Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 00:09

democratie_amerique_t1_L20.jpg

Je consomme beaucoup italien, y compris des nourritures de l’esprit. En effet, comme l’écrit Corrado Augias dans son petit opus « L’Italie expliquée aux français » café Voltaire chez Flammarion j’aime « ce pays d’excellence pour la mode, le design, l’architecture, la musique, certains sports, la cuisine, le vin, et une qualité de vie qui reste bonne, malgré tout. » Bien sûr reste le pourquoi de la longévité de Berlusconi mais ça c’est le sujet du livre d’Augias.

Dans son dernier chapitre, Corrado Augias évoque la transformation de la façon de faire de la politique qui se fait maintenant à l’échelle planétaire. « les formes typiques de la démocratie de masse du XXe siècle sont révolues et il existe aujourd’hui un despotisme plus insidieux que celui des grandes idéologies totalitaires du siècle dernier. Il s’agit de formes nouvelles, qu’Alexis de Tocqueville avait déjà repérées, dans De la démocratie en Amérique, les qualifiant de « despotisme doux »  9782081264359_cm.jpg

Ne fuyez pas jeunes pousses de la blogosphère, lire Tocqueville ne relève pas de la ringardise mais de la calcification de votre colonne vertébrale. L’actualité de son propos est proprement stupéfiante et même si vous n’en tirez pas la substantifique moelle pour être des citoyens plus conscients j’espère qu’il vous fera un peu prendre conscience que le fun ne peut pas tenir lieu de seul principe de vie.

 

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrables d’hommes semblables et égaux qui tourner et sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant se ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche mais ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie. »

 

Tocqueville, de la Démocratie en Amérique (vol. II, 4e partie, ch.VI), Folio, 1993, p.434.

 

« Pour s’imposer, ce despotisme n’a besoin ni d’un coup d’État ni d’une police secrète qui frappe à la porte à 4 heures du matin. Le despotisme doux est composé à la fois de bienveillance, de  complaisance, de séduction, de la diffusion d’informations fausses ou tronquées, de charisme de la part de celui qui veut l’imposer et d’une « passivité » substantielle des citoyens. Dans la société contemporaine fondée sur la force des médias et des images, ce despotisme se présente comme une mixture meurtrière où tout se mélange : « Publicité, produit, marketing, crédit facilité à la petite consommation, désir de fun et d’évasion, espoir de rester jeunes longtemps et de profiter longtemps de la vie sexuelle, une vague aspiration à une vie abondante et désinvolte, un voile de spiritualité religieuse et de pathos… »

 

Ces lignes sont tirées du livre Il Mostro mite (Le Monstre doux), de Raffaele Simone, un vaillant linguiste qui s’est également occupé de problèmes sociaux. »

 

Oui comme Corrado Augias je pense que la nouvelle élite mondialisée « est dominée par ce modèle » qui cache sa violence sous une fausse légèreté, une cosmétique chatoyante, une décontraction hautaine avec pour solde de tout compte des engagements soft dans le biseness de la charité ou les leurres des ONG. Même le mouvement des « indignés » participent à ce recul de la citoyenneté. Tout ça nous amène loin du vin m’objecteront certains ? Moi je n’en suis pas si sûr car sur l’espace où je chronique j’ai très souvent le sentiment de côtoyer parfois des gentils petits avides courtisés par des hommes-liges qui, comme l’écrivait Tocqueville, tournent sans repos sur eux-mêmes, étrangers à la destinée de tous les autres.

monstre.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

le taulier à Denis sur les Indignés 03/10/2011 13:49



Cher Denis,


LIRE


http://www.courrierinternational.com/article/2011/05/26/s-indigner-pour-que-rien-ne-change



Denis Boireau 03/10/2011 13:20



"Même le mouvement des « indignés » participent à ce recul de la citoyenneté." La, je ne comprend pas du tout. Explication???



JACQUES BERTHOMEAU 03/10/2011 13:36



Mon raccourci est un peu rapide mais les indignés de nos pays démocratiques ne font que réclamer sans vraiment proposer... J'ai écrit là-dessus mais je ne retrouve pas ma chronique...


Au risque de choquer, avançons l’idée suivante : la montée des populismes européens, classés à droite, n’est pas si éloignée d’un mouvement comme les “indignés” espagnols, classés plutôt à
gauche. Ce sont même les deux côtés de la même médaille. On retrouve chez les uns comme chez les autres un égal rejet des partis politiques traditionnels et une déception à l’égard du système
parlementaire. La démocratie représentative, qui suppose de déléguer la volonté générale à certains élus, n’est plus vraiment aimée. Face à la crise économique et aux affres du chômage, on ne
croit plus au capitalisme libéral. Populistes et indignés refusent d’une même voix les diktats des marchés financiers, même si les premiers s’en prennent aussi aux étrangers de toutes conditions,
coupables à leurs yeux de prendre le travail des autochtones. Bref, les indignés incarnent une sorte de “populisme aimable”, non xénophobe, pour reprendre l’expression de l’hebdomadaire allemand
Die Zeit .
Il y a pourtant une différence de taille entre les deux vagues. Les populistes, y compris le FN de Marine Le Pen, pratiquent le culte du chef et proposent des
solutions simples, voire brutales, face à la complexité du monde. Les jeunes et moins jeunes qui campent sur la place de la Puerta del Sol, à Madrid, savent que la réalité n’est pas simple et
qu’il faut d’abord réfléchir. Tandis que les populistes lancent des slogans, les indignés ouvrent des forums sur le Net. On assiste à une fusion de Mai-68 et du web. Le philosophe espagnol Daniel
Innerarity a raison d’affirmer que l’indignation ne suffit pas à
fonder une politique. Il n’empêche. Ce mouvement, initié grâce à un mince ouvrage du désormais célèbre Stéphane Hessel, encouragé par l’exemplaire “printemps arabe”, aura des répercussions sur tout le Vieux Continent,
et au-delà. C’est à la gauche institutionnelle d’en prendre conscience, afin de proposer d’autres façons de faire de la politique et d’autres arbitrages. Malheureusement, en France, entre un PS désemparé et sans ressort et des Verts toujours prêts à
s’autodétruire, cette gauche est loin d’offrir un relais aux aspirations d’une jeunesse avide de renouveau



Olivier Borneuf 03/10/2011 07:29



Bonjour Jacques,


Oui, oui et oui ! Pas plus pas moins ! Nous sommes devenus des aliénés de Torquemada version XXI siècle.


Bref, le Haggie's est de retour rue Richelieu…


À vous lire.


Olivier



bof 02/10/2011 18:00



ce qu'il y a de mieux chez Ausias à ce qu'on raconte ce sont les écuries,



JACQUES BERTHOMEAU 02/10/2011 20:32



AUGIAS avec un G comme le point...



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents