Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 10:00

La [check-list] du Monde titre ce matin « Ravages de l'alcool dans le monde »


gsr2014mini.jpg

 

« Un grand rapport de l'Organisation mondiale de la santé révèle que plus de 3 millions de personnes ont été victimes de l'alcool dans le monde en 2012. Soit près d'un décès toutes les dix secondes.


L’OMS appelle les gouvernements à redoubler d’efforts pour éviter les décès et les maladies liés à l’alcool »


Le Parisien titre L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes selon l'OMS


« Les Chinois et les Indiens boivent d'avantage. La situation devrait empirer à mesure que des pays fortement peuplés voient leur niveau de vie augmenter. Car si les pays riches (Amériques et Europe) restent les plus gros consommateurs d'alcool, la consommation a surtout augmenté ces dernières années en Inde et en Chine tandis qu'elle est restée stable dans les pays des Amériques, d'Europe et d'Afrique. L'OMS s'attend ainsi à ce que la consommation annuelle d'alcool en Chine augmente d'ici à 2025 de 1,5 litre par personne.

 

17 litres d'alcool pur par buveur. D'après le rapport, en 2010, les plus gros consommateurs d'alcool étaient la Russie, les pays d'Europe de l'Est, le Portugal, suivi de la majorité des pays de l'UE, du Canada, de l'Australie et de l'Afrique du Sud. En 2012, la consommation mondiale équivalait à 6,2 litres d'alcool pur par personne âgée de plus de 15 ans. Mais si l'on prend en compte le fait que la moitié de la population dans le monde n'a pas bu d'alcool durant les derniers 12 mois, cela signifie que la consommation mondiale parmi les buveurs a atteint «17 litres d'alcool pur, l'équivalent de 45 bouteilles de whisky, ou 150 bouteilles de vin, ou plus d'un millier de canettes de bières»,  alerte M. Saxena.

 

1/4 de l'alcool acheté au marché noir. Un quart de la consommation d'alcool échappe au contrôle des autorités, mais ce taux est bien plus élevé dans les pays où la consommation d'alcool est interdite ou mal vue par la société, comme dans les pays de la Méditerranée orientale ou dans les pays d'Asie du sud-est. Or l'alcool produit illégalement présente de nombreux dangers pour la santé en raison de sa toxicité, selon les experts.

 

Le phénomène des «bitures» express. Selon l'OMS, 48% de la population mondiale n'a jamais bu d'alcool, et l'abstinence est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Par ailleurs, 11,7% des 15 à 19 ans pratiquent des beuveries épisodiques, contre 7,5% pour le reste de la population. L'OMS est particulièrement inquiète face à l'augmentation de ces «bitures express», en particulier dans les pays riches, que les experts définissent comme l'ingestion de plus de 4 shots de vodka sur une courte période de temps. »

 

12 MAI 2014 | GENÈVE - En 2012, l’usage nocif de l’alcool a été à l’origine de 3,3 millions de décès dans le monde, selon un nouveau rapport présenté aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Non seulement la consommation d’alcool peut entraîner une dépendance, mais elle augmente également le risque de développer plus de 200 maladies, dont la cirrhose du foie et certains cancers. En outre, l’usage nocif de l’alcool peut occasionner des actes de violence et des traumatismes.

 

Le rapport indique également que cette pratique rend plus vulnérable face aux maladies infectieuses comme la tuberculose et la pneumonie.

 

La dernière édition du Rapport de situation mondial sur l’alcool et la santé [Global Status Report on Alcohol and Health 2014] présente le profil de la consommation d’alcool dans les 194 États Membres de l’OMS, les répercussions de celle-ci sur la santé publique et les mesures prises dans ce domaine.


«Il faut faire plus pour protéger les populations contre les conséquences sanitaires négatives de la consommation d’alcool», explique le Dr Oleg Chestnov, Sous-Directeur général de l’OMS en charge du Groupe Maladies non transmissibles et santé mentale. Le rapport montre clairement qu’il n’y a pas de place pour l’autosatisfaction lorsqu’il s’agit de réduire l’usage nocif de l’alcool.»


Certains pays renforcent d’ores et déjà leurs mesures de protection de la population en augmentant les taxes sur l’alcool, en restreignant sa disponibilité par un relèvement des limites d’âge et en réglementant la commercialisation des boissons alcoolisées.


 

Principales recommandations


 

Le rapport souligne également que les pays doivent agir, y compris:


 

-          en prenant l’initiative de politiques nationales de réduction de l’usage nocif de l’alcool (66 États Membres de l’OMS avaient établi de telles politiques en 2012);


-          en menant des activités de sensibilisation nationales (près de 140 pays ont indiqué avoir mené au moins une activité de ce type au cours des trois dernières années);


-          en assurant des services de prévention et de traitement, en particulier en renforçant la prévention, le traitement et les soins pour les patients et leurs familles, et en soutenant les contrôles d’alcoolémie et les interventions brèves.


De plus, le rapport montre que les communautés doivent être associées à l’action visant à réduire l’usage nocif de l’alcool.

 

17 litres d’alcool par an

 

Dans le monde, chaque personne de 15 ans ou plus consomme en moyenne 6,2 litres d’alcool pur par an. Comme moins de la moitié de la population (38,3%) consomme effectivement de l’alcool, cela signifie que les buveurs consomment en moyenne 17 litres d’alcool pur chaque année.


Le rapport relève également que le pourcentage de décès imputables à des causes liées à l’alcool est plus élevé chez les hommes (7,6%) que chez les femmes (4%), même si, d’après certaines données, les femmes pourraient être plus vulnérables face à certains problèmes de santé liés à l’alcool. De plus, les auteurs s’inquiètent de l’augmentation constante de l’usage de l’alcool dans la population féminine.

 

«Nous avons constaté que, dans le monde, 16% environ des buveurs consomment occasionnellement de fortes quantités d’alcool, alors que ces ‘beuveries express’ sont la forme de consommation la plus dangereuse pour la santé», explique le Dr Shekhar Saxena, Directeur du Département de l’OMS Santé mentale et abus de substances psychoactives. «Les groupes à faible revenu sont les plus touchés par les conséquences sociales et sanitaires de l’alcool. Souvent, ces personnes n’ont pas accès à des soins de qualité et elles sont moins protégées par les réseaux familiaux ou communautaires.»

 

L'Europe en tête des pays à forte consommation

 

C’est en Europe que la consommation d’alcool par personne est la plus haute, avec des taux particulièrement élevés dans certains pays. L’analyse des tendances montre qu’au cours des cinq dernières années, le niveau de consommation est resté stable dans cette région, comme en Afrique et dans les Amériques, tandis que des augmentations ont été signalées dans les régions de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental.

 

Au moyen de son réseau mondial, l’OMS aide les pays à élaborer et mettre en œuvre des politiques pour réduire l’usage nocif de l’alcool. La nécessité d’une action renforcée a été admise en 2011 lors d’une réunion historique de l’Assemblée générale des Nations Unies reconnaissant l’alcool comme l’un des quatre facteurs de risque communs* contribuant à l’épidémie de maladies non transmissibles.

 

Note à l’intention des rédacteurs

 

La notion d’usage nocif de l’alcool s’entend de la consommation d’alcool qui a des conséquences sanitaires et sociales néfastes pour le buveur, son entourage et la société en général, ainsi que des modes de consommation qui augmentent le risque d’issues sanitaires défavorables.

 

* Les trois autres facteurs sont: la consommation de tabac, la mauvaise alimentation et la sédentarité.

 

France


Total population: 63 231 000 ➤ Population aged 15 years and older (15+): 82% ➤ Population in urban areas: 85% ➤ Income group (World Bank): High income link

 

Rapport de la situation sur l'alcool et la santé 2014 link


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 14/05/2014 10:28


Merci pour les nouvelles mais font tous ch...! - Quand on voit comment les pouvoirs publics n'ont pas pu, su ou voulu empécher la commercialisation de cette m.... de REDBULL on se demande à quoi
servent ces statistiques ! Cf l'article de Charlie Hebdo de la semaine dernière rappelant le rapport ALARMANT de l'OMS sur l'abus des antibiotiques qui nous préparent, à court terme au retour à
l'air pré-péniciline.Avertissemnt que j'entend depuis plus de 55 ans     ( comme l'amiante !). Charlie soulignait bien sur la résponsabilité des grands groupes pharmaceutiques
qui nous font incurgiter tout cela notament au travers du bétail et autres aliments.Etait encore précisé que cela n'était guère étonnant, ces groupes et leur lobbys ayant " leur ronds de
serviette à l'OMS " Que vive le Staphilocoque Doré et SAUVE QUI PEUT !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents