Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 00:09

C’est l’histoire d’un Taulier, adorant pédaler sur les pavés de Paris qui, dans la séquence des fêtes de fin d’année, s’est payé 3 semaines de quasi-immobilité.


Baker-s-cyst.jpg

 

Le 20 décembre je suis en Champagne. Glacé j’en reviens avec un cocktail microbien qui me fait passer Noël, non aux tisons mais au fond de mon lit. Traitement à l’ancienne efficace, je suis d’attaque pour un réveillon 100% bourguignon.link


photo678.jpg

 

Au lever du gui l’an neuf, stupéfaction je suis mou du genou, le gauche bien sûr. Mon ménisque se baladait et ma poche de synovie s’épanchait.  Air connu, j’ai déjà donné il y a 4 ans, poche de glace, je me prenais pour Platini, immobilité, extension de la jambe, canes anglaises pour me mouvoir at home. Patience et longueur de temps.


gene-tierney-art

 

J’aurais pu, pour passer ce temps, me ruer sur mon clavier, m’épancher, vous inonder. Eh bien non je me suis payé une cure de Gene Tierney. C’était comme si je m’offrais une cure de désintoxication sans les affres de l’abstinence.


Et c’est ainsi que je me suis dit, mon petit, et si tu t’offrais de nouvelles aventures.


Sitôt dit, sitôt fait, je décidais de lever le pied pour satisfaire un manque qui me taraudait depuis quelque temps.


N’en déplaise au camarade Feuilly je ne fais pas dans la dépression, bien au contraire je suis gonflé à bloc, sans amphé ni pot belge, et j’ai de nouveau envie d’écrire.


Écrire pour moi d’abord, et un peu pour vous sur cet espace de liberté mais comme je vous l’ai déjà dit sans boulimie n’y frénésie.


Hier, j’ai écrit « je m’en vais » non pour que vous me demandiez de continuer car bien sûr je n'ai jamais écrit que j'arrêtais.

 

Simplement je prends du champ et surtout je quitte celui qu’occupent mes collègues blogueurs : dégustations à répétition, salons in ou off, sollicitations en tout genre. Je fais ce que bon me semble et comme manger et boire font partis de la vie que je vis, je pondrai des courtes chroniques.

 

Oui, oui, vous ne rêvez pas, c'est possible même si faire court demande bien plus de temps que faire long.


Afin de bien me faire comprendre permettez-moi d’utiliser une image : jusqu’ici je vous soulais maintenant ce ne sera que des petits verres au gré de mes envies et du temps qui me restera.


Ce temps reconquis je le consacrerai bien sûr, en priorité, à l’écriture mais aussi à vous, au plus près de vous. Les vignerons j’irai vous voir dans vos vignes , dans vos chais et non derrière des enfilades de tables peuplées de bouteilles.


Dernière information : hier on m’a fait plein de radios de mon genou et même une échographie et, bonne nouvelle, l’ordre règne à nouveau même si la vieillerie poursuit son petit boulot d’usure.


Donc à nouveau je vais pouvoir refaire du vélo

 

Pour ceux qui viendraient me dire que c’est parce que j’ai abusé de la pédale que mon genou s’est épanché je réponds que c'est faux. Je n’avais pas mis les pieds depuis des jours sur ma flèche d’argent vu mon allergie aux particules fines qui baignaient l’air de Paris.

   

Ceci écrit, en 10 mn chrono, à mon retour du Centre d’Imagerie Médicale Port-Royal, sachez tout de même que du côté de la pollution de l’air à Paris, préférer le vélo aux autos. « On est plus exposé à la pollution dans son véhicule que sur le trottoir des grands axes », assure Airparif, l'organisme de surveillance de la qualité de l'air de Paris et sa région. link

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 14/01/2014 11:24


@ Taulier


Jacques, « prospectant » Paris en juin 2012 (sans succès durable d’ailleurs), Christine et moi avons fait une dégustation dans le quartier des Batignolles (7ème ?) et
cette demoiselle, casquée d’abord,  toute fraîche et pimpante dès qu’elle l’eût enlevé, a fait une brève apparition, son véhicule joliment béquillé sur le trottoir. Donc, j’étais au courant
de son mode de déplacement. En plus, il me semble que tu y es revenu récemment ... du temps où tu écrivais encore des blogs.


Curieuse coïncidence, un excellent ami, qui a été à l’origine de l’ouverture du Blue Elephant à ses débuts parisiens pour le compte de financiers belges, après avoir tenu à
Bruxelles un excellent restaurant d’inspiration bahianaise (et plus généralement brésilienne), m’a parlé hier soir au téléphone de différentes égéries franciliennes devenues marchandes de vin (ou
intermédiaires en tout cas). Parmi les prénoms évoqués, tous à consonnance charmante et/ou exotique, figurait celui de ton amie, la fille d’Etienne.


La son de son nom à du résonner comme un gong dans le front de cette Ninon aux chapons !


 


Voilà qui tient à la fois de l’assonance et de la paréchèse, non ? 

Luc Charlier 14/01/2014 10:27


@ Taulier


 


Ah, d’accord. Mais le « sport en chambre » peut, lui aussi, mettre sur les genoux. J’espère que ta flèche d’argent ne se transforme pas en scooter : dans les rues de Paris, c’est
périlleux à plus d’un titre. L’avantage, c’est qu’on trouve toujours un brave type pour apporter les croissants. 

JACQUES BERTHOMEAU 14/01/2014 10:33



je déteste les casques : abandon du Solex pour cette raison... Fleur a un scooter 



Aredius 14/01/2014 09:56


A un de ces jours à Vélocampus à Nantes !


http://velocampus.net/


On y fait aussi de la cuisine. Mais l'Abelia n'est pas loin.


Vive le vélo :http://lefenetrou.blogspot.fr/search/label/v%C3%A9los


 

Luc Charlier 14/01/2014 09:31


Taulier,


Ce n’est pas en pédalant que tu as stressé tes cartilages, c’est en faisant trop de ski, comme le soulignait habilement Bauchet avant que je ne suive ... sa trace. Les portes sont étroites, qui
mènent à la gloire du vainqueur, parfois, mais surtout aux crampes de l’après-course, même chez les meilleurs descendeurs.


Si le pot belge te manque, je peux remédier à cela : il y a 40.000 bt en stock à Rivesaltes.


 


Enfin, si tu souhaites visiter le vignoble et réaliser des dégustations in situ, tu sais que Corneilla possède des chambres d’amis. Et je pourrai te pistonner auprès des collègues de Maury ...
mais je crois que tu y as encore des potes et peux te passer de mon entremise.

JACQUES BERTHOMEAU 14/01/2014 10:00



Jamais fait de ski  plutôt adepte du sport en chambre 



Roger Feuilly 14/01/2014 00:32


Bah le camarade Feuilly est vigilant et, jamais, il n'a pensé que tu tombais dans la dépression. En revanche, il est toujours adepte de, en matière de sport, ce qu'en disait Winston Churchill :
"No sport, only cigars !"... Bonnet de nuit et... large soif!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents