Samedi 22 septembre 2012 6 22 /09 /Sep /2012 14:00

Ce que je vous propose en complément de ma chronique de ce matin ce sont quelques chiffres qui montrent à l’évidence que la volonté de la Commission de l’UE de faire disparaître les droits de plantation reposait plus sur des présupposés idéologiques  que sur un réel besoin économique. En termes budgétaires ce système ne générait aucun coût et, comme les chiffres des réserves le montrent, la marge d’expansion du vignoble de l’UE restait possible. Cette relative modération des plantations nouvelles démontre aussi que les investisseurs, hormis pour les vignobles de prestige, ne manifestent guère d’appétence pour le secteur des vignes d’AOP  ou d’IGP dont le retour sur investissement reste fort modeste. Ce qui démontre aussi que la disparition des droits ne provoquerait pas un raz-de-marée de plantations sur ces zones délimitées même si les ha non plantés sont conséquents. La menace est ailleurs sur les Vins sans Indication Géographique comme l’a souligné fort justement Jean Clavel.

 

droits-005.JPG droits-006.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Ben moi, le présupposé idéologique qui dit que tout le monde peut planter de la vigne où il veut, comme des carottes ou de la luzerne, mais sans attendre de l'Etat une quelconque aide pour écouler sa production, ni la distiller au frais du contribuable quand personne ne l'achète, je suis pour. Et supprimer l'avantage que ceux qui détiennent aujourd'hui des droits de plantation possèdent par rapport à ceux qui n'en n'ont pas, je suis pour aussi.

On parle pas mal de redistribution; en voila une!

Bien sûr, mes idées simples ne font sans doute pas le poids face aux arguments des experts et aux intérêts des lobbies, mais c'est mon privilège de plumitif de ne pas en avoir, d'intérêt.

Merci pour l'info, Jacques, claire et précise, en tout cas.

Commentaire n°1 posté par Hervé Lalau le 22/09/2012 à 14h49

depuis que la vigne existe il y a toujours eu de la part des hommes une volonté d'encadrer la production afin d'essayer d'adapter l'offre à la demande et les droits de plantation sont un moyen qui certe n'est pas parfait mais qui a contribué à maintenir cette équilibre .

imaginons une France sans droit de plantation: voila une situation à méditer

je suis céréalier et je décide de diversifier en plantant une vigne de merlot dans une parcelle de 30 ha irrigable possedant des DPU et que je conduits de maniere industrielle taille rase , enherbement machine à vendanger... donc je produits un merlot à faible cout à haut rendement que je vends sans ig .... et en plus je peux beneficier des aides de l'OCM pour planter et pour créer ma cave ... que du bonheur ... pour moi par contre pour les régions traditionnelles bonjour les dégats... conclusion réfléchissons pourquoi la France malgré tout fait référence en matière de vin..

Commentaire n°2 posté par jean heritier le 22/09/2012 à 22h46

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés