Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 00:09

visueldejeuner-jpeg.jpg

 

Le rouleau compresseur du rosé compresseur pilonne le macadam parisien avec le lancement à Paris intra-muros sur 500 faces, du 11 au 17 juin, d’une campagne d’affichage qui pour la 1ère fois, couvrira l’ensemble du territoire… En effet, après les 6 jours de Paris 82 agglomérations de plus de 100 000 habitants seront couvertes sur la période allant du 30 juin au 27 juillet.


« Pour un total de 4 000 faces. Cette présence renforcée sur l'ensemble du territoire français  est une prise de parole d'envergure pour l'image des Rosés de Provence. »


« Rappelons que la Provence est la 1ère  région en France productrice de vins rosés AOC avec 141 millions de bouteilles, soit 35% de la production nationale. »

 

Un plan média de 650 000 € mixant affichage extérieur, presse écrite et radio.


A4-Paysage-Visuel-Inte-urieur-vins-de-provence.jpg

 

Modeste niveau de bruit médiatique, part de voix modeste, nous sommes dans le secteur du vin qui n’a pas beaucoup de moyens financiers à consacrer à la publicité


30 s de pub en prime time sur TF1 ça coûte entre 60 000 et 185 000 € (avant le match Suisse-France)


Merci Michèle Barzach et Claude Evin réunis.


400x278xA4-P20Paysage-P20Visuel-P20Mer-P20Vins-P20de-P20Pro.jpg

 

Mais laissons-là ces basses considérations pécuniaires pour souligner que nos rosés de Provence ont une stratégie de communication très provenance, je n’ose pas écrire IGP car je me ferais allumer par les grands-prêtres des AOC devenues AOP. Et pourtant, sur ce sujet fort intéressant d’une bonne adaptation de l’offre à chaque segment de marché un certain Olivier Nasles, ponte du CN de l’INAO, provençal pur sucre, a livré du côté d’Aix quelques réflexions bien plus ébouriffantes que ce que je pourrais écrire.


D’ailleurs ce cher Olivier, fidèle lecteur, pourrait venir s’expliquer à la barre du Taulier. En effet, 35% des volumes nationaux de rosés, quid de la valeur d’ailleurs, ça ne fait qu’une force de frappe somme toute légère lorsqu’il est question d’affronter le grand large.


Pour celui-ci, moi-même, las des réflexions et des propositions de « longue vue » sic qui vont être remises au Ministre pour éclairer d’une lumière crue et drue le futur des vins Français, le temps est à la chanson. Normal, c’est l’été avec journée de la musique obligatoire.


rmcds_4103.jpg

 

La vie en rose


« Tout commence en 1945 quand Édith rejoint, à la terrasse d’un café, Marianne Michel, une bonne copine elle aussi chanteuse qui se plaint auprès de son amie de ne pas rencontrer le succès. Marianne n’est pas venue seule. Elle est avec son nouveau fiancé qui tape tout de suite dans l’œil d’Édith. Pour consoler Marianne, Piaf griffonne sur un coin de table : « Quand il me prend dans ses bras/ qu’il me parle tout bas / je vois les choses en rose. » Marianne lui fait remplacer « les choses » par « la vie ». Quelque temps plus tard, Édith lui donne la chanson qu’elle trouve trop mineure pour son répertoire et lui pique son fiancé. Mais Marianne fait un tabac dans les cabarets avec cette Vie en Rose… Vexée de son erreur de jugement, la môme lui reprend son cadeau et l’enregistre le 9 octobre 1946. Quant au fiancé, l’histoire ne dit pas si elle l’a rendu… »

 

In Miscellanées à l’usage des gens heureux (ou désirant le devenir) Agnès Michaux&Anton Lenoir chez Autrement 12€


Univers impitoyable… Amour, amitié, des mots si beaux pour être chantés, vivre est une autre affaire.


Pour nos amis du CIVP, je signale que « Ian Fleming, le dad de James Bond 007, aimait beaucoup cette chanson  d’amour heureux : il y fait référence, tout d’abord dans le premier Bond, Casino Royale, puis  dans le quatrième, Diamonds Are Forever, lorsque son héros préfère changer le disque car la chanson lui évoque trop de « souvenirs douloureux. »

Notre grand ami Norbert Le Forestier, grand James Bondien devant l’éternel, côtoie sur les bancs du CN de l’INAO un éminent provençal qui a fait partie des sages classificateurs de Saint-Émilion, pourrait le briffer, pourrait le conseiller : une bouteille de rosé de Provence au bar de la piscine dans un Bond 007, ça pourrait faire un succès…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Pierre Masson 25/06/2014 19:19


A mon mariage, j'ai ouvert le bal sur "La vie en rose", mais par Grace Jones.


Pierre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents