Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 00:09

Monet-_Das_Fruhstuck.jpg

 

Soyons clair et direct : sans une vraie serviette en tissu pas de rond de serviette !


Je hais les serviettes jetables au restaurant ! Surtout celles épaisses comme du papier à cigarettes qui se retrouvent au bout de deux minutes sous les talons de mes chaussures.


Pour autant je comprends que pour des raisons d’économie, dans les gentils bouis-bouis, les tenanciers nous dotent de serviette en papier.


Reste une solution très durable : doter les habitués de ronds de serviette à leur nom pour qu’ils puissent y glisser après chaque repas leur serviette personnelle. Bon les tenants de l’hygiène vont barrir, nous dire que ça n’est pas propre, plein de petits microbes vibrionnant. Je sais mais, hormis les grandes maisons bien tenues avec personnel ad-hoc, les serviettes à la maison font la semaine. Moi je suis même prêt à assurer le lavage-repassage de ma serviette.


Avoir son rond de serviette et sa serviette dans son ou ses restos préférés, où l’on a ses habitudes, reste pour moi le comble de la civilité. C’est du comme chez soi, pas chez soi. On prend même le temps de se causer en pliant sa serviette avant de la glisser dans son rond à son nom et d’aller les déposer dans le casier prévu à cet effet. Certains vont m’objecter que ça fait rétro que l’heure est au jetable.


M’en fout !


Pour promouvoir le retour du rond de serviette au restaurant je vais me la jouer guide rouge en attribuant à mes popotes et bouis-bouis préférés les ronds de serviettes du Taulier ®


photo295

 

Il y aura donc :


-          Le nec plus ultra, la crème de la crème crue de la tortore et du vin qui va avec le sourire de la crémière : 3 ronds®


 photo295.JPGphoto295photo295

 

-          Juste à l’étage en dessous, le simple et de bon goût avec toujours le sourire de la crémière : 2 ronds®


photo295photo295

 

-          Le rade crapuleux à prix doux sans omettre le sourire de la crémière : 1 rond


photo295

 

Addition produite bien sûr avec contre-expertise d'une convive.


C’est notre Roger qui va tirer le nez face à l’initiative du Taulier, peut-être que face au succès je vais l’embaucher pour étendre mon domaine et faire la nique au Rouge. On peut toujours rêver ça ne mange pas de pain.


Pour en revenir à mon rond tout de même il ne faut pas oublier que tout est parti pour lui de l’usage de la serviette de table qui me dit-on dans mon oreillette remonte à l'Antiquité. Ceux qui veulent tout savoir sans rien payer n’ont qu’à se reporter à La serviette de table : histoire d'une invention – Gralon www.gralon.net de Audrey Vautherot


« Les Romains se servaient en effet de serviettes ou mappa en latin. Chaque convive apportait lui-même sa serviette. Il s'agissait alors d'un tissu blanc, parfois brodé de fils d'or, qui servait à s’essuyer le visage.


Au Moyen Age, la serviette de table individuelle n'était plus utilisée. En revanche, les nappes étaient formées d'immenses pièces de tissu, dont certaines servaient à s'essuyer les doigts et la bouche.

 

A cette époque, la nappe était placée sur une planche à tréteaux et recouverte d'une pièce de tissu pliée en deux. C’est avec cette pièce de tissu appelée doublier que les convives s'essuyaient les mains et la bouche.


Le doublier a ensuite été remplacé par une longue pièce de toile posée sur le bord de la table : la longuière.


C’est vers le XIIIe siècle qu’est apparu l’ancêtre médiéval de la serviette de table : la touaille. Cette toile longue de 4 mètres était pliée en deux sur un bâton et accrochée au mur comme un torchon lors des repas (cette forme de serviette était d’autant plus utile que les convives n’utilisaient pas de fourchette mais prenaient la nourriture avec les doigts).


La serviette de table telle que nous la connaissons aujourd'hui est apparue au XVIe siècle. Carrée ou rectangulaire, la serviette est alors de grande taille (jusqu'à un mètre de largeur) afin de protéger les larges collerettes portées par les convives Alors que les couverts comme la fourchette font leur apparition sur la table, l’usage de la serviette en lin damassé se généralise rapidement. Les bonnes manières veulent que l’on s’essuie la bouche et les doigts avant de boire.


La Renaissance voit aussi se développer la mode du pliage des serviettes en forme d’oiseaux, d’animaux ou de fruits. Il faudra attendre 1639 pour que soit publié le premier traité consacré à l'art des pliages.


Au XVIIIe siècle, la serviette occupe une place de choix dans les arts de la table. Elle est parfois d'une taille et d'un luxe impressionnants (en lin brodé, monogrammé ou en coton damassé elle s’accroche à la boutonnière de la veste chez les hommes : on peut acheter encore de nos jours, en Angleterre notamment, une pince, qui se fixe sur la cravate et sert à suspendre la serviette de table au cou des hommes). Les pliages rivalisent alors d'inventivité et donnent à la serviette de table les formes les plus extravagantes.


Au XIXe siècle, les serviettes deviennent plus petites et le rond de serviette fait son apparition.


Au début du XXe siècle, les jeunes filles cousent et brodent leur trousseau de mariage. Les nappes et les serviettes, souvent de grande taille, sont ornées de monogrammes ou de motifs brodés à la main. La richesse d'une demeure s'évalue alors à l'importance des piles de nappes et de serviettes. »


Lire aussi : Petite Histoire du linge de table ICI link 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

cad 19/09/2013 13:14


Il n'y a plus de maisons closes où l'on distribuait aussi les serviettes. Leur interdiction aura donc mis un terme à toutes les bonnes pratiques. Que ce soit aux putes ou à table.
La serviette en papier signerait-elle également la fin de la restauration "à la française"?

Michelle DIDIO 19/09/2013 08:51


QU'il soit d'argent ou de joli bois,
de simple coton ou finement ciselé avec initiales, le rond de serviette est un héritage, le point sur le i de votre assiette, le compagnon incontournable de votre repas et le noeud papillon de
votre serviette. Il est dans l'univers du
linge de maison, un des éléments de sa mise en valeur et un signe de reconnaissance et d'appartenance, perpétuant une tradition du bien recevoir dans l'environnement familial ou au restaurant.
Quelle bonne idée de lui redonner la place qu'il mérite !

patrick axelroud 19/09/2013 07:48


Il y a quelques bistrots qui fonctionne comme cela.Je me souviens d'un bistrot recommandé par " Le petit LEBEY des bistrot de Paris " LE PIED DU FOUET ou l'on trouvait, à l'entrée, un
casier avec les serviettes et leur ronds, au nom des habitués.Sympa, en effet.

JACQUES BERTHOMEAU 19/09/2013 07:50



EXACT j'en était voir ma chronique de 2006 http://www.berthomeau.com/article-2186483.html 



Feuilly 19/09/2013 00:29


Ah que je suis content, voilà t’y pas que notre camarade le Taulier s’empare d’un sujet dont je suis un zélateur depuis des lustres : la
serviette en tissu au restaurant. Ben voilà ce que j’en disais déjà le 27 juin 2012 sur mon blog : « J’entends déjà la vox populi des bistrotiers et des restaurateurs se plaindre. La
serviette en tissu ? Trop cher, toujours trop cher, pas comme leurs additions qui peuvent dépasser largement les 50 € tout en continuant de nous proposer des serviettes en papier (qui tombent
toujours par terre). Et pourtant, jadis, entre Astier et Le Villaret dont il fût propriétaire, le regretté Michel Picquart fût un inconditionnel de la serviette en tissu. Dès qu’il apercevait une
serviette en papier, il le faisait promptement remarquer au patron. Ah que la vie est dure, ils préfèrent nous laisser au régime ouate ou, plus riche, ouate de cellulose micro-gaufrée, voire même
au non tissé qui, selon eux, a les avantages du papier tout en ayant un toucher textile. Excusez du peu. D’autres auront plus d’audace, ils se saisissent d’un nouveau produit, certes en tissu,
mais de serviettes prédécoupées en Vichy sous forme de rouleaux, jetables ou réutilisables (8 à 10 fois). Ah les malins ! Ils pourraient vous convaincre en ajoutant que le produit est
biodégradable. Et écolos en plus ! Plus courageux, ceux qui choisiront un produit mixte, en coton et polyester. Ce n’est pas encore ça, avouons-le. Rien ne vaut une bonne serviette 100 % en
coton, entre 180 et 205 g au m2, en tissage demi-retors ou en trame retors mercerisé. Le coton Jacquard, damassé avec finition ourlet, lui, est un plus certain. Allez, un petit effort pour que
vive la serviette en tissu. Merci à www.broderiesdantan.com pour la photo. » - Lien : http://www.toutnestquelitresetratures.com/article-a-table-vive-la-serviette-en-tissu-107489697.html
- J’adhère donc à 100 % à la proposition du Taulier.


 


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents