Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:29

51Deef5B3-L._.jpg

 

C’est une citation glanée dans un commentaire chez un confrère blogueur.


Réponse : qu’est-ce que t’en sais ?


Oser écrire aussi « il s'est rendu là-bas (en Chine ndlr), il a gouté toute la production » (sic) fort ce journaliste cité par celui pour qui, bien-sûr le blogueur, est un petit ou un vieux con qui ne bouge pas le cul de sa chaise parce qu’il n’a pas de pognon.


Pour pallier cette indigence financière crasse reste le voyage payé à une fournée de blogueurs mais ça reste cantonné à nos misérables frontières.


Votre Taulier a les moyens de voyager, il paye ses billets d’avion, de train, ses hôtels et son carnet d’adresses vaut largement celui du mec qui dit rencontrer régulièrement les nouveaux investisseurs chinois. C'est son métier souligne-t-il, ça je ne le savais pas.


Donc il y a ceux qui savent de quoi ils parlent et les autres, les minables, les traine-lattes, les demi-soldes…


Ben voyons, c’est le moyen classique : tu discrédites ton contradicteur « le  bloggeur qui la ramène sur tous les sujets sans trop bouger le cul de son fauteuil, faute de moyens... » pour te parer des plumes de paon de l’expertise.


Ça fait très VRP ce genre d’approche comme si les « les costumes sur mesures et dents blanches qui descendent de leurs limousines, prêts à entamer une journée de travail avec leurs ordinateurs chez JP Morgan ou Goldman Sachs », éprouvaient le besoin d’aller poudrer de poussière leurs richelieu sur mesure dans une soupente miteuse de Vinexpo. Je rigole grave. Vraiment je n’avais pas jusqu’ici mesuré le degré de morgue de certains.


Libre à eux, moi je n’ai a aucun moment mis en doute leur expertise, leur savoir, j’ai simplement contesté, au vu de ce que je lisais dans un compte-rendu, le TON, la manière de dire qui ne me convenait pas. Alors pourquoi tant de mépris ?


Je ne sais, ou je ne sais que trop, mais je m’interdis d’aller au-delà, je garde ma liberté de plume et je revendique, sans fausse modestie une expertise qui vaut largement celle de mes contradicteurs. Le niveau du débat ne gagne rien lorsqu’on y introduit trop d’affect. Ce n’est pas mon cas. Je respecte ceux à qui j’apporte la contradiction, je ne cherche pas à les mettre plus bas que terre pour les piétiner, je ne qualifie pas leurs dires de torchon.


Qui vivra verra… mais je sens poindre un petit parfum de mesures de rétorsions adressées aux blogueurs qui ne prendraient pas les bons plis de leurs éminents confrères. Peu me chaut ma petite entreprise vogue et prend les vents portant, elle se moque des menaces et comme j’y tiens la barre je n’ai de compte à rendre qu’à moi-même. Ceci écrit, même après une passe d’armes virtuelle, se serrer la main fait, je l’espère, toujours parti des règles de la courtoisie. Sauf à estimer que nous sommes dans un monde de brutes mal dégrossies et que le vin n’est plus un produit de convivialité mais un « produit toxique pour les bien mis, les requins de Wall Street » qui allèrent les vendre à des pêcheurs du cercle arctique.


Bien le bonjour à tous, mes billets sont sur le Net pas au fond des barriques...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

luc charlier 03/07/2013 14:02


Un soir, à la Quinta que son groupe possède près de Peso da Régua, Paul Vranken me confia, alors que je lui parlais, à sa demande, du
magazine In Vino Veritas que je représentais ce soir-là: « Ah oui, le magazine des pauvres ! ». Herwig Van Hove et Louis Havaux, deux journalistes belges seniors et
bien en cour peuvent en témoigner. C’est le même procédé.


Par ailleurs, Hervé, « les meilleurs de .... » se heurtent toujours au même problème : le cadre de références,
l’horizon. Or, pour arriver à quitter un hexagone, il faut 3 paires d’yeux pour regarder partout à la fois !


Mais c’est sûr que le « blog », les « blogs » irritent. Tant mieux.

Hervé Lalau 03/07/2013 11:42


Ca me rappelle un commentaire d'un type qui pensait que les journalistes qui ne vont pas tailler, qui ne vont pas vinifier, pas n'ont qu'à fermer leur gueule.


A ce compte là, il faut être au moins maire pour parler politique, et gynéco pour faire l'amour.


Je déteste qu'on mélange le contenu des écrits et la personne qui écrit.


Ca m'arrive d'écrire des conneries, comme à tout le monde. Mais qu'on nous laisse au moins notre bonne foi!


A propos de la RVF, et puisqu'on parle de voyages, il me semble que le préposé aux rosés n'a pas du en faire beaucoup de voyages, pour son dossier: il affirme que les meilleurs du monde son en
Provence, mais il ne cite aucune dégustation d'autres rosés.


Pour ceux que ça intéresse, c'est ici: "Les plus beaux rosés du Monde" selon Alexis Goujard :
Chroniques Vineuses


Là encore, est-ce le prix du billet qui pose problème? Tavel, ce n'est pourtant pas si loin. Ni la Loire. En plus, avec Ryan Air ou EasyJet, les Pouilles ou la Navarre ne coûtent pas si cher...
On se doute qu'il doit y avoir d'autres critères que logistiques ou même qualitatifs.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents