Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 00:09

Ni fâché avec l’orthographe, ni brouillé avec la nomenclature de la DGCCRF concernant les dénominations commerciales des céphalopodes link, ni amateur de gâteries, mais tout bêtement je viens de savourer des encornets cuisinés de mains de maître à Table. Un vrai délice, frais, goûteux, tout le contraire du côté caoutchouteux noyé dans l’encre dont nous gratifient certains restaurants qui se veulent typiques.


Alors où est le blème ?


1280px-Loligo_vulgaris.jpg

 

Nulle part sauf que jusqu’ici je ne consommais que des chipirons.


Donc pour me sortir de la panade je lis ici que le chipiron du sud-ouest est un petit encornet, voisin de la seiche, « encré » pour échapper à ses prédateurs, et là que l’encornet ([ ɑ̃kɔʀne ]) est en principe le nom vernaculaire du calmar lorsqu'il est pêché ou cuisiné, et là encore que le chipiron se nomme supion en Méditerranée…


Je m’y perds puisqu’on me dit aussi que l’encornet est le nom vernaculaire du calmar ou calamar et que ce mot peut parfois désigner par analogie d'autres céphalopodes comme la seiche et parfois le poulpe.


Mais sachez que le calamar n’est pas une seiche « Un moyen infaillible pour ne plus les confondre : La seiche a un os, le calamar (ou calmar) a une plume, la pieuvre n'a plus aucun élément de squelette résiduel. »


Comme le fait remarquer un linguiste « pour la plupart des animaux marins, les noms vernaculaires les plus anciens désignant les céphalopodes sont peu précis, et en outre ils n'étaient connus que dans un cadre régional comme l'atteste le terme normand de Cônet, « cornet au Moyen Âge dans le nord de la France pour désigner ces animaux. Ce terme de cornet aurait été déformé en encornet et désignerait dès lors plus particulièrement en français ces animaux lorsqu'ils sont considérés en tant que comestibles ou appâts de pêche … »


Bref, si souhaitez en savoir plus allez donc vous informer ICI link


Mais moi qui ne suit qu’un Taulier en roue libre tout ce qui m’intéresse c’est le petit bout de la lorgnette :

 

1-     Mais qui donc était «  ENCORNET ET TROTTINETTE  » dans l’affaire Yann Piat ?


Dans leur livre « L'affaire Yann Piat : des assassins au cœur du pouvoir » André Rougeot et Jean-Michel Verne accusaient deux anciens ministres français d'être à l'origine de l'assassinat, sur base d'un témoignage anonyme. Ils les avaient affublés de ces pseudonymes sous lesquels ils étaient présentés comme de soi-disant commanditaires de l'assassinat de la députée Yann Piat, tuée le 25 février 1994 à Hyères. Ces personnages étaient relativement aisés à reconnaître, mais l'accusation ne reposait sur rien.


Vous souvenez-vous  de qui ils s’agissaient ?


2-    Et la turlutte bien sûr !


La « turlute est mentionnée dans le « Larousse », « il s’agit d’un système d’hameçon plombés que l’on monte et descend au bout de sa canne à pêche jusqu’à ce que le chipiron s’y accroche. En général sa sortie de l’eau s’accompagne d’un jet d’encre qui a pour effet secondaire de repeindre la coque du bateau. En outre, cette pêche se pratiquant à l’arrêt, l’embarcation qui monte et descend, tel un ludion, au gré de la houle provoque quelques dérangements gastriques chez les noms initiés aux choses de la mer. »


Un dernier détail de petit vendéen du bord de mer : nous ramassions les os de seiches pour les donner à picorer aux tourterelles.


Voilà l’essentiel est dit et avant que l’encre de cette chronique ne sèche je vous  renvoie à Laurent Bazin qui chronique le vendredi dans le Point apportant une touche naturiste au monde du sage Jacques Dupont.


Il nous demande de passer au-dessus des idées reçues à propos de l’Irouleguy, « ces « vins d'hommes » censés réconforter les pèlerins, le soir, après une longue journée de marche sur la route de Compostelle. Bref : tout ce qu'on s'empresse d'éviter en plein été sur un poisson grillé à peine sorti de l'eau... »


« Montez plutôt voir Thérèse et Michel à Irouleguy. Les Riouspeyrous link vous ouvriront, entre deux rouges surprenants, une de ces bouteilles magiques qui font voir le Pays basque en blanc. « Xuri » en basque... D'où le nom de ce magnifique Hegoxuri, littéralement « blanc du Sud « … la chronique ICI link


arretxea-hegoxuri-irouleguy-basque-2758047-jpg_2391778_652x.JPGDomaine Arretxea, cuvée Hegoxuri 2012. © DR

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Pierre Masson 02/08/2014 10:13


turlutte s'écrit avec un "t" ou deux "t" en définitive ?


Pierre

JACQUES BERTHOMEAU 02/08/2014 10:30



oui Pierre ma turlutte n'est pas une turlute 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents