Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 00:09

450px-Janneken_Pis.jpgDepuis que je chronique sur cet espace de liberté j’ai appris à mieux connaître la belgitude au travers de mes lecteurs belges et, bien sûr, du plus français des belges flamands : mon commentateur phare, culotté ou déculotté, j’ai nommé Luc Charlier. « En France rire des belges est un sport national qui rend paraît-il, plus intelligent celui qui le pratique. En droit héritier des Lumières et de ses belles colonies, l’élégant Français, chantre de toutes les libertés, du bon goût et de la bonne bouffe, aime en effet se gausser d’un voisin qui aime la bière, les moules et les frites, et dont l’accent, « alléie, alléie, c’est pas ben grave une foué », es à lui tout seul une invitation au rire et à la galéjade. »

 

Quand j’entends ça je sors « les frères Dardenne, Yolande Moreau, Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners… » du côté 7e Art, « James Ensor, Magritte, Léon Spilliaert, Paul Delvaux, Alechinsky… » pour les peintres contemporains, « Brel, Adamo, Arno… » pour les chanteurs, et je ne parle pas de la bande dessinée de mon enfance avec Tintin d’Hergé,  Spirou (1938), Blake et Mortimer (1946), Lucky Luke (1947), Gaston Lagaffe (1957), les Schtroumpfs (1958), Boule et Bill, Achille Talon, Buck Danny, Bob Morane, Largo Winch…ou Maeterlinck, Emile Verhaeren Simenon, Scutenaire,  pour la littérature.

 

Dans la conclusion de son article Belgitude Méfiez-vous des Belges ! (Rire de Résistance Tome 2 Beaux-arts éditions) Philippe Krebs traduit mieux que moi cette proximité « Et si les belges n’étaient rien d’autre que des personnages de bande dessinée, bien trop poétique pour être vrai ? Une bande de gamins des rues qui jouent à faire la nique à la camarde. À coups de lance-pierres, écrase-savates, pétards et gratte-cul, coussins péteurs et boules puantes, asticotant la mort pour se sentir vivants, tristes et le rire aux lèvres. Un drapeau noir avec fruit rouge et banane (le même que Bucquoy lors de ses coups d’État) en guise d’étendard contre toutes les conneries du monde… »

 

Culture de la farce, surréalisme de combat, canular hilarant, en voici un échantillon donné par Philippe Krebs :

 

-         Le remplacement méthodique nocturne de toutes les plaques de rues du village d’Ecausssinnes-Lalaing par des plaques « rue Jacques Mesrine » sous la houlette du restaurateur anarchisant André Claes ;

 

-         Jean Bucquoy invitant publiquement le roi Beaudouin à venir se faire décapiter sur la Grand Place de Bruxelles ;

 

-         Robert Dehoux bouchant nuitamment avec des allumettes toutes les serrures des banques de la capitale ;

 

-         Mariën proposant qu’on verse de l’acide sulfurique dans les bénitiers ;

 

-         La lettre de Magritte adressée à l’amant de sa femme, le poète Paul Clinet, où il explique à son concurrent comment faire jouir Georgette sa légitime ;

 

-         Mariën distribuant, en 1974, à l’entrée des Biennales internationales de poésie de Knokke-le-Zoute, des bons gratis pour saute une poétesse, avec la mention Vlaamse seks op aanvraag, sexe flamand sur demande.

 

En conclusion cet aquoibonisme d’Alain Dantinne (écrivain belge auteur d’Hygiène de l’intestin pastiche du roman d’Amélie Nothomb Hygiène de l’assassin)

 

« À quoi bon se laver les dents chaque matin quand on a un cancer de l’anus ? »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

verpoorten jacques 17/12/2011 09:56


Jacques à Jacques, c'est bien de penser aux Belges même s'il
a fallut le temps pour avoir un gouvernement, nous avons très bien vécu durant ces jours "sans". Beaucoup de noms de flamands en Wallonie et surtout à Liège, la ville du plaisir partagé  -
toutes occasions pour faire la fête - Quant à: "  alléie, alléie, c’est pas ben grave une foué " , c'est du patois bruxellois, cad 1/100 maximum du langage belge, le seul que retiennent des
français moqueurs? Les Belges parlent peut-être
mieix que certains Français; et comme eux, ont des accents plus ou moins agréables.


En tant que dégustateur, j'ai connu des grandes dégustations
à Paris où l'on était enfumés à "foutre" le camp alors que depuis des années, personne ne fumait en Belgique, d'où : les Belges s'y connaissent mieux en vins que les Français!!!!
A Votre Santé...


Jacques Verpoorten

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents