Samedi 7 juillet 2012 6 07 /07 /Juil /2012 16:00

Le Canard est toujours vivant ! Loin de la postmodernité du Net il poursuit son petit bonhomme de chemin avec ses unes avec des jeux de mots à deux balles, ses dessinateurs, ses infos de derrière les fagots, son absence de pub…et il est plutôt florissant alors que la « Grande Presse » est mal en point.

 

J’ai retrouvé sur le site du Centre de Formation des Journalistes qui, très sportivement, pour ses 60 ans, reproduisait une rude critique contre CFJ signée Jérôme Canard dans le Canard Enchaîné de l’année du retour du Général : 1958. Ce texte, dans le style du Canard de l’époque, garde beaucoup  de sel. C’est une charge certes mais elle appuie là où ça fait mal et j’ai estimé que sa lecture serait bonne pour vos neurones.

CanardEnchaine.jpg

 Le Bureau de placement pour journalistes

 

Le Canard enchaîné - 6 août 1958 (n°1972)

 

Il existe à Paris, rue du Louvre, un« Centre de formation des journalistes».

 

C'est comme j'ai l'honneur de vous le dire.

 

Bien entendu, le sceptique confrère qui a fondé ce truc-là sait parfaitement que jamais un Veuillot, un Rochefort, un Vallès, une Séverine, un Tailhade, un Gohier, un Téry, un Daudet, un Pierre Scize ou un Albert Londres ne renaîtront de son « Centre ».

 

Et, du reste, il s'en fiche.

 

S'il parle de « formation », c'est parce que le mot fait bien sur l'enseigne, et s'il parle de « journalistes », c'est pour flatter les futures commères, grooms-échotiers et autres pâles tartineurs, qui sortiront de chez lui, vêtus de syntaxe candide et le stylo chargé de style à blanc.

Former un journaliste ?

En quinze leçons sans doute ?

On croit entendre se marrer dans sa barbe l'âme de notre Maître à tous, celle du « Vieux Toto" »des choses vues.

 

Mon cher Mannevy (1) - le vieux Mannoche des copains - vous qui n'êtes pas tombé de la dernière pluie de rosettes, avouez, entre nous, que vous ne confondez pas le journalisme digne de ce nom avec ce qu'il est convenu d'appeler la Grande Presse.

Le journalisme, c'est avant tout des idées, des principes, bons ou mauvais, qu'importe, exposés noir sur blanc, affirmés, défendus contre tout ce qui les contredit ou les menace, et c'est d'autres idées, d'autres principes contraires, combattus ou nargués avec, dans tous les cas, cette sincérité passionnée, qui, même balbutiante, même encore ignorante du « métier » et de ses ficelles, a presque toujours le reflet sympathique du talent.

 

La Grande Presse, c'est autre chose. C'est de l'information (qu'on dit) téléguidée, mise à la sauce-maison par des salariés payés pour n'avoir personnellement rien à dire, pour se soumettre sans murmure aux exigences de super-patrons clandestins, via les consignes d'un « boss » de façade, homme de paille grimé en faux bonhomme de plume.

 

De tels salariés, cela doit être stylé, dressé, bien mis au pas. D'où la nécessité d'un « Centre de formation ». De sélection aussi. Car il est des brebis réfractaires au sérum, qui pourraient devenir enragées ou galeuses et contaminer le troupeau.

 

Mais à quoi reconnaître, dans le cheptel des futurs collaborateurs de tout repos, les quelques têtes brûlées, les quelques futurs vrais journalistes, capables de se dire, un jour, qu'on n'est tout de même pas de « France-Soir », de « Paris-presse » ou du « Figaro », de la même façon et pour le même boulot, que d'autres furent du « Chabanais », du « Panier fleuri » ou du « Sphinx»(2) ?

 

La meilleure façon de le savoir, c'est de demander aux tauliers quels sont, selon eux, « les facteurs humains et non pas techniques, qui conditionnent l'engagement » d'un journaliste-sic.

Ce qu'a fait le « Centre de formation »,, sous la forme d'une enquête confidentielle auprès des directeurs de journaux, en remerciant ceux-ci, par avance, du très grand honneur dont auquel... Et j'ai là, sous les yeux, le questionnaire ahurissant proposé par le « Centre » à ces messieurs.

 

Passons sur les questions relatives aux préférences banales que peut avoir un directeur de journal, quant à l'âge, au sexe, au degré de culture générale (la « culture générale » de Mme Carmen Tessier (3) !), voire à « la lisibilité de l 'écriture » des petits candidats selon son cœur.

Cela devient plus drôle quand, avec le plus grand sérieux, M. le directeur doit répondre à ceci :

1° Exigez-vous seulement une langue correcte ou un style clair ?

2° Ou souhaitez-vous (plus question, ici, d'exiger ; le « Centre » ferait faillite !) des qualités proprement littéraires, un véritable talent ?

Enfin, voici la liste des « qualités » le plus souvent requises, auxquelles M. le directeur est prié d'assigner un ordre d'importance : curiosité ; désir d'apprendre et de se perfectionner ; esprit d'observation ; esprit critique ; clarté d'esprit ; don de l'expression frappante ; originalité ; déplacements faciles et rapides ; conscience (...?) ; minutie ; facilité des contacts sociaux ; tact ; discrétion (ne jamais s'inquiéter d'où vient l'argent ?) ; bon caractère ; esprit d'équipe ; débrouillardise ; vivacité ; flaire ; ponctualité ; régularité ; ténacité.

- C'est tout ?

 

Non, pardon, j'ai triché. Une autre « qualité » figure dans cette liste. L'essentielle, l'insigne, l'inappréciable « qualité », la sine qua non, comme dirait Saint-Granier : LA DOCILITE, en un mot.

 

A ceux qui, pieusement, sont morts pour la liberté de la presse, on transmet bien le bonjour du « Centre de formation » !

Comme l'écrivait Henri Jeanson, naguère : « La liberté de la presse est un canard », un des canards-miracles auxquels Jean Rostand lui-même ne croit plus.

Une presse LIBRE rédigée par des journalistes DOCILES !

Par de zélés serviteurs livrés, en état de marche, à toutes les contraintes, à tous les impératifs, à toutes les censures, à toutes les combines, à tous les fonds secrets, de l'Etat, des affaires, des banques, des politiciens, des propagandes, des marchands de papier, des grands distributeurs de publicité, des gros annonciers, des pétroliers, des bouilleurs de cru, des betteraviers, des commanditaires, de l'armée, de l'église, de la police, et des amis de tout ce joli monde...

Une presse libre rédigée à coups de brosse à reluire ou au stylo-bile, selon les cas, mais toujours sur commande, par des employés résignés à filer droit, et qui, tant que ce ne sera pas permis par les maîtres, ne prendront jamais le parti du plus faible contre le plus fort, des exploités contre les exploiteurs, de la vérité contre le mensonge, de la liberté contre la servitude, de toutes les paix contre toutes les guerres, du jour contre la nuit, de l'oxygène contre l'irrespirable...

Une presse « formée » rue du Louvre...

Car, enfin, ce n'est pas par le plus innocent des hasards que, si la docilité figure en bonne place sur la liste, l'esprit d'indépendance, lui, n'y figure pas !

On ne l'ignore pas, rue du Louvre : la Grande Presse n'a rigoureusement rien à f... d'un journaliste indépendant.

Chaque fois qu'elle s'en attrape un sous l'aisselle, elle le relègue, dégoûtée, dans quelque rubrique anodine : tribunaux comiques (et encore !), critique théâtrale (et encore !) ou mots croisés, à moins qu'elle ne lui donne ses huit jours.

Les autres gens de maison, reboutonnent leur gilet rayé et s'en vont prendre respectueusement les ordres, comme d'habitude.

Il faut dire les choses comme elles sont : il n'y aurait pas de presse à genoux, s'il n'y avait tant de journalistes à plat ventre.

La dignité non plus ne fait pas partie des qualités appréciées, rue du Louvre.

La liberté de la presse peut complètement disparaître, escamotée par un quelconque Soustelle, les journalistes-sic ne la regretteront pas. Elle est compromettante et elle paie mal.

Le jour où ces salariés obséquieux seront inscrits au chômage, remplacés dans leur drôle d'emploi par de nouveaux « confrères », encore mieux dressés qu'eux, ils liront, pour tuer le temps, les étincelants pamphlets du grand polémiste Lacheroy...

Et ce sera bien fait pour tout ce charmant gibier de plume.

Docilité, discrétion, tact ?...

Les insectes, eux, résistent, au D.D.T.

 

Jérôme Gauthier (4)

 

Notes (en 2005) :

(1) Raymond Manevy fut président du CFJ de 1950 à 1961.

(2) Ces trois établissements étaient des maisons closes « réputées » à Paris.

(3) Carmen Tessier tenait la chronique mondaine, « les potins de la Commère », dans France Soir.

(4) Jérôme Gauthier était le pseudonyme de Pierre Châtelain-Tailhade (1905-1977). A partir de 1953, sous les pseudonymes de Jérôme Gauthier, d'Arsène ex-Lupin et de Cousin Jérôme, il tenait dans le Canard Enchaîné la rubrique « Faits divers" »- d'où est tiré l'article sur le CFJ - où les trois personnages étaient spécialisés dans l'indignation antipolicière, antimilitariste et anti-étatique.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 13 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

j'ai toujours détesté les détenteurs de vérités, les donneurs de leçons,et celui là s'en était un de première! certainement  persuadé de travailler dans un journal toujours anarchiste, mais ce qu'ils pouvaient être naïfs à l'époque ces gens du canard!!, ça fait combien de temps qu'ils ne sont plus que les petits télégraphistes des règlements de comptes entre politiciens?..

Commentaire n°1 posté par bref le 07/07/2012 à 21h19

Contrairement au planqué de service qui se cache sous son pseudo à quatre lettres, je lis toujours le Canard avec attention car je suis pour la liberté de la presse et contre la servilité en tous genres.

Commentaire n°2 posté par Michel SMITH le 07/07/2012 à 21h54

Pour infos, une prise de position très intéressante d'Edwy Plenel sur l'état de la presse en France: http://www.mediapart.fr/journal/international/160312/la-presse-et-son-honneur

Commentaire n°3 posté par Egmont Labadie le 08/07/2012 à 02h19
Commentaire n°4 posté par Egmont Labadie le 08/07/2012 à 02h20

savez pas lire Michel Smith? je vous dis et je vous répète que le Canard est une machine à régler des comptes entre politiciens, fini l'époque de Maréchal (pas nous voilà mais le fondateur) et ej vois pas ce que la liberté de la presse vient fiche là dedans!

Commentaire n°5 posté par bref le 08/07/2012 à 12h20

tenez Michel smith puisque vous êtes visblement une belle âme, que pensez vous du journaliste du dit canard qui balance des scuds sur la collaboratrice de Devedjian qui vient d'écrire "Le Monarque"? et d'où viennent ses infos à ce journaleux?? moi j'appelle ça une sous-m.....!  et si vous en voulez des tonnes en plus?

Commentaire n°6 posté par bref le 08/07/2012 à 15h52

Loin d'être une salve de Scuds, l'article du Canard sur le "Monarque" et Marie-Cécile Guillaume, est élogieux. Par ailleurs, la répétition d'une affirmation ne transforme pas celle-ci en vérité.

Commentaire n°7 posté par Alain Leygnier le 08/07/2012 à 16h22

Bref, qui se cache toujours sous son pseudo à quatre sous, n'apprécie visiblement pas le métier de journaliste qui consiste à aller enquêter là où se trouvent les infos, c'est-à-dire pas toujours du côté de la brosse qui va dans le sens du poil. Si vous étiez journaliste, vous seriez heureux dans la plupart des journaux qui sont sensés nous informer, Figaro en tête.

Commentaire n°8 posté par Michel Smith le 08/07/2012 à 16h56

Détrompe-toi ce pleutre qui se cache sous des pseudos à la noix est une ex-journaliste je l'ai géolocalisé grâce à Google... un frustré dont je tairai le vrai nom...

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 08/07/2012 à 17h08

Encore un (une) frustré ? Décidément, vu l'état de la Presse, cela ne m'étonne pas. Heureusement, il nous reste les blogs ! 

Commentaire n°9 posté par Michel Smith le 08/07/2012 à 17h12

le dernier qui m'a géolocalisé chez Assouline me voyait en Hollande et même au Pays bas, c'est dire là qualité de l'outil! en tout cas un conseil Berthomeau  évitez de lui mettre votre main sur la tronche à votre géolocalisé parce qu'il (elle ) ne va pas comprendre!

Commentaire n°10 posté par bref le 08/07/2012 à 18h22

cause toujours mon coco tu ne nous intéresse pas mais ton IP te marque à la culotte (et là tout est possible) et je sais qui tu es mais je m'en fous totalement vu que tu n'es qu'un étron sans intérêt qui défèque partout où il peut. Je sais que tu vas éructer mais c'est bon ducon !

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 08/07/2012 à 18h32

Merde, v'la qu'le Taulier est plus aimable que moi...

Commentaire n°11 posté par Michel Smith le 08/07/2012 à 18h41

pourtant vous me devez plus que je ne vous dois M berthomeau! ingrat va! même pas la reconnaissance du ventre!

Commentaire n°12 posté par bref le 08/07/2012 à 21h18

Arrête vraiment ton délire ducon je vais te foutre de nouveau à la poubelle systématiquement car tu pollue vraiment trop avec tes conneries de midinette...

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 08/07/2012 à 21h37

mais non, point de délire, je vous raconterai ça un jour quand j'aurai le temps, vous  verrez ça vous fera rigoler!

Commentaire n°13 posté par bref le 09/07/2012 à 11h11

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés