Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 10:00

Nouveau-siege-de-Credit-Agricole-S.A.jpg

 

De mon temps mon bon monsieur  nous l’appelions par son nom : le Crédit Agricole Mutuel CAM car sans contestation c’était bien la banque des agriculteurs regroupés en caisses régionales chapeautées par la Caisse Nationale qui était un établissement public.


Tout ça a bien changé depuis que, sous le gouvernement Balladur, la boutique a été privatisée sous la houlette du couple Yves Barsalou-Lucien Douroux, big boss de la Fédération Nationale du CA FNCA regroupant les Caisses Nationales.


Maintenant c’est Crédit Agricole S.A. CASA, un « véhicule juridique » coté en Bourse tête de pont d’un groupe assez opaque (dont l’ex Crédit Lyonnais rebaptisé LCL, et des participations plus ou moins aventureuses hors de nos frontières) au management de type mammouth opaque dominé par les baronnies des Caisses Régionales.


Bref, je ne suis pas là pour ramener ma fraise sur l’ex-maison des agriculteurs mais souligner qu’au temps où Yves Barsalou rêvait de bâtir un grand groupe vin autour du Val d’Orbieu (Listel, Cordier-Mestrézat) le Crédit Agricole s’est doté d’une bonne équipe d’analystes des entreprises viticoles compétente.


C’est toujours le cas.


En revanche, les filiales de CASA en charge de l’agro-alimentaire et du vin n’ont jamais été, et ne le sont toujours pas, à la hauteur des enjeux de la mondialisation. Pour preuve l’état des entreprises coopératives dans le secteur laitier. Pour le vin, rien sauf des investissements somptuaires dans des châteaux bordelais (CA Grands Crus) qui sont plus des danseuses pour les dirigeants que des participations stratégiques.


Voilà pour ma petite notule sur l’ancienne banque mutualiste qui tente après ses déboires grecs de nous faire accroire, j’en suis, que nous détenons une parcelle de pouvoir dans la crèmerie.


L’Observatoire financier des entreprises viticoles de CASA a publié en novembre 2013 une note de 7 pages dont je publie quelques extraits. Si vous désirez le document complet vous me le demandez par e-mail et je vous l’enverrai en retour.

 

006.JPG

008.JPG014-copie-1.JPG018.JPG021-copie-1.JPG024.JPG027.JPG030.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Jean-Michel Bonnichon 03/03/2014 06:21


Bonjour


si votre proposition tient toujours, je suis intéressé par le moyen de lire cette étude.


Merci par avance.


Bien cordialement


Jean-Michel Bonnichon : jm.bonnichon@larenommee.fr

jacques 15/02/2014 07:08


oh...que c beau tout ça!!! encore plus les deux commentaires...si on a encore qques pouvoir ds la cremerie....merci de ns aiguiller, c'est vrais que ceux sont "nos" representant du monde agricole
qui sont "aussi" a Paris....mais au 3ieme voyage ils oublient souvent d'ou y viennent . L'histoire du pressoir...!!!? vecu aussi.. et les agences??? le conseiller quand tu lui parle "cinsault,
R110..." il te regarde comme si tu arrivais de Mars....c 'est bien triste......mais peut etre n'a t on que ce que l'on merite.viticulteur sous la flotte depuis 2 mois et pas fini de regler les
litiges avec Pacica des catastrophes de 2010 ( SEst France...) Prochain billet GROUPAMA..!!!????   a bientot

patrick axelroud 14/02/2014 14:38


A voila un sujet qu'il est bon ! comme si le "monde du vin" n'était pas suffisament encombré avec ses gouroux, ses papes et leur infaibilité, ses dieux et leurs saints, ces hors moi point de
salut, ses buveurs d'étiquette et ses donneurs de leçon et autre moi je. Voila t'y pas qu'on n'y introduit ces gens qui n'ont de lecture que Challenges,Les Echos ou les pages saumon du Figaro et
dont la description la plus fidèle, le portrait le plus ressemblant est celui du Businessman de la quatrième planète visitée par le Petit Prince ( chapitre XXIII)


Certes, ils sont présents et hélas incontournables et ils ont effectivement des choses à dires ( pas forcément à nous dire ) Le Taulier évoque les investissement massifs des banques et
surtout des assureurs (mais il n'y a plus de différence puisqu'ils se nomment eux même : Banquassureurs ce qui leur permet de mal faire 2 métiers en une fois) dans des Grands Domaines ( Sauf
erreur le CA et PACIFICA l'assureur créer pour concurrencer GROUPAMA assureur historique du monde agricole, n'en sont pas) Ces domaines ont été acquis au bon moment, grace à leur flair
exceptionnel qui en fait ce qu'ils sont et que l'on nomme délit d'initiés pour les autres . Chateau COUTET à été acheté pour un bouchon de pain, pardon, pour une bouchée de liège par un
richissime transporteur Alsacien au moment ou l'on pourrait dire cela ne valait pas tripette ,même si la somme à aligner était conséquente pour le commun des mortels.


Si leur ego s'en trouve certainement satisfait ,ce n'est pas pour la rentabilité elle même qu'ils investissent et maintiennent leur investissement ; Les assureurs sont obligés de faire des
provisions pour faire face aux indemnités consécutives aux sinistres ,ils font ainsi d'une pierre deux coups et la rentabilité théorique s'en trouve améliorée.


Ne glossons pas plus avant je ne m'attends pas à grand chose de ces gens qui n'arrivaient pas à réaliser de la necessité d'un investissement par emprunt pour un bien dont l'usage serait limités à
3 à 4 semaines par an : un nouveau pressoir pneumatique Bucher ( Scène vécue ! )

HP Troussicot 13/02/2014 10:37


Pour être entré dans cet "coopérative de crédit" le 15 février 1961 et y avoir fait une modeste carrière de 40 ans, je peux témoigner de l'évolution de cette banque qui n'a désormais rien de
MUTUEL, et qui a "presque" honte de son "AGRICOLE".


j'ai connu 4 entreprises, quasiment une tous les dix ans. je ne vais pas détailler chaque époque. Mais j'ai connu la dernière décénnie, lorsque " la grenouille voulait etc...". je n'étais plus
dans "l'action financiére" qui ne m'intéressait plus! Chef de service Gestion des litiges, sécurité, Assurance de la CR, j'ai entendu de loin ceux qui dans les caisses régionales criaient "au
fou" ou "au secours"...Mais LA-HAUT on allait gagner plein, plein d'argent, vous connaissez la suite.


Pour ce qui est des "danseuses" ça continue, je ne connais pas le secteur du vin mais la coopération laitière a bien du mal avec son banquier!


Tu sais jacques, il n'y a plus de caisse régionale en Vendée, les nantais ont réussi à mettre la patte dessus, ça marche pas mieux pour ça chez nous, si tu vois ce que je veux dire;


Après tout je m'en fous, les acions CASA remontent tout doucement......


Mutuellement votre.


HPT

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents