Vendredi 13 janvier 2012 5 13 /01 /Jan /2012 00:09

couv-dico-vinocouv.jpg

Les faits d’abord :

 

BIO(VIN)

 

« Nouvelle catégorie de vin très appréciée des bobos et des jeunes provinciaux. Ils ignorent qu’en réalité les vins bios n’existent pas. Oui les raisins, pardon les « baies »*, peuvent être bio, mais les vins jamais, au grand jamais ! Explication, le vin est, jusqu’à preuve du contraire, une boisson issue de la fermentation du raisin. Donc le raisin peut – c’est rare – être bio, mais jamais la fermentation. Vous suivez ? »

 

[EXEMPLE]

« Humm… Il y a de la matière dans ce vin issu de raisin bio »

 

NATURE(VIN)

 

« Mouvement en vogue dans la Loire, dans le Beaujolais et dans les bistrots parisiens. Il s’agit de produire ou de consommer des vins très faiblement dosés en soufre. Le soufre est le conservateur du vin, l’élément qui lui permet de durer. L’en priver, c’est, certes, le fragiliser, mais aussi lui conférer une saveur de « jus  de fruits » extrêmement agréable, voire digeste. (Voir digestibilité)

 

[EXEMPLE]

« Huum… il sent un peu le fumier, ce beaujolais nature. »

 

Mon ressenti :

 

-         Je suis en manque : rien sur la biodynamie ! Est-ce une vache sacrée ?

 

-         J’avoue que j’ai du mal à suivre l’histoire de la fermentation, mais je suis un ignorant total… faudra m’expliquer…

 

-         En quoi le bio est-il une catégorie nouvelle puisque je note que Patrick Boudon de Soulignac 33760 a fait sa conversion en 1963 ? link

 

 -         Dire que les bobos et les jeunes provinciaux ignorent qu’en réalité les vins bios n’existent pas. C’est faux ! C’est plutôt monsieur et madame Michu qui achètent leur vin à la supérette. Les bobos et les jeunes provinciaux,  vu qu’ils sont de la génération Youpala, link sont incollables. Les vieux qui boivent du Bordeaux, eux, sont d’indécrottables ignorants.

 

-         Depuis 1973, pour l’OIV « le vin est exclusivement la boisson résultant de la fermentation alcoolique complète ou partielle du raisin frais foulé ou non ou du moût de raisin»

 

-         Pourquoi circonscrire les « natures » à la Loire, au Beaujolais du côté producteurs et aux bistrots parisiens du côté consommateur ? Y’en a bien plus dans le Languedoc,  la vallée du Rhône, l’Alsace que dans le Beaujolais. Mais c’est pour forcer le trait me dira-t-on. Fort bien, c’est donc une caricature destinée à faire rire aux dépens des « bouseux » (cf. l’exemple !) et des « parigots tête de veau » !

 

-         Je suis en manque d’un dessin de Philippe Bercovici sur les gars qui fument la moquette et font des vins qui sentent la bouse de vache ou sur les bobos et les jeunes provinciaux qui aiment « le jus de fruit ». Comment je vais faire pour illustrer ma chronique ?

 

-         J’avoue que je trouve que les auteurs sur les deux thèmes manquent de soufre ! Je n’ai pas écrit « de souffle » mais je veux dire que je ne les trouve pas assez sulfureux.

 

Pour le reste de l’œuvre Dico-Vino Guide encyclopéthylique du vin chez 12bis 12€ j’ai noté que François Mauss l’avait recommandé sur son blog GJE c’est donc que c’est un opus convenable, à mettre entre toutes les mains, très PC. C’est gentiment humoristique mais j’avoue que j’aurais aimé qu’il fût un peu plus impertinent, plus incisif, plus borderline, plus jubilatoire, moins bordelo-centré, mais, comme en matière de dégustation et de critique, ce n’est que mon avis qui n’engage que moi.

 

Je précise que le livre m’a été expédié en service de presse par l’éditeur et j’attends avec impatience La gauche bling-bling d’Aymeric Mantoux, Philippe Bercovici, Benoist Simmat qui paraît en librairie le 12 janvier. J’ai déjeuné en face d’Aymeric Mantoux récemment, il m’a pris la tête avec ses certitudes partisanes pendant tout le repas (j’ai des témoins) alors que je n’en avais rien à cirer. Bref, si comme l’écrit le site de la FNAC « L’argent pourrit les gens, tel est mon sentiment », chantait Joey Starr avec son groupe de rap NTM. Et s’il pourrissait également la vie politique, y compris à gauche ? Il se pourrait bien que l’argent soit une fois de plus fatal au Parti Socialiste en cette année 2012… Cette enquête en BD, la première du genre, raconte l'histoire de la gauche et de l'argent en France. De la gauche mitterrandienne, la gauche « caviar », jusqu'à la gauche strausskanienne, une véritable gauche « bling-bling », nous avons assisté au renoncement des idéaux de Marx et de Jaurès. La BD politique la plus insolente de la Présidentielle 2012 ! »

 

Sans doute vais-je me régaler : caviar, champagne, GCC et petites pépés, du moins je l’espère, même si Mantoux m’a déjà saoulé alors que je n’en pouvais mais… Et si on faisait un dîner débat sur ce thème à l’Envers du décor ? Moi ça me plairait vraiment !

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés