Lundi 20 août 2012 1 20 /08 /Août /2012 14:00

La gare de Libourne est-elle en sursis ? La LGV va sans doute la reléguer au rang de station ferroviaire pour tortillards. Pauvre Baronne G ! Et pourtant au temps de son père « La Ve République, avec la déferlante UNR post 58, puis ses technocrates énarques, avait érigé le « parachutage » en adoubement des nouveaux barons du régime et de ses jeunes turcs. Venus du « ciel » les nouveaux arrivants se devaient pour survivre de s’enraciner dans le terroir de leur circonscription. Le cas Boulin est intéressant du fait des spécificités du « pays Libournais ». En effet, celui-ci montre « une sensibilité aigue, voire épidermique, face aux autres territoires girondins et à la métropole de Bordeaux » Qu’une petite ville 10 fois moins peuplée que sa voisine soit doté d’une succursale de la Banque de France, d’une Caisse Régionale de Crédit Agricole indépendante de celle de la Gironde (le St-Émilionnais est rattaché à cette dernière), d’une Chambre de Commerce et d’Industrie témoigne d’un  « patriotisme de clocher » dont le « parachuté » Boulin doté d’une envergure nationale a dû tenir compte en « jouant le jeu » des spécificités du monde du vin libournais. »

 

Votre taulier a donc pris son billet de seconde carte senior 24,20€ :

 

 Départ à : 09h57  de la gare de LIBOURNE arrivée à 10h20 à la gare de BORDEAUX SAINT JEAN puis à 10h40 embarquement dans le TER 65367 arrivée à la gare de LA ROCHE SUR YON à 13h58, changement pour l’Intercités 14h12 3842 arrivée à 14h44 à la gare de LES SABLES D’OLONNE ;

 

4h47 de voyage, j’aurais été plus vite en auto mais je n’aurais pas eu le plaisir entre la Roche s/Yon et Les Sables d’Olonne de faire un arrêt à la gare de La Mothe-Achard (pas vrai Henri-Pierre Troussicot !)


Mais pourquoi diable aller aux Sables d’Olonne ? Pour aller saluer mon vieux copain Dominique Remaud et mon oncle Gilbert Renaut, dit Gomina, du côté de la Chaume ? Pourquoi pas ! Mais comme je suis un peu vicieux sur les bords ma question est plus tordu  qu’un vieux cep de Carignan cher au Forgeron de Dana, l’ami Michel très porté avec Léon sur les soutifs.

jacques-dupont-j-ai-toujours-fait-un-lien-entre-vin-et-hist.jpg

Pourquoi ai-je dans une chronique « Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble » affublé le plus beau nez du PDF (paysage dégustatif français) de cet étrange qualification ?

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés