Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 00:09

Cette chronique est dédiée à : Francesca Antonelli, Lucia Ceracchi  et Alessandra Pierini… mes amies d’Italie vivant à Paris…


10533852_10152261956634702_878026359346132516_n.jpg

      La sorella tra le botti non ha prezzo!!!  Matteo Ceracchi


10406828_699686083440504_5838233504467967673_n--1-.jpg

                   Alessandra link


10261660_249898528530803_1671439781_n.jpg

           Francesca au championnat du pesto de genovese

 

Les Mots, l’autobiographie de Sartre. « Le lecteur a compris que je déteste mon enfance et tout ce qui en survit. » (1)


Les Mots bleus c’est Christophe (2)


Le poseur de mots c’est ICI link


Les mots à manger de Maryline Desbiolles écrivain, Prix Fémina en 1999 avec Anchise extraits du numéro juin-juillet 2004 de la revue Critique consacrée à la Gastronomie.


-        Orecchietteal ragù 


Tes petites oreilles invisibles, connues de mois seule, tes petites oreilles secrètes où ficher ma langue pointue pour l’occasion, une langue qui fouine, précise, précise. Au bout de la langue la pâte suave, la petite oreille comme un doux prépuce que les dents vont exciter, précises, précises. Heureusement pour calmer la blessure, tout le ragoût de mots un peu trop cuits que je chuchote à tes oreilles secrètes.


-        Fritto misto


Gai gai gai marions-nous. Nos bouches enrobées de pâte si fine qu’elle fait oublier l’huile bouillante dans laquelle on va plonger tout entier et qui déjà nous saisit au col, à la gorge qu’elle fait jaser. Ô me mêler, m’emmêler, me mélanger à toi et glisser un baiser d’italien sur la langue que je veux affûter.


-        Fettucine al nero

  

Prendre les choses à l’envers. À rovescio la nuit, a rovescio le sang d’encre. Le noir très doux en effet qui nous enveloppe comme je suis à tes côtés dans la voiture que tu conduis trop sûrement : nous ne nous perdrons pas pour finir et les lumières sont aveuglantes au bout du tunnel. Mais c’est l’obscurité qui éblouit.


-        Trippa alla fiorentina 


D’où me vient que l’Italie me donne si faim ? De la langue maternelle, des risotti de ma grand-mère ou de moi-même dégustée en petite fille dansant sur la grande table d’un éternel banquet ?

Dans la forte chaleur du 15 août je ne renonce pas à manger des tripes. La vierge n’a-t-elle pas été élevée au ciel avec tout l’attirail de son corps ? Je suis un peu déçue hélas par cet accommodement à la florentine qui déjà me donnait des ailes, une modeste sauce tomate par laquelle aucune assomption n’est possible. La nuit cependant ne manque pas d’anges qui dans la touffeur n’y verront que du feu et nous prêteront main forte.


-        Linguine al tonno 

Au bout de la langue, ces pâtes qui ne sont ni des papillons, ni des anneaux, ni des roues, ni des coudes, ni des coquilles, ni des plumes, ni des oreilles, ni des cheveux d’ange. Rien de tout ça, pas de pappardelle de nourriture, juste le sifflement du désir au bout de la langue, linguine, cet agacement dans les aigus qui fait perdre la tête, qui fait perdre   la gravité de l’accompagnement, al tonno, qui, une seconde, fait oublier que la mariée est grevée d’une traîne.


 

(1)            Loin de l'autobiographie conventionnelle qui avec nostalgie ferait l'éloge des belles années perdues, il s'agit ici pour Sartre d'enterrer son enfance au son d'un requiem acerbe et grinçant. Au-delà de ce regard aigu et distant qu'il porte sur ses souvenirs et qui constitue la trame de l'ouvrage et non pas son propos, l'auteur s'en prend à l'écrivain qui germe en lui. Pêle-mêle, il rabroue et piétine les illusions d'une vocation littéraire, le mythe de l'écrivain, la sacralisation de la littérature dans un procès dont il est à la fois juge et partie. Ainsi, "l'écrivain engagé" dénonce ce risible sacerdoce, cette religion absurde héritée d'un autre siècle. Du crépuscule à l'aube, un travailleur en chambre avait lutté pour écrire une page immortelle qui nous valait ce sursis d'un jour. Je prendrais la relève : moi aussi, je retiendrais l'espèce au bord du gouffre par mon offrande mystique, par mon oeuvre. On ne peut s'empêcher de sourire devant tant d'ironie, et l'on sent l'auteur s'y amuse aussi lorsque, avec cette langue parfaite et cette brillante érudition, il joue les pasticheurs. --Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

 

(2)


 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

cavexpert concept 03/10/2014 23:29


Merci pour votre article, bien amicalement.



Cavexpert.

Patrick Böttcher 03/10/2014 10:27


J'ai longtemps cherché ce que les italiens avaient de tellement fascinant par rapport à vous, amis français, belges et suisses quand on aborde l'univers
de la gastronomie. Je pense avoir réussi récemment à formuler cela avec l'idée que bien plus que d'autres, les italiens associent intégralement l'idée du beau et du bon et cela plus
particulièrement dans ce qu'ils ont de plus cher : la gastronomie.
Cette notion est encore à la fois aussi très familiale et amicale, elle ne recherche jamais la sophistication mais bien la beauté pure et simple. A ce titre, partager un repas avec une
famille italienne est réellement émotionnant.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents