Samedi 15 septembre 2012 6 15 /09 /Sep /2012 00:09

Je n’ai pu résister à la tentation, j’ai péché par action : je me suis précipité, tel un mort de faim, sur les écrits de mes chers confrères es-conseilleurs de F.A.V les pour comme les contre. Bref, je me suis dit mon coco tu ne peux pas rester ainsi les bras ballants faut que tu te fendes d’un papier saignant sur ce genre d’évènement comme on dit, de façon stupide, incontournable. Alors, j’ai fait un retour aux sources : qu’est-ce qu’une foire ? C’est un lieu physique où se retrouvent un jour des acheteurs qui veulent acquérir auprès de vendeurs une marchandise donnée. Le cas le plus connu étant les foires aux bestiaux où se retrouvaient des maquignons et des paysans pour acheter et vendre des animaux de boucherie. Toute ma jeunesse a été scandée par la foire et les marchés du vendredi de la Mothe-Achard qui drainaient beaucoup de monde. Comme dirait l’autre je suis donc un grand expert dans le domaine de la foire et pour, cette raison, je me sens habilité à donner des conseils à ceux qui vont la faire dans les hangars hideux de la GD situés à la périphérie de nos villes en des zones dites commerciales qui sont autant de bubons souillant nos paysages.


 

1-     Venez en camion si vous avez votre permis poids-lourds, sinon affrétez en un avec chauffeur (très chic de se faire une F.A.V avec chauffeur qui affiche dans sa cabine le calendrier Pirelli). On ne va pas à la foire en bagnole pour acheter quelques litrons ça fait mesquin et ça ne permet pas de déployer la stratégie qui suit.

zamour-7389.JPG

 

2-    Dès votre entrée exigez de voir le gérant de la foire qui est celui du magasin (différence entre les franchisés qui sont proprios et les salariés). Inutile de demander le chef de rayon car il ne dispose d’aucun pouvoir de négociation. Pour les gérants salariés exigez qu’il en réfère au siège, ça mettra de l’ambiance chez Carrefour. Ce point est capital pour justifier l’appellation foire puisque dans la plupart des cas normaux les acheteurs ne rencontrent que des caisses et des bouteilles avec des prix imposés, ce qui ne change guère de l’ordinaire. Je suis pour la réhumanisation des transactions commerciales.

 

3-    Lorsque l’on a satisfait votre exigence et que le gérant est présent demandez lui dans l’ordre : une petite table, une carafe, une batterie de verres de dégustation et un crachoir car, en effet, vous devez exiger de déguster les nectars avant de les acheter. Précisez, pour le rassurer, que vous n’achetez que des palettes complètes.

 

4-    En cas de refus, menacez d’appeler la Répression des Fraudes, la Douane, le Ministre de l’Agriculture, si vous êtes dans un Leclerc : Michel-Edouard, dans un Auchan : Pierre Chanau, le CIVB, FranceAgriMer, Perico Légasse... Je réfute le dessous de table mais sait-on jamais !

 

5-    Supposons que vos exigences soient retenues, ce qui est de l’ordre du possible, vous commencez votre dégustation par les blancs puis vous passez aux rouges. Pour les rosés, pas la peine de déguster ils se ressemblent tous : achetez en fonction de l’étiquette. Pas de champagne ! Bien sûr vous n’achetez que des flacons à plus de 15€ sinon ça fait mesquin si vous venez pour des IGP ou des petits vins de propriétaires (j’adore !). Un détail, pour les bouteilles ouvertes (venez avec un tire-bouchon ça fait plus pro), entamées et non complètement bues plusieurs options s’offrent à vous : l’altruiste qui consiste à régaler les acheteurs présents ; la pingre : vous faites reboucher la bouteille pour la finir chez vous ; la démagogique : vous l’offrez au personnel ; la vicieuse vous la laissez au gérant...

 

6-    Une fois votre sélection faites enquerrez-vous auprès du gérant de l’état de son stock pour cette référence et à partir de là : négociez le prix. En effet, une foire, quel fut aux vins, ou à tout autre chose, ne saurait être qualifiée de foire, sans marchandage. Le fameux topez-là, cochon qui s’en dédit.

 

7-     Reste plus qu’à payer et à se soumettre à l’odieuse procédure de la facturation avec TVA et tout le toutim. Là, bien sûr, le bât blesse par rapport à la coutume des foirails où les biftons passaient du gros portefeuille du maquignon à celui, plus modeste, du paysan sans besoin de paperasse inutile. Le coup, toujours possible sur le marché Vernaison du côté de St Ouen, on se fait la TVA et je raque en liquide, n’est plus envisageable. Bien sûr comme l’Etat est à sec ça peut se comprendre mais bon l’économie parallèle était partie intégrante de la foire. Tout se perd !

 

8-    Pour le transbordement de la marchandise dans votre camion vous devez mobiliser un chariot élévateur de type Feenwick du magasin. Un détail, si vous êtes écolo sur les bords vous pouvez venir avec un camion électrique.

 

9-    Si vous avez le bras long ou si vous êtes copain avec un rédac chef vous pouvez venir avec une équipe TV ça amadouera le gérant qui y verra de la publicité à bon compte et ça permettra à la chaîne de diffuser sur son antenne un sujet plus sexy que les éternelles conneries ressassées à propos des F.A.V.

 

zamour-5605.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés