Lundi 2 janvier 2012 1 02 /01 /Jan /2012 00:09

Je suis persuadé que de vous proposer de commencer l’année nouvelle en compagnie de notre Eva, en quasi lévitation sur les sentes de ce qui se fait de mieux dans les Coteaux du Layon, va vous donner un bel élan. Vous n’imaginez pas l’effet que ça va provoquer sur notre Léon de Gaule Sud… Moi si ! Au temps de mes premières lichettes de vin accompagnant le gâteau de Savoie de ma pâtissière de mère deux d’entre eux : le Coteau du Layon et le Monbazillac s’apparentaient pour moi aux sirops contre la toux que la mémé Marie me faisait avaler avec une cuillère à soupe ;  sucraillou en diable je les trouvais lourds et mous. Il faut dire que depuis tout gamin je n’ai jamais apprécié le sucré : mon plus grand plaisir était de manger des feuilles d’oseille crue du jardin. J’adore l’acidulé ! Bref, comme Eva va vous le dire beaucoup mieux que moi, par bonheur des vignerons de cette belle région, les Coteaux du Layon, ont su redonner leur lettre de noblesse à ces vins que l’on qualifiait autrefois de dessert. Belle et douce année avec Eva chroniqueuse avisée et enthousiaste de mon petit espace de liberté. Que du bonheur pour le taulier !

photo Eva     

Voilà, ça y est les fêtes de fin d'année sont déjà passées, avec leur dose de repas plus ou moins gargantuesques et leurs incontournables huîtres-saumon-fumé-foie-gras. Cette année pour Noël, comme depuis quelques années maintenant, ma mère fait son foie gras maison, avec des foies de canard-de-la-ferme-d'à-côté-de-chez-mon-oncle. Cuisson au torchon, ça le rend moelleux et fondant. Le tout étant de savoir l'accorder correctement avec un vin. Par chez moi, on a l'habitude de l'accorder avec un Coteau du Layon. Mais il y a Coteau du Layon et Coteau du Layon. Pendant des années, j'ai été dégoûtée de cette overdose de sucre et de cette lourdeur écœurante en bouche. Je ne voulais plus de ces vins, de cette appellation. Pour y revenir finalement, avec délice, en découvrant des domaines qui subliment le Chenin en moelleux et liquoreux.

 

Mes deux coups de cœurs sont le domaine Philippe et Catherine Delesvaux et le domaine de Juchepie. Des personnes adorables qui font de merveilleux vins, trop peu reconnus dans leur région malheureusement. Nul n'est prophète en son pays parait-il. L'année dernière, j'avais déjà fait partager à ma famille mon émotion autour de la Quintessence de Juchepie, liquoreux du domaine qui a bouleversé ma conception du vin liquoreux. Il avait conquis tout le monde. Ce vin reste une de mes plus belles émotions vins...

 

Autour du foie gras, j'ai donc décidé de revenir vers Juchepie en dégustant cette fois-ci un de leurs deux cuvées de moelleux, les Quarts, qui correspond à une parcelle du domaine. Millésime 2003. 2003, millésime chaud et lourd. Pas ici. Ce vin est incroyablement frais malgré son millésime. Et ce nez, ce nez... Le nez est si complexe que l'on doit se concentrer quelques minutes pour essayer de distinguer les différents arômes qui dansent dans le verre. J'ai toujours beaucoup de mal à parler de ce type de vin, tant leur complexité me charme et me désarme. Les arômes sont ceux de fruits secs, avec des notes presque champignonnés. Mais j'ai senti sur leurs vins des notes uniques, que je n'ai retrouvé dans aucun autre. En bouche, la matière est belle, elle glisse dans le bouche comme de la soie, légère mais remarquable. Un moment de bonheur. Le sucre se fait discret derrière une certaine fraîcheur qui surprend pour un vin de cette année. C'est beau. On en reste bouche bée. La longueur en bouche est telle qu'il nous faut des minutes entières pour apprécier chaque gorgée. Tout le monde aime. Tout le monde est conquis.

 Juchepie-11.jpg 

photoJuchepie.JPG

 

Et sur le foie gras, c'est une merveille. Le foie gras est quelque chose d'assez lourd qui doit à mon sens être accordé avec un vin qui le relève sans être trop sucré, trop lourd. Surtout quand le foie gras introduit un long repas. La douceur des deux s'accorde bien. Et le vin est tellement bon... On se régale ! Le verre se vide trop vite alors on prend le temps d'apprécier chaque goutte. Eddy & Mileine Oosterlinck Bracke font des merveilles. Une fois de plus, ils nous ont mis sur les fesses. Merci à eux.

 

Alors il me reste plus qu'à vous souhaiter à tous une bonne année 2012, tout plein de belles choses et des belles quilles, à partager avec ceux que vous aimez, pour aller un peu au-delà de la morosité ambiante.

 

Domaine Philippe Delesvaux

Les Essards -La Haie Longue

49190 Saint-Aubin-de-Luigné

+33 (0)2 41 78 18 71

dom.delesvaux.philippe@wanadoo.fr

 

DOMAINE de JUCHEPIE

Eddy & Mileine Oosterlinck-Bracke

Les Quarts

49380 FAYE d'Anjou

+33 (0)241 54 33 47

contact@juchepie.com

http://www.juchepie.com

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : le vin du mois d'Eva
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés