Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 00:09

Le boulevard Saint-Jacques, du côté pair, là où je crèche, est pourvu d’une belle contre-allée bordée de platanes que j’emprunte sur mon vélo à mon retour pour m’éviter un long détour. Sur ce chemin un seul magasin : un Franprix où je m’arrête de temps à autre pour acheter des produits ménagers. Récemment rénové cette supérette de proximité – valeur montante en ville – a vu son rayon vins fondre de moitié. C’est toujours un mur, pourvu d’une armoire sous clé pour les produits chers : spiritueux et champagne – et, lorsqu’on fait la queue d’une tête de gondole que j’appelle le coin des recalés car y apparaissent les vins à prix cassés : ceux qui n’ont pas trouvé preneur. Je laisse de côté les bouteilles orphelines pour m’intéresser aux arrivées en masse d’une même référence signe d’une désaffection tout aussi massive des consommateurs.

 

Mon observation régulière m’a permis de constater que ce sont majoritairement des vins dit du haut du panier qui se retrouvent dans ce Purgatoire qui ressemble bigrement à une descente aux enfers. Celle-ci n’a rien à voir avec la qualité du vin ou à sa notoriété – bien que, pour certaines appellations, la désaffection est corrélée avec leur faible notoriété (deux étagères d'un Bergerac à 4,95 – mais est en grande partie due à leur inadéquation avec la chalandise du magasin. En effet, même si mon quartier abrite une population dont le pouvoir d’achat permettrait d’acquérir ce type de vins, il est évident que ces acheteurs là n’ont que peu de goût pour l’offre haut de gamme de Franprix. S’ils s’y rendent ce n’est pas pour y faire l’acquisition de vins à plus de 10 à 15 €. Bien sûr, à l’occasion, en passant, parce que le magasin est ouvert jusqu’à 21 heures, ce type de vins peuvent les intéresser mais ça ne fait pas beaucoup tourner le fond de rayon. Comme dirait les communicants : erreur de casting. Par exemple la présence de la Grande Dame à 164,75 euros ne me semble pas d'une grande pertinence.

 photoF1

Ma constatation, qui n’a rien de scientifique, met en lumière deux réelles insuffisances de l’offre vins de la Grande Distribution : tout d’abord beaucoup d’acheteurs vins de la GD sont conservateurs ils se contentent de reproduire les habitudes de consommation du noyau dur des consommateurs – ce que je conçois parfaitement car il ne faut pas négliger ce type de clients – sans chercher à renouveler ou à étendre le stock. Les seuls qui font de réels efforts pour anticiper, capter les nouvelles tendances (dans la GD de proximité) ce sont les gars de Monop qui offrent à leur clientèle un large spectre de vins originaux. Les anti-GD patentés vont me rétorquer que c’est très bien ainsi car ce sont les cavistes qui bénéficient de cette clientèle négligée par la GD. Pas si sûr car, comme il existe une catégorie de consommateurs qui ne mettent pas les pieds dans les grandes surfaces (qui le déclare tout au moins), il existe aussi une population qui ne met jamais les pieds chez un caviste pour une foultitude de raisons. Le regretter ne fait pas avancer une bonne distribution du vin. Se refuser à appréhender le consommateur tel qu’il est, vouloir à tout prix qu’il entre dans un modèle qui nous plaît, participe à la régression du vin dans nos sociétés urbaines. Sans vouloir ramener ma fraise c’est ça l’essence même du commerce de détail.

 

La seconde insuffisance de la GD se raccroche à ce je viens d’énoncer : le responsable de magasin ou le gestionnaire du rayon est enserré dans des procédures très centralisées. Le rayon est entre les mains de têtes d’œufs qui manient des panels nationaux ou/et régionaux mais ne laissent que peu de marges de manœuvre aux gens du terrain pour s’adapter à leur clientèle de quartier. Mon propos n’est pas une vue de l’esprit : pour preuve ma chronique sur le Carrefour de la porte d’Auteuil link où les têtes d’oeufs de cette enseigne venait de s’apercevoir que leur magasin se trouvait dans le XVIe arrondissement de Paris, quartier déshérité comme chacun sait. « Après quatre mois de travaux, ce magasin doit faire office de « laboratoire » pour le groupe. Objectif : regagner les clients perdus en proposant une offre « sur-mesure », dixit Alain Souillard, directeur exécutif des hypermarchés Carrefour France (j’adore l’empilement des grandes volières : un directeur exécutif comme son nom l’indique c’est quelqu’un qui exécute les directives d’en haut, d’où l’extrême réactivité de ce type d’organisation). »

 

Cette semaine j’ai noté au coin des recalés (qualificatif qui je le répète n'a rien à voir avec la qualité du vin proposé) de mon Franprix (photos de qualité moyenne car prise discrètement car les gérants n'aiment pas les photographes)

- Le Cote-Rotie à 34,50 est un 2007 Les Essartailles des Vins de Vienne

- Le Cote-Rotie à 16,95 est un 2008 du domaine Louis Clerc

- le Château Olivier à 19,24 est un 2008.

- le Château Cadet-Bon à 18,71 est un 2004.

 

Pour établir un rapport de comparaison le Château Olivier 2008 est proposé à 27,30 la bouteille sur le site Wine&Co et le Cadet-Bon 2004 est proposé à 35,90 sur le site 1855. Pour les Essartailles 2007 ce Cote-Rotie est proposé entre 36 à 46 euros sur le site Vinopédia. 

 photoF4.jpgphotoF2photoF3.jpgphotoF5.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

egmont labadie 24/05/2011 21:56



J'ai remarqué comme vous l'irruption depuis un à deux ans de ces grandes bouteilles esseulées dans mon Franprix de la rue Pigalle (9ème). Aujourd'hui, surprise, j'ai trouvé des vins plutôt
classés "nature": la cave d'Estézargues et Jean-Paul Brun. Très étonnant, normalement on ne les voit que chez les cavistes plutôt pointus...



Moi 17/05/2011 17:46



La GD fait peur ce sont des Huns je n'ai pas écrit des Incon...ditionnels de la Terreur mais je ne reçois des commentaires que sur la rubrique CONTACT et ils n'apparaissent pas sur le blog...
C'est HORRIBLE



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents