Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 00:09

220px-Cassini-A%C3%BF 

Dans une très récente chronique « Entre Champagne et Bourgogne » mon éminent collègue, Hervé Lalau, à la suite de mes chroniques champenoises en appelait à l’Histoire « Jacques, sais-tu que le village d'Aÿ a été la première capitale de la viticulture en Champagne, bien avant Reims et Epernay. Je parle du 16ème siècle. Selon une étymologie discutée, Epernay, qui n'était à l'époque qu'un petit bourg, voudrait dire « au-delà d'Aÿ ». Ce qui est sûr, c'est que Gosset, la plus vieille maison de la Champagne, a été fondé à Aÿ en 1584; elle y vinifiait des rouges tranquilles. La bulle viendra bien après » la suite sur http://www.les5duvin.com/article-anecdotes-champenoises-62451751.html

 

Cruel camouflet pour tous ceux qui affirment que la Toile ne recueille que des inepties de gamins ignares, d’adolescents boutonneux ou de seniors désœuvrés. Nous piochons, nous exhumons pour vous de belles histoires de l’Histoire de notre terroir. « Le vin d’Aï, précisait Le Paulmier, en 1588, est de déliée et subtile matière, plaisant à boire, de facile digestion et de prompte distribution, qui fait que les roys et princes en font souvent leur breuvage ordinaire. » Ghislain de Montgolfier aime à le dire « autrefois, notre bon vin servait à faire du rouge et seulement un peu de mousse. Le champagne a pour origine un vin fin de pinot noir, vinifié en rouge et c’est ce vin-là qui concurrençait les bourgognes auprès des Cours royales. »

 

« La Côte aux enfants » un nom qui sonne un peu comme l’Ile du même nom de notre enfance émerveillée par la télé. Pour certains cette colline abrupte est ainsi dénommée parce qu’autrefois les gamins d’Aÿ allaient y faire provision de sarments le jeudi. Pour d’autres, c’était la Côte aux enfers quand les femmes devaient remonter dans des paniers la terre emportée par les intempéries. Au début du XIXe siècle, Jacques Bollinger reconstituera et réunifiera ce vignoble de 3 ha qui, avant le phylloxéra, appartenait à une cinquantaine de propriétaires.

 

Alors, retour aux sources du vin rouge d’Aÿ, un vin de mémoire produit sur cette « parcelle sacrée » de 70 ares, lorsque dans les années soixante on a découvert « dans les caves de la vieille maison d’Aÿ, un recoin oublié (parce qu’on l’avait dissimulé à la convoitise des occupants allemands) entièrement consacré au rouge, ce fut comme un retour aux sources. Il y avait, dans cette caverne d’Ali-Baba, du 1893, dont Ghislain de Montgolfier dit qu’il peut encore « donner du bonheur ». Bien sûr, ce vin c’est du cousu-main. Du soin extrême de la vigne au chai, chute de grappe six semaines avant la vendange, tri manuel en gants beurre frais (j’exagère toujours), vinification avec une macération qui dure entre 10 et 12 jours, élevage pendant 2 ans dans des fûts de 3 à 5 ans. Vin d’exception. Lorsque le pinot noir de La Côte aux enfants n’est pas jugé digne de produire ce vin de souverain il n’y a pas de vin. Je goûte avec délectation ce petit côté marquis de Lur Saluces, grand seigneur pour grand vin.  COTE_AUX_ENFANTS_99.jpg

4000 bouteilles par an, une rareté qui confine« La Côte aux enfants », ce fleuron des « Coteaux Champenois », à une rareté élitiste de bon aloi. Je ne résiste donc pas au plaisir de reproduire ce texte intitulé « Éloge des vieilles vignes françaises » qui me semble très représentatif de l’esprit de la maison Bollinger. « Derrière les fenêtres de la maison qui domine Aÿ, les vieilles vignes françaises enlacent leur étrange feuillage en désordre. Le regard sur ces vignes porte aussi un autre regard sur le temps. Le temps de la Champagne avant les ravages du phylloxéra. Vignes plantées en foule, non greffées, pour lesquelles s’applique encore la méthode du provignage. Le rendement, faible, est sans commune mesure avec une vigne classique. [...] Pour Bollinger, ces vignes témoignent de la tradition viticole du XIXe siècle. Parce que le devoir de mémoire est la meilleure façon de rendre l’histoire vivante. »

 

Dans certaines de mes chroniques un peu dures j’ai coutume d’écrire que la France est un vieux pays chargé d’Histoire, pour le regretter parfois lorsque nos pesanteurs nous entravent, nous rendent quasi-immobiles, mais qui aime bien châtie bien, c’est que je l’aime ce fichu beau pays, il y fait bon vivre parce que certains de nous continuent de défendre le bien vivre à la française. Je m’étais permis d’écrire dans la charte de l’Amicale du Bien Vivre : « Le bien-vivre n’est ni un luxe réservé à une élite, ni le privilège d’une société opulente, mais un élément essentiel de notre mode de vie à la française. Convivialité, accueil, hospitalité, échange, plaisirs simples partagés, trame de liens amicaux, voisinage, ciment de la vie en société, le vin est, et reste, comme l’écrivait l’ethnologue Claude Lévi-Strauss en 1974, une boisson à consommer ensemble. Dans les temps difficiles que nous traversons, notre combat pour le bien-vivre n’est pas une provocation mais, bien au contraire, une juste cause pour la préservation d’une façon de vivre que le monde entier nous envie. »

 

Dans l’univers du bien-vivre, tel que définit ici poser, sur sa table pour un grand jour, un jour de fête ou un jour de mémoire, une bouteille de « La Côte aux enfants » 1999 de la maison Bollinger www.champagne-bollinger.com redonne au mot luxe toutes ses lettres de noblesse. Nulle ostentation, mais simplement une parcelle de raffinement dans notre monde formaté, comme l’envie de s’offrir une parcelle de rêve, un petit morceau de ces vieilles vignes françaises, une échappée belle dans l’esprit d’une maison où « l’on sentirait presqu’encore l’odeur de la cire ou le craquement des pas à l’étage » où « le soleil jouerait délicatement sur le vert céladon des murs de la salle à manger » où « sur la table est posé un bouquet de roses fraîchement cueillies du jardin... »

img194.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

laurentg 14/12/2010 15:23



Unvin très intéressant : Coteaux
Champenois Ambonnay Rouge « Cuvée des Grands Côtés Vieilles Vignes » 1996 : Domaine Egly-Ouriet  (beau 2007 sur fût également et un 2001 très correct).


 


La Côte aux enfants 88 de Bollinger ne m'a pas enthousiasmé.



Luc Charlier 11/12/2010 17:08



Quel beau Fehlleistung, l’absence de « s » à mais. Quand on parle d’Internationale et de la France, c’est à ’68 que
notre subconscient pense. La fin de de Gaulle l’emporte sur l’avènement de Tonton !


Désolé pour la coquille quand même.



Luc Charlier 11/12/2010 17:04



Ai relu votre chronique une fois de plus, M’sieur le Ministre, et notamment votre passage issu de la Charte. Cela fait du bien,
même à un vieux cynique emmerdeur comme moi. L’autre jour, Jacques Chancel  (82 ans quand même, et quel parcours !) expliquait sur France Bleu
son admiration pour Lévi-Strauss. L’humble fourmi que je suis n’a pas frayé dans ce beau monde, mais je saisis ce qui rend certaines personnes (personnalités) attirantes.


Vous vous attendez évidemment à mon in caudā venenum, le voilà. Il s’agit de « bien-vivre » tout court. Qu’il soit
« à la française » parfois, c’est sûr, mai il est ... international (tiens, Léon à nouveau). Stuart Levy est un spécialiste New Yorkais en maladies infectieuses qui milite très
activement pour une restriction de l’usage abondant qui est fait des antibiotiques en médecine humaine (notamment). Il est professeur dans une université américaine. Je l’ai rencontré plusieurs
fois du temps où le sol étatsunien m’était encore ouvert. Il partageait EXACTEMENT mes préférences en termes de nourriture, de boisson, de musique ... Aucun de nous deux n’est pourtant français.
Bon, d’accord, sa femme l’est (et ma compagne actuelle aussi).


 


Arno (chanteur ostendais ayant bcp de succès en France) : « Je chante une petite chanson « à la française »,
avec des mots bêtes et intellectuels .... ». A méditer.



Lalau 11/12/2010 14:04



Désolé pour les coquilles, j'aurais dû me relire avant d'envoyer mon commentaire...



Lalau 11/12/2010 13:15



Je ne peux répondre pour Jacques, mais pour moi, mauvaise pioche, car mes articles sur le Champagne sont aussi rares que désintéressés. Cette année, j'y suis allé une fois, chez Devaux, alors que
je suis allé 3 fois en Languedoc, par exemple. Et pour ta gouverne, j'ai très peu de Champagne dans ma cave. Mais du crémant du Jura, du Saumur, du Cerdon. Avec des Majuscules, parce que ça me
plaît.


Mainteanat, en ce qui concerne plus généralement l'influence de la propagande champenoise, il faut distinguer ce qui a trait à l'histoire - c'est vrai qu'on est toujours influencé par le côté
somptueux - bien des gens trouvent des vertus au Champagne rien que parce qu'il est cher, ça fait riche. Moi pas, au contraire, je suis heureux de boire ce qui me donne autant de plaisir à
moindre frais.


Par contre, et tu soulèves un point important, il est vrai que certaines revues, qui ne vivcent pas d'eau fraîche, en rajoutent une couche sur les gros pourvoyeurs potentiels de pub que sont les
soi-disant Grandes Maisons. Leur calcul est bien vu: la grande maison champoenoise, avec ses vins homogénéisé, ses BSA, ses cuvées standard, est ce qui se fait de plus proche de l'industrie
agroalimentaire dans le monde du vin. Gros volumes de qualité homogène, importance de la marque, possibilité de soutenir cette marque sur de nombreux marchés, c'est du lmarketing de rêve. J'ai la
chace, comme tu le sais, de ne pas travailler beaucoup pour ce genre de revues, ce qui est ma croix mais aussi ma fierté.


Note aussi que nos derniers échanges, avec Jaques, n'étaient pas spécifiquement axés sur le cHmpagne, mais sur le bon pint noir des Coteaux Champenois.


Allez, je lève ta sentence, tu ne mourras pas de ma main, car ton fond est bon. Récite-moi une chanson de guindaille et trois fois "Cuba si' de Ferrat, et je t'absous.


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents