Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 00:09

O-9084-Marin.gif

 

Quand je des, ce n’est en l’occurrence qu’un seul mais pour moi c’est exemplaire de certains comportements d’éternels mauvais coucheurs.


Je m’explique.


Mon hébergeur offre la possibilité de s’abonner à mes chroniques.


Sur le bandeau de mon blog j’ai écrit « Si vous souhaitez recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite (c'est gratuit) et surtout ne décochez-pas la case chroniques (sinon vous ne recevrez rien) ou placez www.berthomeau.com  dans vos favoris. Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires. »


Fort bien, 1130 d’entre vous ont donc choisi ce mode de réception qui fait qu’un message annonce mes chroniques dans leur boîte e-mails lors de la mise en ligne. Soit ces derniers temps 2 par jour : 00 : 09 et 11 : 00.


Comme je ne suis ni le Point, ni l’Express, ni le Nouvel-Obs. je ne fais aucun racolage, avec cadeau à l’appui, pour qu’on s’abonne, et donc tous mes abonnés sont des abonnés spontanés, libres. Libres d’ailleurs de se désabonner à leur guise.


Tel n’est pas le cas de beaucoup de feuilles de choux qui se déversent dans ma boîte e-mail sans que j’y sois pour quelque chose. Dans ce cas je peux parfaitement comprendre l’irritation surtout lorsque le désabonnement s’avère une partie de cache-cache.


Et là la semaine dernière je reçois sur le ton pincé d’un constipé :


Cher Monsieur,

 

Je me suis abonné à votre newsletter mais à chaque fois que j’ouvre ma boîte, je reçois des nouvelles de votre blog.

Je suis au regret de vous dire que chaque bonne chose se consomme avec modération et donc : « enough is enough »

Avec regret, je vais devoir me désabonner.

Respectueusement.


Pourquoi m’écrire, ça encombre ma boîte e-mail (je plaisante) ? Que je sache ce cher homme ne m’a pas écrit pour m’informer qu’il s’abonnait.


Si 2 messages par jour sont de trop pour lui je peux comprendre sauf que ceux-ci ne le mettent pas dans l’obligation de lire. Un clic et c’est la poubelle. Plus écologique que les prospectus.


Sans doute a-t-il voulu me tancer en me donnant la leçon « chaque bonne chose se consomme avec modération » ?


J’ai en sainte horreur la modération, je l’ai écris link les un tout petit peu me gonflent.


Lorsqu’on subit une indigestion, une overdose, on n’exprime pas, comme mon interlocuteur, par deux fois des regrets.


Enfin j’adore le recours à l’anglais : « enough is enough » ça fait très chic, très cadre supérieur qui bosse dans une multinationale. On sent poindre l’exaspération contenue « assez c’est assez… »


Pourquoi se faire tant de mal avec mes chroniques ? Vraiment je ne comprends pas ce masochisme et cette manie de me tancer par courrier.


Pour dire le vrai je n’en ai rien à péter. Si recevoir 2 messages par jour est au-dessus des capacités de ce monsieur je comprends parfaitement qu’il se désabonne. Je l’approuve. Je le souhaite.


Deux chroniques par jour c’est beaucoup pour moi qui les écrit et chaque jour que Dieu fait je me dis que je vais, non pas ralentir le rythme, mais m’arrêter. Si je me livre à cet exercice, qui ne me prend pas autant de temps que vous pouvez le croire, c’est pour cultiver l’agilité de mes neurones. Quand on prend de l’âge c’est aussi utile que de faire du vélo. Je fais les deux, et je ne vois pas en quoi ça indispose même les mauvais coucheurs. Nul n’est tenu de me lire. Par bonheur, il y a ceux qui s’inquiètent dès qu’ils ne reçoivent pas les dits messages. Merci à eux.


La gratuité des contenus publiés sur le Net n’a pas éradiqué ce type de comportement d’insatisfait. Je le regrette. Sous sa politesse pincée ce monsieur ne faisait qu’exprimer son incapacité à choisir. Je suis abonné à la version électronique du Monde et je reçois 3 messages par jour : [check List], Que dit le Monde ?, le 12/15 avant la publication intégrale plus les messages d’alerte. Est-ce trop ? Bien sûr que non car nous vivons dans un temps où toute l’information est accessible en temps réel. Bien sûr il faut choisir, trier, c’est la règle. Bien sûr si on préfère ses pantoufles on coupe l’écran.


Merci de votre fidélité, si vous souhaitez vous désabonner c’est simple comme un clic. Il viendra bien un jour où je poserai mon sac mais je ne suis pas tenu de donner mon préavis…


O-3450.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

bruno l 24/08/2013 12:22


Très drôle, Jacques. Very funny, comme dirait l'autre.

VALENTIN 24/08/2013 12:19


Mais surtout ne changez rien. Continuez pour les 1130 qui prennent du plaisir à vous retrouver chaque jour...


Pour les autres, le temps ne fait rien à l'affaire.


Bonne journée

Luc Charlier 23/08/2013 11:23


Cela fait débat. Il y a des tenants du « killjoy » mais aussi des partisans du « joykill », de Belgrade à Bellegarde, pour y voir plus clair. Je fais partie
des derniers. Ainsi, on a pu décrire John Knox come le « Joykill of Scotland », leur Lionel Jospin à eux! 

peyronnet 23/08/2013 09:57


Tu as compris ? Enough is enough my dear ! Cétacé, comme disait la baleine. Comment dit-on pisse-froid en anglais ? Eh bien grâce au très précieux Dictionnaire bilingue de l'argot
d'aujourd'hui (Pocket 1996), je suis en mesure de vous le dire : le terme élégant est "morose person". Plus riche, l'argot offre quatre possibilités : "wet blanket", "killjoy", "sourpuss" et
"droopy" ! Transmis gratuitement aux adeptes de la modération (les pôvres !) Have a nice summer.

Luc Charlier 23/08/2013 09:07


Jacques, je ne fais pas partie des « abonnés » car je crains comme la peste de manifester un jour ce symptôme précoce de la sénilité : les absences ! Par contre, quel bonheur
de cliquer VOLONTAIREMENT sur « espace de liberté » (c’est comme cela que j’ai nommé mon favori) pour voir apparaître le titre de la chronique suivante et puis les jolis
portraits. Je ne parle pas de tes vareuses de marin ou de tes foulards multicolores, mais bien de ceux de Fleur, d’Eva, de la meuf à Delon et surtout, de madame Bachelot quand c’est son tour.
Elle me botte, c’te femme ; je la kiffe. Et vive les vaccins contre la grippe !

JACQUES BERTHOMEAU 23/08/2013 10:17



Vidéo- Roselyne Bachelot et Joyce Jonathan, c’est la rose…


http://www.gala.fr/videos/videos_people/video-_roselyne_bachelot_et_joyce_jonathan_c_est_la_rose_296403#xtor=EPR-586



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents