Lundi 18 juin 2012 1 18 /06 /Juin /2012 00:09

Isa-bachelard-004.JPG

 

Je suis souvent frappé par l’étroitesse d’esprit de certains petits maîtres ( la liste est à disposition de ceux qui en feront la demande au taulier) qui sévissent dans le monde du vin, ils s’accrochent aux idées reçues, bien plus encore que les moules à leur rocher, ils pérorent, se gavent de leur propre écoute entourés de zélotes béats, confondant agitation avec réflexion, ils se gardent bien de laisser à la folle du logis, l’imagination, tout l’espace qu’elle doit prendre pour que la pensée puisse s’épanouir, fleurir. « Il faut que l'imagination prenne trop pour que la pensée ait assez » disait le grand sage bourguignon Gaston Bachelard.


Gaston-Bachelard.png.jpg       Gilbert Pinna le blog Graphique


Je vous invite ce matin tout d’abord à l’écouter interviewé par Jean-Claude Bringuier dans l’émission culte 5 Colonnes à la Une du 1 décembre 1961 link c’est un vrai bonheur « Appelez-moi Gaston Bachelard, Bachelard, tout le monde m’appelle Bachelard… » rétorque-t-il bonhomme à Bringuier qui demande s’il faut l’appeler Maître. Pour ceux qui n’auront pas la curiosité  de visionner cette interview deux pensées de cet homme d’une revigorante simplicité :


« Les gens sont ce qu’ils peuvent être… »

« L’escalier de la cave on le descend toujours, l’escalier du grenier on le monte toujours… »


Ensuite je vous propose de lire un beau texte de lui introduit par une citation  « C’est la vigne elle-même qui, en entassant ses débris et ses déchets, s’est construit son propre terroir, et s’y est composé la noble et subtile essence dont elle nourrit son fruit. » écrivait Gaston Roupnel dans son Histoire de la Campagne Française. Fils d'un père modeste employé des chemins de fer Auguste Roupnel, chef de gare à Gevrey-Chambertin, normand d'origine et d'une mère bourguignonne, il vint vivre en Bourgogne dès l'âge de six ans. Élève au lycée de Dijon de 1883 à 1891 puis à la Faculté de Dijon de 1892 à 1895 puis enfin en Sorbonne, il ne fut pas reçu à l'agrégation malgré plusieurs tentatives. Il fut marié à une authentique vigneronne de Gevrey-Chambertin, Suzanne et l'ami cher entre tous de Gaston Bachelard, son collègue à la Faculté de Dijon. Son fils Louis Roupnel se suicida à l'âge de 29 ans le 1/10/1937.

Roupnel-Gaston-Histoire-De-La-Campagne-Francaise-L-copie-1.jpg

Gaston Bachelard, dont l'œuvre philosophique est d'une puissante originalité, à sa manière singulièrement provocatrice, explore passionnément le dynamisme de la science au travail, les progrès turbulents de la raison, l'essor époustouflant de la physique et de la chimie dans la première moitié du XXème siècle tout en exaltant l'imagination des poètes, le monde de la ruralité, les valeurs de l'artisanat, et la mélancolie de l'eau.


chzypwcv.jpg

« Jusque dans le détail de ses interminables recherches, l’Alchimie est toujours ambitieuse d’une grande vision du monde. Elle voit un univers en action dans la profondeur de la moindre substance ; elle mesure l’influence des forces multiples et lointaines dans la plus lente des expériences (…) Les belles matières : l’or et le mercure, le miel et le pain, l’huile et le vin, amassent des rêveries qui se coordonnent si naturellement qu’on peut y déceler des lois de rêve, des principes de la vie onirique (…) Pour un rêveur de la matière, un raisin bien composé ,’est-il pas déjà un beau rêve de la vigne, n’a-t-il pas été formé par les forces oniriques du végétal ? Dans tous ses objets, la Nature rêve.


Pour une telle rêverie condensée en une substance aimée, aimée d’un amour parlant, qu’est-ce que le vin ? C’est un corps vivant où se tiennent en équilibre les « esprits » les plus divers, les esprits volants et les esprits pondérés, conjonction d’un ciel et d’un terroir. Mieux que tout autre végétal, la vigne trouve l’accord des mercures de la terre donnant au vin son juste poids. Elle travaille tout le long de l’année en suivant la marche du soleil à travers tous les signes zodiacaux. Le vin n’oublie jamais, au plus profond des caves, de recommencer cette marche du soleil dans les « maisons » du ciel. C’est en marquant ainsi les saisons qu’il trouve le plus étonnant des arts : l’art de vieillir. D’une manière toute substantielle, la vigne prend à la lune, au soleil, à l’étoile un peu de soufre pur seul capable de bien « élémenter » tous les feux des vivants. Ainsi un vrai vin appelle le plus sensible des horoscopes.


S’il passe au ciel une comète, c’est une autre vendange ! Nos formules, séchées dans les concepts, n’y voient guère qu’une étiquette pour illustrer la date d’un vin fameux, petite mnémotechnie d’un temps qui oublie la minutieuse individualité d’une année de loyal soleil. Mais le vigneron passionné, qui médite toute l’année les signes du vin, n’oubliera jamais que la comète nouvelle donne au vin une substance qui descend bien rarement du ciel sur la terre. La comète est moins un astre qu’une exhalaison. Cette longue queue molle coulant dans les hautes couches du ciel est essentiellement humide, elle est riche d’un feu liquide et suave, d’une eau essentielle et subtile, longuement distillée au firmament. La vigne attire cette eau céleste – la seule qu’elle tolère – venue des cieux dominateurs. Le vin de la comète en reçoit une douceur qui ne ruine pas la force.


A qui rêve le vin dans la nature, avec toute l’histoire des influences célestes de l’année, comme le répertoire des influences célestes de l’année, comme le répertoire des actes du soleil et des astres, la pluie est une maladie de l’atmosphère vivante. En assombrissant le coteau, elle ternit la couleur du vin qui ‘a plus son compte de lumière. Tout rêveur qui vit dans la sympathie de la vigne sait bien que le cep, contre l’eau terrestre et fluviale, est toute vigilance. La souche est une poigne qui empêche à toute eau de monter jusqu’aux grains. Elle tort, en sa racine, des sèves quintessenciées. Et le sarment, sec dans toutes les fibres de sa substance, interdit à l’être humide de polluer le raisin. En des temps cartésiens, un médecin écrit : « les conduits par où la sève de la vigne monte sont tellement étroits qu’ils ne laissent passer que le suc le plus pur et le plus subtil de la terre, au lieu que les tuyaux par où le suc des pommiers et des poiriers s’élève sont si larges qu’ils laissent monter indifféremment les principes grossiers et les subtils. » Ainsi la Nature a pris soin – bonne mère ! – d’interdire par la force des treilles l’union des liquides contraires, l’union de l’eau et du vin, l’union de la mare et du coteau.


La chimie moderne, sans doute, nous enjoint de rire devant d’aussi vaines rêveries. Elle nous prouve, par ses faciles analyses, que le raisin est un fruit aqueux et l’agronomie conseille des pratiques qui gonflent la vendange : il est des pays plats où s’arrosent les vignes. Ce sont là des pays que le rêve du vin ne visite pas. Pour qui rêve les substances dans leur acte profond, l’eau et le vin sont des liquides ennemis. C’est médecine que de les mêler. Un vin coupé, un vin coupé d’eau – la bonne langue française ne s’y trompe pas – c’est vraiment un vin qui a perdu sa virilité. »

 

Dijon octobre 1947 Extrait de La Terre et les rêveries du repos chez José Corti

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Car si la terre est vivante

l'eau est son sang

et le vin

son rêve ...

Commentaire n°1 posté par pphilippe13 le 18/06/2012 à 08h56

Bonne semaine Jacques (J'insiste : la vidéo remplace tous les anti-depresseurs de la planète ; d'utilité publique pour les inquiets, tristes, prétentieux, heureux et arrivés… !)

Olivier

Commentaire n°2 posté par Olivier Borneuf le 18/06/2012 à 09h37

"Je suis souvent frappé par l’étroitesse d’esprit de certains petits maîtres qui sévissent dans le monde du vin"

ce genre de formule plutôt générale prendrait toute sa force si les noms suivaient , malheureusement ils ne suivent jamais! quoi de plus agaçant et de plus vain que ce type de propos!

 



Commentaire n°3 posté par bionnet le 18/06/2012 à 11h36

Je fournis comme indiqué dans la chronique les noms à la demande mais encore faudrait-il qu'un ducon anonyme de votre espèce tour à tour bof et maintenant bionnet ne se cache pas lâchement derrière un anonymat de pleutre

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 18/06/2012 à 11h55

Ouhlàlà !

Mon père était tantôt un cynique terre-à- terre, tantôt un rêveur, tantôt – revêtu de son petit tablier et toutes breloques pendantes – un disciple acharné du rite écossais. Ne me demandez pas lequel ni à quel grade, je n’y entends RIEN. Mais, au cours de ma « rhétorique », l’analogue de votre « terminale », il m’avait incité à lire Bachelard.

Je viens de remettre la main sur quatre volumes dans ma bibliothèque :

. La psychanalyse du feu, 1949 chez Idées Gallimard, dont je me souviens bien

. L’eau et les rêves, 1942 chez Corti, que j’avais plastifié et dont les feuillets sont coupés jusqu’à la page ... 100. Je n’ai donc pas lu la suite.

. L’air et les songes, 1948 chez Corti, qui n’a pas été ouvert

. La terre et les rêveries de la volonté, 1948, Corti aussi, lu et « usé »

Je ne suis pas bachelier (existe pas en Belgique) et ai donc sans doute encore le droit de reprendre ces lectures et de les compléter avant de passer « philo ».

Le papier du Taulier m’en a donné l’envie.

Commentaire n°4 posté par luc charlier le 18/06/2012 à 11h49

Cher Luc,

Je n'ai ni votre sagesse, ni votre expérience alors j'en appelle à vos recommandations pour commencer la prose de Sieur Bachelard ! Quelle serait votre première lecture si vous aviez l'utopie d'un jeune imberbe comme moi ?! 

À vos conseils cher Yoda !

Commentaire n°5 posté par Olivier Borneuf le 18/06/2012 à 11h56

vous même étant le ducon de De Rouyn, ça rend modeste!

Commentaire n°6 posté par bionnet le 18/06/2012 à 13h16

@Olivier: Doucement, Sieur Borneuf, je ne pense pas que la sagesse me caractérise, ou en tout cas on me l’a bien caché pendant toute ma vie. J’ai un peu de bon sens – l’intelligence des rustres -, l’expérience de l’âge et comme je mets TOUT en doute, et en permanence, il m’arrive de sentir les fraudes et les mensonges avant qu’ils ne soient apparents. Pour Bachelard, j’en ai chié, ce n’est pas facile à digérer et j’avais 17 ans (normal de bcp chier si on digère mal .... classe).

Je recommande « La psychanalyse du Feu », N° 73 chez Gallimard. Seulement 184 pages et un aperçu de ce que le Gaston a eu d’original, à mes yeux. Il a mêlé très tôt un intérêt réel pour la pensée (ou le raisonnement) de type scientifique et une certaine forme de lyrisme poétique. Oui, je sais Pythagore et d’autres « Grecs » avaient déjà combiné philosophie et science, mais différemment, et bien avant Thomas ou d’autres grands chrétiens. En plus, il est revenu à cette fixation sur les 4 éléments, qu’on retrouve partout et toujours dès que l’homme se pose des questions. Et même quand il ne s’en pose pas d’ailleurs : l’eau = boire, le feu = se chauffer et cuire ses aliments, la terre = dormir et savoir d’où l’on vient et donc qui l’on est, l’air = plus difficile, respirer bien sûr, mais ausi créer et réagir intuitivement. Quand on s’appelle Jung, on est capable  « d’élaborer » pendant des heures sur cette base.

Pour moi, plus prosaïquement, les 4 éléments sont les tannins, l’alcool, l’acidité et le sucre.

Pour toi, en bon Champenois, comme Bachelard, c’est bien sûr surtout le SUCRE !

Léon, t’es une vraie salope.

Commentaire n°7 posté par luc charlier le 18/06/2012 à 17h28

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés