Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 00:09

pub76831.jpg

 

Ma mémé Marie je vous en parle souvent

.

Si j’ai acheté Mémé le dernier livre de Philippe Torreton c’est pour son titre.


Bonne pioche, c’est un portrait tendre et sincère de sa mémé, j’ai beaucoup aimé comme si j’y étais.


En effet, sa Normandie, celle de Triqueville tout près de Beuzeville et de Pont-Audemer, dans l’Eure a joué dans ma vie un rôle important. Lorsque je présidais l’Interprofession des AOC de la pomme et de la poire j’ai habité à Selles, tout près d’Épaignes, une petite maison basse au milieu d’un pré tout près de chez les Macaire éleveurs laitiers qui livraient chez Nestlé. C’est un morceau de mon histoire liée à celle de Jean Pinchon.


Selles-mairie-2.jpg

 

Mais bien avant l’Eure (j’adore l’homonymie) avait joué un rôle déterminant dans mon choix scolaire. Mon père gérait les fermes du docteur Louineau qui exerçait à Évreux bastion communiste et, deux fois par an, accompagné de sa gouvernante mademoiselle Charbonneau, grande résistante, et parfois de sa superbe fille Marina, il nous rendait visite pour faire les comptes et visiter ses métayers. J’accompagnais mon père et le docteur dans la visite des borderies et, dans ma petite tête de gamin de 7 ans, la Normandie c’était, à côté de ma Vendée crottée, un eldorado. Ainsi, sans préavis, j’annonçais à mes parents qu’aller au lycée au Sables d’Olonne c’était exclu pour moi, j’irais à l’École d’agriculture à 500 mètres de la maison pour ensuite m’installer comme « gentleman-farmer » (sic) en Normandie. Dernier détail d’importance, en dépit de mon jeune âge, j’en pinçais pour Marina.


Comme à mon habitude je raconte ma vie alors que c’est de la « lieuse » dont je voulais vous parler ce matin.


« Mémé gardait tout, car tout pouvait resservir un jour,…la ficelle à botteler le foin – on appelait ça de la « lieuse » – une grosse ficelle jaune qui se vendait en rouleaux et se retrouvait pendue à un clou dans l’étable lorsque l’Opinel avait tranché l’affaire. Avec cette ficelle nous construisions nos cabanes dans les têtards, nos échelles de corde, nos arcs, nos épées de chevalier, elle servait aussi de ceinture pour retenir les bleus de travail de notre père que l’on enfilait pour aller à la guerre dans les talus. Parfois lorsque la pluie l’emportait, on la tressait, elle devenait alors bracelet-qui-gratte. Cette lieuse sentait le végétal, imbibée d’huile, elle devenait mèche, elle nous servait à tout, cette ficelle nous rapprochait des Indiens d’Amazonie. »


952358603.jpg

 

Oui ça me parle « la lieuse » de Torreton car chez mon entrepreneur de battages de père après les moissonneuses-lieuses McCormick du plan Marshall j’ai vu après arriver les premières botteleuses Rivière&Casalis pour mettre le foin et la paille en bottes au cul de la batteuse Société Française Vierzon et enfin celles des moissonneuses-batteuses Claas.


bf65dcb9.jpg

 

J’ai coutume d’écrire que j’ai vécu dans le fil à faufiler de ma couturière de mère mais il est aussi un sport périlleux que j’ai pratiqué sur les botteleuses de la moissonneuse-batteuse de mon père consistant à réenfiler dans le chat le fil de la lieuse lorsque celui-ci s’était rompu. Tout ça dans la poussière de la balle de blé, mon frère Alain a manqué un jour d’y laisser un doigt.


« Mémé » de Philippe Torreton L’Iconoclaste un livre qui m’a touché au cœur, à lire…


meme2.jpg

Télécharger Mémé De Philippe Torreton Ebook Gratuit PDF EPUB MOBI link

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents