Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 14:00

gabelou_vin_bouteille.jpgLes bras m’en tombent ! Nous vivons dans un vieux pays fourbu, endetté, qui n’aime rien tant se compliquer la vie via une bureaucratie tatillonne qui adore perdre son temps, qui est de l’argent, à chercher des poux dans la tête à de braves gens. La loi c’est la loi me rétorqueront les gabelous des temps modernes dont se demande bien ce qu’ils fichent dans le secteur du vin. Moi je veux bien mais cette insignifiante affaire aurait dû se régler vite fait, bien fait car elle ne met en rien en péril l’économie viticole. Franchement ça me donne envie de jeter aux orties toute cette paperasserie qu’engendre les droits de plantation. Merci la CNAOC !

 

 

viewerassociation.png
viewerassociation2-copie-1

Partager cet article
Repost0

commentaires

BERSAC Patrice 28/01/2013 12:29


Par l'association Vignerons Franciliens Réunis (VFR), nous défendons les intérêts de tous les vignerons amateurs de France qui ont des vignes patrimoniales. Depuis l'an 2000 nous demandons aux
administrations concernées un statut spécial pour ces vignes. Nous avons eu des promesses et peu d'actes en dehors de l'arrêté du 8 juin 204. Nous avons écrit à la Commission européenne sur ce
sujet mais elle tarde encore à répondre. Nous avons agi auprès de quelques bureaux de douanes qui avaient épinglé des vignerons amteurs et nous avons réussi à arrêter les procédures.


Je prends contact avec ces vignerons malheureux et nous allons trouver la solution pour que perdurent leurs vignes et leurs vins.


Merci de dire à tous ceux qui ont des inquiétdues de s'adresser à nous.


Merci à Jacques d'avoir réagi et publié la lettre de VVT.


Patrice BERSAC président de VFR

Gilles BARBE 26/01/2013 13:15


Cette situation émane effectivement au départ d'un méconnaissance de la règlementation viticole qui d'ailleurs appliquée de différentes manières suivant les territoires (bizarre ?).


Une fois bien connue, la démarche honnête a été d'informer le service concerné pour trouver une solution. A ce moment nous avons continuer à entretenir ces vignes (surfaces de 2200m²) et investi
dans le pallissage et le reste. relancer l'administration pour connaître sa position , sans retour. Pour enfin subir un contrôle qui conduit entre autre à l'arrachage.


Nos parents nous ont appris à être honnête et cela et bien une leçon et un encouragement à ne rien dire, ne rien déclarer et plutôt rester malhonnête.


A réfléchir

tchoo 25/01/2013 09:31


Je ne connais pas l'affaire, donc difficile de prendre partie, mais nul n'est censée ignorer la loi, et planter de la vigne sans autorisation, procède à tous le mieux d'un incompétence viticole
notoire, ou d'un négligence coupable.


Mettre l'administration devant un fait accomplie et lui demander d'entériner la chose ne fonctionne jamais, avec aucune


Doit-on le regretter?


Imaginer le contraire serait lourd de conséquences.

JACQUES BERTHOMEAU 25/01/2013 09:41



NON distinguer l'esprit de la lettre de la loi et fonctionnaires intelligents ne nuisent pas à l'état de droit sur une question aussi marginale mais fonctionnaire un jour fonctionnaire toujours !



Michel Grisard 24/01/2013 23:35


Jacques on t'attend le 11 à Montmélian.

Michel Grisard 24/01/2013 23:34


Non le papet, le comité interprofessionnel des vins de Savoie ne défend pas les IGP, alors les vins de France.....  En réunion hier avec Pierre Vialet. Même s'il le voulait, il ne le
pourrait !


Le coteau de Mens, est très bien exposé, avec un vrai terroir en plus un paysage magnifique. Il y avait beaucoup de vigne. il n'en reste que quelques petites parcelles ça et là. Il ont un cépage
particulier qui s'appelle l'Onchette. Nous en avons retrouvé une 50ène de souches à Valbonnais. Une petite bombonne en a été vinifiée. Peut-être en dégustation le 11 février à Montmélian pour
notre journée ampélographique? Samuel Delus s'en occupe, mais je n'ai pas de nouvelle du bébé depuis quelque temps. j'espére qu'il a fait sa malo... Samuel a recommencé à planter et s'installe en
vigne. Il a eu d'énormes difficultés à faire aboutir son projet. Et a coté les raisins n'ont pas été cueillis, sur ces 22 ares. C'est un travail de toute une association pour garder les restes
d'une viticulture familiale, les vestiges du passé. Malheureusement, une terrible incompréhension s'est installée pour aboutir à des aberrations. Ainsi, va la vie !!!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...
  • Existait-il au département soviétique de la CIA des responsables de la pomme de terre ? Viatcheslav PIETSOUKH
    « Dites, Lev Borissovitch, ne pensez-vous pas qu’il puisse y avoir, au département soviétique de la CIA, des responsables des pommes de terre, c’est-à-dire des agents spéciaux de l’impérialisme chargés de veiller à ce qu’on ne trouve que très irrégulièrement...