Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 00:09

Dans notre beau pays qui se dit être l’astre le plus brillant de la planète mondiale du vin, pour le consommateur moyen, qui le plus souvent est une dame dite « consommatrice de plus de 50 ans » pousseuse de caddie, le Madère se réduit à l’ingrédient d’une sauce elle-même associée à la langue de bœuf. Pas très gratifiant comme association d’autant plus que le gros de la consommation de la langue de bœuf sauce madère, spécialité de la conserverie Joseph Larzul de  Ploneour-Lanvern Finistère, se cantonne dans l’appertisé. Les dernières résistantes de la sauce madère maison doivent être celles qui achètent encore les petites flasques qui pendouillent aux flancs des caisses enregistreuses en compagnie de leurs sœurs du rhum, du cognac, du kirch...

 

Triste destin pour l’image d’un grand vin un peu à la manière de joyaux de la musique classique transformés en jingle par les publicitaires qui ensuite se vautrent sur les ondes à la manière de la dernière bluette de l’été.   

Revenons au Madère ! C’est d’abord une île située dans l’océan Atlantique qui forme un archipel avec l’île de Porto Santo, les îles désertes et les îles sauvages. Elle est portugaise car  en 1419 João Gonçalves Zarco, Tristão Vaz Teixera  et Bartolomeu Perestrelo la découvrirent et l’appelèrent « Ilha de Madeira » soit littéralement « île du bois ». On ne sait pas précisément quand et avec quels cépages les premières vignes furent plantées « on suppose que les premiers colonisateurs apportèrent des variétés qui existaient déjà dans la région du Minho. » Cependant, dans son carnet de voyages datant de 1450 le navigateur vénitien Alvise de Cadamosto mentionne que « ... parmi les divers cépages, l’infant D.Henrique a fait planter des terrrains avec les ceps de >Malvoisie en provenance de Candie (Crète) qui se développent très bien... »

 

Bref, je ne vais vous étaler une science qui n’est pas la mienne mais le fruit très récent cueilli lors d’une judicieuse dégustation organisée au siège de l’OIV par l’IVBAM www.vinhodemadeira.pt  Ce qu’il est important de retenir c’est le développement et la notoriété des vins de Madère est lié au « commerce triangulaire entre Madère, le Nouveau Monde et l’Europe (la Grande-Bretagne occupant une position dominante – un triangle qui comprenait aussi le transport de biens des colonies portugaise et britannique en Europe. Après avoir été prédominant le marché de l’Amérique du Nord après la guerre d’Indépendance, qui voit le retour de nombreux citoyens britanniques dans leur mère patrie, le marché anglais gagne une grande importance pour les exportations de vin de Madère.

img172-madere.gif

En 2008, la production de vin de Madère se situe autour de 43 500 hl. En 2009, leur commercialisation s’est élevée à 32 700 hl à destination principalement des pays de l’UE : France, Allemagne, Royaume-Uni représentent 65% du marché d’exportation. Le marché domestique portugais absorbe 16% de la production. Comme chacun le sait le Madère est un vin fortifié (la fermentation est stoppée par l’ajout d’alcool vinique à 98% volume. L’interruption de la fermentation se fait en fonction du degré de douceur souhaité du vin : sec, demi-sec, demi-doux et doux.) De plus les vins peuvent aussi être soumis ensuite à l’estufagem (chauffage pendant 3 mois dans des cuves inox par un serpentin d’eau chaude) ou canteiro : les futs sont placés dans les étages élevés des entrepôts où les températures sont les plus élevées pendant au moins 3 ans.

 

De ma dégustation, étant entendu que je ne suis « amateur » que de sec, mon palais a du mal avec les doux, j’ai privilégié les Sercial et les Verdelho :

1)     Henriques & Henriques  Verdelho 15 Years Old www.dugas.fr   

 2)   Vinhos Barbeito Sercial 1988 www.vinsdumonde.com   

 3)    Vinhos Barbeito Sercial 10 Years Oldwww.vinsdumonde.com 

 4)   Et pour ne pas être borné je dois avouer que j’ai beaucoup apprécié le Peirera D’Oliveira Boal 1968 qui est un doux. www.thermadeiracollection.be  

 

 Que voulez-vous pour moi, plus que les mots, la meilleure image pour exalter les grands madères c’est ça :

Caillou-9283.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents