Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 00:09

L’occupation de notre pays par l’Allemagne fut une période florissante pour le commerce des vins. Cela peut choquer mais comme l’écrit Christophe Lucand dans sa somme Les Négociants en vins de Bourgogne de la fin du XIXe à nos jours chez Féret 54,90€ « Depuis longtemps soumis à une conjoncture difficile, dans un climat de surproduction endémique, le commerce des vins s’envole brutalement atteignant des niveaux inconnus. Le vin, quel que soit son degré de qualité, se vend dans des proportions inouïes qui auraient été perçues comme inimaginables encore quelques mois plus tôt. »

 

Ce matin, afin de mettre en perspective cette sombre époque je vous propose de découvrir l’état d’esprit des occupants par la voix d’Herman Goering. « En 1940, Göring devient Reichsmarschall des Großdeutschen Reiches, titre qu'il est le seul à posséder. Il est le seul durant la Seconde Guerre mondiale à recevoir la Grand Croix de l'ordre de la croix de fer (Grosskreuz), l'une des plus hautes distinctions allemandes, que ne s'étaient vu décerner que des chefs du prestige de Blücher ou de Hindenburg. Il est toujours chef suprême de l'aviation et de l'économie de guerre. À l'entrée en guerre, il est le successeur désigné d’Hitler. On le surnomme « l'Homme de fer » et il jouit d'une très grande popularité dans la population allemande. »

Bundesarchiv_Bild_146-1979-089-22-_Hermann_Goring_und_Paul.jpg

Goering donc, chargé par Hitler de coordonner la politique économique à l’échelle continentale pour assurer la victoire du Reich, avec sa verve habituelle, ne prends pas de gants lorsqu’il déclare à ses séides « Dieu sait que vous n’êtes pas envoyés là-bas pour travailler au bien-être des peuples qui vous sont confiés, mais pour en retirer un maximum (…) Il faut vous transformer en chiens de chasse, être à l’affut de tout ce qui peut être utile au peuple allemand (…) Tout ce qui m’intéresse, c’est ce qu’on peut tirer du territoire que nous avons actuellement entre les mains. »

 

« En ce qui concerne la France, j’affirme qu’elle n’est pas encore cultivée au maximum. La France pourrait avoir un rendement agricole bien supérieur si « messieurs les paysans » étaient contraints de travailler davantage. D’autre part, la population française s’empiffre de nourriture que c’en est une honte. (…) C’est là le secret de la gaité des gens en France. Sans cela ils ne seraient pas si gais. 5…) Je ne dirais rien bien au contraire, je vous ferais plutôt des reproches si nous n’avions pas à Paris un restaurant de luxe extraordinaire où l’on puisse déguster ce qu’il y a de meilleur. Mais je n’ai pas envie que les Français puissent y mettre les pieds. C’est pour nous que Maxim’s doit faire sa meilleure cuisine. Trois ou quatre restaurants de toute première classe pour les officiers et les soldats allemands, c’est parfait, mais rien pour les Français. Ils n’ont pas besoin, eux, de manger de cette cuisine. (…) Il n’est pas question ici du seul ravitaillement, mais je m’époumone pour affirmer que je considère la France occupée par nous comme un pays conquis.

Autrefois, la chose était plus simple. Autrefois, on pillait. Celui qui avait conquis le pays prenait les richesses de ce pays. Aujourd’hui, les choses se font plus humainement. Mais moi, je songe tout de même à piller, et rondement. Je vais envoyer une foule d’acheteurs pourvus de pouvoirs exceptionnels d’abord en Belgique et en Hollande, puis en France ; ils auront tout le loisir d’ici la Noël, d’acheter à peu près tout ce qu’ils trouveront dans les belles boutiques et les beaux magasins. Je ferai mettre tout cela dans les vitrines pour le peuple allemand, dans les magasins allemands où il pourra les acheter. Je n’ai pas envie que chaque Française s’attife comme une cocotte qui prend des grands airs. D’ici peu de temps, elle n’aura plus rien à acheter (…) Je vais lui faire comprendre ce que cela veut dire sauvegarder les intérêts du Reich allemand. (…) »

In Jacques Delarue Trafics et crimes sous l’occupation

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents