Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 00:09

« … la chair et la chère ont toujours fait bon ménage. Dans les romans érotiques chinois, les soirées de débauche commencent souvent par un banquet, et n’ont généralement pas besoin d’autre détonateur. Quel meilleur stimulant en effet que des petits plats mitonnés avec amour, agréables à l’œil autant qu’au palais, accompagnés de breuvages choisis et savourés en bonne compagnie ? »


chokyosai-eiri-fumi-no-kiyogaki-1801.1263209273.jpg

 

Volupté à la chinoise « Les bateaux à fleurs sont une des plus charmantes inventions du génie chinois (…). Ces bateaux sont les antres du plaisir. De jeunes femmes, rappelant par leur beauté et la mollesse de leur vie de courtisanes de l’Ancienne Grèce, y tiennent commerce permanent de galanterie. On les aperçoit rarement. Elles vivent dans l’espace caché par les portières de soie ; c’est là que s’accomplissent les doux mystères… » Auguste Montfort, Voyage en Chine, 1854.


eros_1.jpg

 

Dans le domaine de la recherche du plaisir extrême, de la volupté, « les Asiatiques ont poussé le raffinement à son comble. Au Japon, en Inde et en Chine surtout, la littérature médicale, philosophique ou érotique témoigne depuis l’Antiquité de cette préoccupation très masculine. 


La palme de l’imagination revient sans conteste aux Chinois, reconnus dans toute l’Asie, où ils ont exportés leurs recettes, comme les maîtres incontestés en matière de volupté. »


La liste des substances aphrodisiaques relève pour nous d’un musée des horreurs : plus les produits sont  chers, rares ou répugnants, voire dangereux, plus ils sont réputés efficaces.


eros_2.jpg

 

Pénis de tigre séché, perles grillées, bouse d’éléphant, yeux de lézard, testicules de panda, cervelle de singe trépané vivant…


« Les plus raffinés préfèreront acheter à prix d’or « un pénis d’étalon blanc séché cent jours à l’ombre et enduit de sang de chèvre »


« C’est la cas du chien, que l’on achète rasé et badigeonné de sauce de soja, dûment estampillé par les services vétérinaires. Il s’agit de chiens domestiques du Guangdong que les paysans locaux fournissent aux bouchers. »


« C’est aussi le cas du serpent – une viande blanche à la fois tendre et ferme, à mi-chemin entre la volaille et le poisson. Dans les établissements spécialisés où l’on saigne les reptiles, les clients sirotent le fluide qui gicle dans les verres – parfois additionné d’une bonne dose de cognac – comme un élixir de jouvence, censé décupler la virilité et prolonger la vie. Quant aux moelleux vers à soie, pour peu qu’on les déguste braisés avec des noix, ils feront redresser la tige de jade… »


La tige de jade masculine – alias la flûte de jade, le pic vigoureux, le bâton d’encens, la tête de tortue, la pousse de bambou de jade, la lance d’or « La littérature chinoise excelle dans l’art de ne pas appeler un chat, un chat… »


L’enjeu de « l’art de la chambre à coucher »


« L’usage d’aphrodisiaques pour brandir sans faiblir sa lance d’or est vivement recommandé à celui  qui se prépare à la « guerre fleurie ».


« D’après le médecin taoïste Sun Simiao, qui vécut au VIIe siècle, « si l’on peut s’accoupler avec douze femmes sans une seule fois répandre sa semence, on demeure jeune et beau à jamais. Si un homme peut s’accoupler avec quatre-vingt-treize femmes, tout en continuant de se maîtriser, il atteindra l’immortalité. »


aphrodisiaque.jpg

 

Le livre de Maït Foulkes : « La cuisine aphrodisiaque » aux éditions Philippe Picquier est une mine extraordinaire, savant mélange d’érudition, de recettes, qui vous permettront de découvrir ou de mieux connaître « le cri du ginseng le soir au fond des bois », « la grivoise muscade », le « clou de la soirée », « la vigne du mariage », « la coquine angélique », « des fleurs à réveiller un mort », les « nids d’amour »…


L’ivresse des sens


« L’empereur donna à Wufang mille onces d’or et retourna à bord du Bateau-Nuage où on déroula les nattes avant de servir un grand banquet. Feiyan, assise sur la cuisse de l’empereur, buvait du vin. Après avoir bu à son tour plusieurs coupes de vins, l’empereur sentit le feu du désir l’embraser. (…) Galvanisé par le vin, l’empereur fit plus de milles allées et venues, laissant Feiyan ivre de plaisir. »


Nuages et pluie au palais des Han.


Reste pour couronner mon butinage qui va peut-être me valoir les assauts des âmes sensibles, une recette barbare, la dernière du livre : « Crevettes ivres à l’étouffée »


C’est simple vous immergez des crevettes vivantes dans une casserole emplie d’alcool de riz ou de tout autre alcool, avec de l’ail, du gingembre et de l’huile de sésame. Vous couvrez hermétiquement et vous portez à feu vif.


« Lorsque les crevettes ont cessé de sauter, elles sont prêtes à être dégustées. Salez à votre goût. »


Désolé !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 25/05/2014 14:34


Cher Taulier, il est urgent que tu vérifies le nombre de tes petites gouttes au matin – je parle de la potion qu’on t’a prescrite. Moi, dans le Guangdong, ce sont les fantastiques oolongs du Dan
Cong, notamment à la Phoenix Mountain, que je viens de découvrir. Je ne peux te dire s’ils sont aphrodisiaques – leur prix est dissuasif – mais ils proviennent de jardins à très haute altitude,
plantés parfois de théiers plusieurs fois centenaires et parsemés d’énormes blocs de pierre rendant toute mécanisation illusoire et l’entretien fort ardu. Certains d’entre eux sont roulés feuille
par feuille et le processus de semi-fermentation qu’ils subissent permet de présenter des arômes sensationnels (ne pas infuser trop longtemps) et des taux de xanthines (caféine, théobromine ...)
plus bas que le thé vert. Si les ébats que tu suggères suivent l’infusion, l’érection s’accompagnera de moins de palpitations, tout en procurant satisfaction (and I try, and I try ... ) et ultime
jubilation. N° 69 sur le menu et demander beaucoup de nouilles sautées ! 

patrick axelroud 25/05/2014 01:41


" La littérature chinoise excelle dans l'art de ne pas appeler un chat un chat..." Peut être, peut être mais quand il s'agit de montrer le chat, quel talent !.Cf: Les afterwork du taulier du 1er
novembre 2013 avec la belle éstampe illustrant " Le chat philosophe "
les afterwork du taulier 

patrick axelroud 25/05/2014 01:28


L'accroche du cher Taulier m'interpelle car il évoque pour moi ( attention aux foudres que ce qui va suivre peut attirer sur moi ) les X vierges promises au musulmans ultra et fondamentalistes
naifs qui sacrifient à une charia érronée et loin de ce que le prophète a pu enseigner. Le genre d'ouvrage évoqué par l'érudit Taulier prête à interprétation. Soit comme ici, on enseigne ce que
l'on recommande parcequ'on s'adresse à un monde qui en est dépourvu et on fait oeuvre alors  d'artistes mais prendre cet enseignement de l'idéal rêvé comme un constat sociologique de
pratiques menant au nirvana ne correspond pas à la réalité: pourquoi évoquer ce que tout le monde sait et que tout le monde, banalement, pratique. Soit ,par ailleurs, il s'agit de stigmatiser de
curieuses pratiques pour les dénoncer et en interdire la pratique. Ainsi le Lévitique qui interdit le rapport sexuel zoophile : c'est bien qu'il existait ce type de rapport ! Dans le cas
contraire quel besoin de donner des idées qui ne seraient venues à l'idée de personne.Désoléde casser le charme et la
fantaisie du propos de ce taulier quelque peu grivois ( et nostalgique ?) Oublions ce que je viens d'écrire , ahérons  à la chronique et avec Sacha Guitry : " Faisons un rève "...

Roger Feuilly 25/05/2014 00:58


Les crevettes ivres à l'étouffée, oui, pourquoi pas ? Gingembre et alcool de riz font sûrement bon ménage. Pour ma part, je suis plutôt coq ivre de chambertin (enfin n'exagérons pas, un bourgogne
générique suffirait) comme on le dégustait chez Claude Peyrot entre deux conversations avec le chef et un maître de la psychanaliste disparu (devinez...) qui avait les faveurs de la maison : elle
s'appelait "Le Vivarois". Claude était, comme disait l'autre, "un fou qui se prend pour Victor Hugo". Lui, il était pareil. Allez, bonne nuit, bon appétit, s'il en reste encore, et... large soif
!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents