Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 00:09

photoDoisneau4.jpg« Giraud vous raconte des histoires sur le ton d’une simple conversation, exactement comme si vous étiez avec lui au comptoir devant un bon beaujolais chez Fraysse ou bien chez Paulo qui verse l’Algérie dans des demis.

 

Écoutez-le et voici la jolie farandole à la manière de Chéret avec l’Arbi-n’a-qu’un-œil, Bébé, le Mort, le pensif patron de la « maison », Coco le légionnaire, l’Archiduc et toute la troupe. C’est fascinant à cause de ce langage direct qui vous fait complice et qui n’a rien à voir avec l’argot des romans policiers. Les dialogues sont peut-être un peu verts ; que voulez-vous, la nuit les enfants de chœur sont couchés. Le ton devient franchement crapuleux quand Giraud raconte ce que les journaux appellent un fait divers, mais certains passages, comme entrée du « mort » dans le bistrot des halles, tiendraient gentiment leur place dans les morceaux choisis pour les élèves de sixième.

 

En traînant la savate sur les quais, en reniflant l’odeur du céleri des Halles, en perdant ses nuits dans les bistrots de Maubert, Giraud peut vous raconter Paris que vous ne pouvez pas connaître. Mais ne vous y trompez pas, Giraud n’est pas un montreur de monstres. L’essentiel, le merveilleux de ce livre, c’est que les acteurs écorchés par la nuit jouent sur des motifs vieux comme le beau monde : l’amour, l’argent, l’honneur. Il y a là-dedans un monde fou qui rêve tout haut ; et savez-vous que tout cela est vrai, Un personnage principal : le vin qui coule dans tous les figurants et surtout, sérum de vérité, qui délie les langues.

 

Extrait de l’Avant-Propos de Robert Doisneau « Le Vin des rues » de Robert Giraud  publié par Denoël en 1955 dont il signe les superbes photos dans la nouvelle édition de 1983. Cet ouvrage est toujours disponible à la librairie le flâneur des Deux rives tenue par Philippe Ouvrard, un libraire où le vin est toujours à l’honneur lors des rencontres avec des écrivains qu’il organise régulièrement au 60 rue Monsieur le Prince dans le VIe. www.leflaneurdes2rives.com

 

Giraud le petit gars de Limoges où il fait son droit pour devenir huissier, notaire ou avocat va plonger dans l’aventure pendant l’occupation. C’est là comme l’écrit joliment Doisneau « qu’il devient copain avec la nuit » En effet, « il joue cent fois sa belle jeunesse à pile ou face » jusqu’au jour où c’est pile « Giraud et ses vingt ans se retrouvent aplatis dans une cellule comme méduse à marée basse. » L’indiscipliné va y apprendre des choses qui ne s’oublient pas, « rencontrer des gars solides » et en sortir « pas à prendre avec des pincettes ».

Alors il monte à Paris pour y faire tous les métiers, même celui de voleurs de chat, mais surtout « il cherche ce maquis parisien où la vie s’improvise chaque soir. » Là il va devenir « un complice de ceux qui ne dorment pas dans les rues où coulent le vin. » Et la conclusion de Doisneau me va bien « Monsieur Giraud, vous ne serez jamais un garçon sérieux. »

 

Pour finir un extrait des écrits de Giraud et quelques photos de Doisneau.

« L’ âme du vin » au fond n’est pas tellement une rigolade, c’est mieux que ça, comme un trait d’union entre deux hommes, une sorte de rite secret, de prière à sens unique. »

 

Bien sûr Giraud et Doisneau nous projettent dans un Paris englouti, gluant, vivant, dur mais digne, populaire, gouailleur et travailleur, que les nouvelles générations de buveurs chics auraient grand tort de mépriser : le vin des rues de Giraud vaut largement celui des bars à vins d'aujourd'hui du type O ’Château…Autre temps bien sûr mais la pâte humaine me semble bien plus mince... Sans doute suis-je un VC...

007006.JPG

008.JPG

009.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

bof 29/09/2011 12:10



je em suis laissé dire que toutes les photos de doisneau étaient mises en scène, et c'était l'impression que j'avais avant de le savoir, doisneau est à la photo ce que pagnol est à la cannebière



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents