Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 14:00

Depuis que je fais le calamantran (bon à rien en parlé marseillais) sur la Toile je fais l’objet de plans drague divers et parfois avariés. Pour les unes je suis beau, riche et costaud, alors que pour les autres je représente l’étalon de la notoriété dans la petite bassine du vin. Foin de compliments, de brosse à reluire, de léchage de bottes, le Taulier n’a nul besoin de décrocher 3 étoiles au Michelin en ajoutant des napperons sur sa desserte Henri II pour faire genre. Mais franchement plaire à ceux pour qui la commercialisation est le nerf de la guère (sic dans un courrier pour la promotion d’un nouveau site dont l’objectif est d’aider les vignerons dans leur quotidien, de plus en plus complexe… « Souvent le nerf de la guère c’est la commercialisation ») ne me plaît guère.


Chez le Taulier tout est à vendre et rien n’est à payer alors il ne faut pousser pépé dans les tinettes en lui demandant de se faire le sherpa de tous les petits loups et petites louves qui plongent la tête la première dans l’océan rouge du conseil à… Cette profusion me lasse et, comme l’expérience ne s’acquiert pas dans les livres ni sur les bancs des écoles de commerce, certains feraient mieux d’aller se frotter à la réalité avant de s’établir conseiller.

Ceci écrit lorsqu’un syndicat professionnel m’écrit sur papier à en-tête pour me vanter les qualités de son produit je pourrais me dire que ça relève de la pure propagande. Il est difficile en effet d’imaginer qu’un fabriquant quelconque mette en lumière les insuffisances ou les nuisances du truc ou du machin qu’il veut vous vendre.


Caillou 3616

Cependant, lorsque ce produit est le béton dont on fait les cuves à vin, je suis bien sûr circonspect mais comme je n’y connais rien ça me donne l’occasion de vous poser la question : « ce que raconte le Syndicat National du Béton Prêt à l’Emploi recouvre-t-il toutes les facettes du sujet  lorsqu’il titre : Le Béton (designé) meilleur ami du vin ? » Comme je n’en sais fichtre rien, même si j’entends les dires des uns et des autres, j’ouvre mon espace de liberté pour vérifier si ce qui m’est écrit correspond à votre expérience de vinificateur et que l’affirmation du SNBPE selon laquelle « fait peu connu du grand public jusqu’à présent, le béton a séduit depuis plusieurs années les professionnels (viticulteurs en tête) et amateurs de vin grâce à ses différentes qualités d’inertie ou de résistance, entre autre. Auparavant délaissé au profit de l’inox, le béton redevient tendance… » est fondée sur la réalité.


viewerbeton.png

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ricquebourg Pascaline 26/07/2013 15:10


Je présume que nous "savons" tous (au moins) , à défaut d'une réelle prise de conscience, que quiconque veut vanter/vendre son produit orientera ses recherches  et autres études dans le sens
de ce qu'il veut démontrer. L'on peut également s'accorder  sur le fait que toute notion, tout objet de réflexion,  tout  élément  matériel ou immatériel de la vie humaine
possède différents angles d'observation et d'étude.


Ces bases étant posées, nous avons conscience, je pense, que l'art de nos femmes et hommes politiques ( pour ne mentionner que ceux là) réside dans la sélection de l'angle d'analyse la plus
convéniente à leur chapelle et qu'ainsi deux politiciens de bords opposés peuvent  tous deux ne pas avoir totalement tort dans ce qu'ils s'échinent à nous démontrer.


L'être humain, dans sa "gloire" la plus triviale, n'a certes pas fini de revisiter, encore et toujours les  ficelles grossières de l'"art" du  sophisme: convaincre envers et contre
tout; et cela fonctionne ...!


Ce qui vaut pour les politiciens vaut pour les décideurs de l'économie, des industries de tous poils, les systèmes et les institutions. En vantant les divers  aspects les plus favorables des
produits de leurs petits commerces ( aspects probablement fiables qui s'appuient sur une petite facette de leurs études), ils omettent  les autres angles d'approche qu'ils ont en général
tout intérêt à passer sous silence.


Ainsi, dans la problématique des cuves à vins en béton ( soient-ils vitrifiés, recouverts d'une couche d'époxy ou d'acide tartrique), une question qui n'est que très rarement mentionnée voire
passée sous silence constitue un autre angle de réflexion. Mais cette dernière est vraissemblablemnt politiquement et économiquement incorrecte... :


- quand aborderons-nous avec  simple honnêteté et pour le bien  des citoyens que nous sommes l'approche sanitaire de ces cuves dans lesquelles passe un produit (le vin) à l'acidité
importante?


-Pouvons-nous tout aussi honnêtement affirmer que cette acidité dans les différents processus de l'élaboration du vin ne peut à aucun moment attaquer ces couches dites d'isolation?


-Comment peut-on affirmer sur l'honneur ( l'honneur  de qui d'ailleurs? des menteurs qui n'ont que faire de leurs propres mensonges?) que les nettoyages agressifs de ces cuves (au karcher,à
la brosse  à poils durs...) ne retire pas des micro ou nanoparticules d'éléments? 


Qui aura un peu plus de courage, de conscience que les autres pour mettre le doigt sur cette question et en parler sérieusement? 


Le débat est une fois de plus lancé...!


pascalinescribe@wanadoo.fr


 


 

hélène thibon 29/12/2012 09:02


Bien, bien, je suis ravie d'apprendre que le béton est un matériau parfaitement neutre....


Je pensais bêtement qu'il n'y avait que le verre qui pouvait être considéré comme neutre...


Et je ne comprends pas pourquoi nous avons du "jeter" 310 Hl de vin contaminé (augmentation de 0.5 de pH, aluminium, silicium) par le béton, mais bon l'expertise béton (à 15 000€!) prévue
nous en dira plus... Si la partie adverse cesse de retarder à plaisir la procédure, je pourrais certainement apporter quelques enseignements sur la totale neutralité du béton!


Meilleurs voeux pour la nouvelle année, en toute neutralité............

arelate 26/12/2012 15:29


Le caramentran en parler marseillais a aussi une conotation vestimentaire : être mal fringué. D'où la truculente expression marseillaise pour quelqu'un de mal habillé : "il ressemble à rien !"


Cordialement


Roger

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...
  • Existait-il au département soviétique de la CIA des responsables de la pomme de terre ? Viatcheslav PIETSOUKH
    « Dites, Lev Borissovitch, ne pensez-vous pas qu’il puisse y avoir, au département soviétique de la CIA, des responsables des pommes de terre, c’est-à-dire des agents spéciaux de l’impérialisme chargés de veiller à ce qu’on ne trouve que très irrégulièrement...