pierres murs de Vignes Vignoble du Valais publié par le musée valaisan de la Vigne et du Vin 26€.


Superbe mais aussi très instructif ouvrage sur la maçonnerie en pierre sèche qui remonte aux temps anciens, avant l’existence des liants au mortier. Technique minimale, humble, qui a traversé le temps et prouvé son efficacité, très bel exemple de ce que sait faire la main de l’homme. « En Valais, elle a façonné un paysage extraordinaire, construisant les coteaux en cascades de murs soutenant les tablards de vigne, parfois avec une audace folle. »


C’est un beau travail pluridisciplinaire, vivant et imagé pour raconter l’histoire de ces murs de pierres sèches, leurs fonctions, la provenance de la matière première, leur vie avec des hauts et des bas. Merci à nos voisins suisses valaisans pour ce bel hommage à tous ces bâtisseurs anonymes.


« Depuis les vieux temps, depuis tout là-bas dans le temps, d’année en année ; les Romains, les moines, les gens à robes, les gens à pantalons et puis les autres et encore des autres, et puis nos arrière-grands-pères et puis nos grands-pères et puis nos pères et puis nous ; à faire, ensuite à refaire, à construire et à reconstruire et à re-reconstruire, entretenir… » C.-F. Ramuz parlant du Lavaux in Le passage du poète.


Valais-025.JPG

 

Place à quelques photos, bonne lecture car vous pouvez aussi  vous faire un petit cadeau.  

  

 Valais 018 Murs-002.JPG

  


Murs-003.JPG

Murs-005.JPG

Murs-012.JPG

Valais 006

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/12/2012 18:56


C’est vrai qu’il est beau, le vignoble suisse avec ses pentes. Dommage que souvent le cours du franc suisse, le prix horaire de la
main d’oeuvre agricole et les conditions climatiques incitent à tant faire pisser la vigne. Quand ce n’est pas le cas, on se régale du chasselas et des « spécialités », et des dizaines
de cépages inconnus ailleurs. En outre, la capsule à vis y a largement fait disparaître le goût de bouchon, encore si prisé par les iguanodons.


Quand on suit en train le Genfer See sur sa face helvétique, on en prend déjà plein la vue. Oui je sais, ce n’est pas
vraiment le Valais. Visitez Aigle : le château (Musée de la vigne) flotte sur un océan de ceps ....


Tiens, quand j'aurai 26 €, je me l'offrirai, ce livre.

Pierre Masson 21/12/2012 16:21


Alors si vous passez par le Valais et à propos de poète, ne manquez pas le "Domaine des Muses" de Robert Caramentraz, l'oenologue-poète, et alors :


" Dans ce décor sèvère, imposant


Un vieux tambour roule sa colère


un flûtiau folâtre dans les airs


Attisant le feu des conquérants"


 


 

David Cobbold 21/12/2012 05:44


Merci Jacques de nous faire connaître ce livre.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents