Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 00:09

La question est posée dans le Monde : « un jour férié en moins pour améliorer la croissance ? »link Dans ce domaine nous ne sommes pas les champions d’Europe car nous nous situons dans la médiane à la 7e place en compagnie de la vertueuse Suède. Notre problème c’est le mois de mai où nous faisons du cumul avec 3 ou 4 jours fériés selon les années. En 2013 on fait le plein avec le 1, le 8 mai, l’ascension et le lundi de la Pentecôte avec en prime que l’ascension est le 9 et que comme c’est toujours un jeudi ça vous offre un grand Pont. Tout ça c’est la faute de la religion, du calendrier liturgique bien sûr.


Ma petite virée dans Paris le 8 mai me prouve au moins une chose c’est que les jours fériés font marcher le commerce : tout était ouvert, les terrasses pleines et je suis persuadé que les hôtels de la côte normande ou d’ailleurs sur la mer étaient complet. Consommez qui nous disent ! L’effet sur la production des jours fériés, selon les jours fériés, est à relativiser, puisqu'il est compensé dans le temps par les entreprises. De plus, cette année, les ponts de mai tombent pendant les vacances de printemps des zones A et C.


J’en reviens à la religion catholique et romaine qui ce 9 mai fête l’Ascension du Christ ressuscité. Je suppose que les églises sont aussi bondées que les hôtels de la côte. Rien n’est moins sûr, alors pourquoi nous accorde-t-on une journée de congé ? Pour autant suis-je ou non partisan de la supprimer ? Non, je pose simplement la question car je n’ai rien contre les traditions à la condition que ceux qui se disent majoritaires quand il s’agit de nous bassiner avec leur attachement indéfectible au sacrement du mariage m’expliquent pourquoi ils ne sont pas tous à la messe en ce jour en ce jour de l’Ascension ?


Comme le sieur Benoît Duteurtre, dont je vais vous causer dans un instant « je ne suis pas un laïcard pressé de provoquer ni de ferrailler. Les blasphèmes ne m’amusent guère. Tout excessive passion pour la question religieuse, y compris sur le mode de la provocation, me paraît vaine. »


51MHZMpW6JL._SL500_.jpg

 

Faut que je vous explique ma référence : dans ma dernière razzia de livres j’ai acheté son dernier opus « Polémiques » chez Fayard 17€ non pour son titre, ni pour sa couverture illustrée par un dessin de Sempé mais parce qu’après l’avoir feuilleté et lu des passages en diagonale les questions posées m’intéressaient. Que Benoît Duteurtre me pardonne je n’avais jusqu’ici rien lu de lui et j’ignorais jusqu’à son existence mais, même s’il était en culotte courte en mai 1968, j’avoue une grande proximité avec lui. Certes il voit des poussettes partout, dans les cafés et les restaurants, nous ne devons pas  fréquenter les mêmes les miens sont exempts de moutards à 4 roues, mais je suis raccord avec lui quand il s’insurge contre l’invasion des poussettes dans les transports en commun. « Les autobus sont de plus en plus encombrés par les voitures d’enfant. Dans le métro, certaines mamans n’hésitent pas à bloquer l’entrée d’une rame avec leur engin qui occupe 4 places, et au milieu duquel l’enfant sacré. » Comme je ne suis pas un grand adepte des transports en commun j’en souffre moins que lui mais là encore ce cher Duteurtre voit des vélos partout sur les trottoirs. Faut pas pousser pépé dans les chiottes, certes des ducons et des duconnes font tout et n’importe quoi : l’autre soir un vélibiste s’est payé tous les feux rouges devant moi qui me suis arrêté. Nous sommes arrivés ensemble. À trop vouloir prouver il affaibli sa démonstration. Ma pratique de 30 ans de vélo sur le macadam parisien me fait constater que les piétons scotchés à leur téléphone cellulaire et les gros culs sur scooters à gros moteurs sont de vrais dangers publics pour moi qui, pour rester en vie, a toujours adopté une pratique de paisible cycliste. Et je ne suis pas Vert.

 

Bref, je ne vais pas polémiquer avec lui à propos de sujets mineurs car sur d’autres questions plus importantes il prend des positions courageuses et argumentées. Nul besoin d’être complètement en accord avec lui, ce qui est mon cas, pour dévorer son livre d’une seule traite, ce que j’ai fait au cours des 7h30 que j’ai passé dans le Téoz de la SNCF Paris-Clermont-Ferrand-Paris dans la même journée. Comme Duteurtre je considère qu’Houellebecq est le grand écrivain de sa génération et que les livres d’Angot me tombent des mains, mais contrairement à lui je ne fume pas de joints.


J’en reviens à la religion en mettant mes lignes dans les siennes avec « Dieu contre-attaque »


Que nous dit-il ?


Que la plupart  de ses amis et lui ont cessé de fréquenter les églises à 14 ans et n’y pensaient plus mais que depuis un temps difficile à dater précisément, dans son entourage amical, il constate un retour en force de la religion sous ses trois formes monothéistes : catholique, musulmane et judaïque. Il dit pouvoir comprendre « mais pas au point de réciter son chapelet ou d’ingurgiter la sainte communion » ou de s’accrocher à des croyances primitives, des images naïves et  sentimentales » érigées en vérité absolu alors qu’il n’y voit que « fariboles et calembredaines. »


Comme lui le « retour au religieux » me laisse sceptique et désemparé.


« Ce que je ne puis comprendre – au risque de passer pour un esprit buté – c’est le retour à la lettre de la religion, cette soudaine fascination pour les textes sacrés, cette foi du charbonnier dans les figures et dans les rites, quand l’esprit moderne nous enseigne précisément que ce sont des imageries locales, dont le sens, aux âges anciens de l’humanité, n’est plus compatible avec nos connaissances. Je ne dis pas que la science élimine le sentiment religieux ; mais elle rend moins sérieux les vieux catéchismes ; d’où ce côté absurdement fanatique des nouveaux dévots : dans les collèges évangélistes où l’on ne veut plus entendre parler de Darwin, dans les écoles islamistes où chaque détail du Coran passe pour une vérité indiscutables, ou chez les juifs bondieusards qui semblent traverser l’existence en vase clos. »


Que s’est-il passé, alors que dans les années 60, les intellectuels partageaient une « même pensée universelle, dédaigneuses pour les croyances archaïques ».


-           pour qu’aujourd’hui, trente ans après, le moindre philosophe, revenu de ses idées gauchistes, nous tartine des volumes sur son attachement au judaïsme comme fondement de son identité ? 

-          Pour que d’excellents romanciers, au regard aigu sur le temps présent, mettent en avant leur foi chrétienne ? 

-          Pour que tant de jeunes français des « quartiers », et jusqu’aux stars su  football, aillent trouver leur supplément d’âme dans les mornes litanies de l’islam ?


Comme Duteurtre j’ai toujours honni les superstitions et les bondieuseries


« Aujourd’hui, les superstitions sont partout de retour ; la religion exige le respect jusque dans ses balivernes, incluant les jours de jeûne, les piscines réservées aux femmes, les régimes alimentaires qui  obligent les compagnies aériennes à jongler avec les plateaux-repas. Un peu partout, une foi rudimentaire se présente comme l’unique forme de résistance aux excès de la modernité. L’identité religieuse rassemble des foules immenses soudées par des croyances dignes d’un enfant de cinq ans. L’autorité des prophètes et leur catalogue de châtiments contredit la « mondialisation heureuse ».

Comme lui « je ne parviens pas à prendre la religion au sérieux, sauf pour m’inquiéter des méfaits qu’elle inflige encore… »

« Contre les légendes et les racontars, nous avons gagné la liberté de l’esprit ; ce qui n’interdit pas de nous interroger sur nous-même, sur l’infini des choses, sur le sens de la beauté, et sur notre héritage des mystères. On peut même le faire dans la nef des églises qui rappelle l’immense perspective du temps. Pour le reste, je ne parviens pas à prendre la religion au sérieux, sauf pour m’inquiéter des méfaits qu’elle inflige encore, dans ses habits de lumière barbares, à toute une partie de l’humanité. »

 

Le Point de Vue de la Tribune de Genève sur « Polémiques »link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Le Taulier à ses lecteurs 10/05/2013 12:24


je ne sais plus qui disait. "Avec dieu cela va,
mon problème c'est le personnel au sol! "

Jacques Verpoorten 09/05/2013 17:06



Ayant questionné un ami, voici sa réponse: je suppose que chacun a le droit d'avoir son opinion - sans entrer dans une vaine polémique - et que, bien que les chemins soint différents pour l'un ou
l'autre dans la recherche de SA vérité, nous allons inexorablement vers un "salut" en Dieu.
Salut à vivre, à découvrir ou à rejeter ici-bas, mais à vivre pleinement après.


Mon avis : certains rejettent ce qui les arrange bien au niveau des religions ! Pourraient-ils assumer et supporter une société mono-culturelle, sans Dieu ni religion, où une pensée unique
s'imposerait (on a vu ça  en URSS) ? Ils seraient les premiers à s'insurger contre des principes ou même des "conseils de vie" de simple bon sens. Chacun a son os à ronger...  (s) Jean
-Hubert et Jacques qui transmet....

Jacques Verpoorten 09/05/2013 15:50


partagé avec un ami:... je suppose que chacun a le droit d'avoir son opinion - sans entrer dans une vaine polémique - et , bien
que les chemins soint différents pour l'un ou l'autre dans la recherche de SA vérité, nous allons inexorablement vers un "salut" en Dieu.



Salut à vivre, à découvrir ou à rejeter ici-bas, mais à vivre pleinement après.


Mon avis : certains rejettent ce qui les arrange bien au niveau des religions ! Pourraient-ils assumer et supporter une société mono-culturelle, sans Dieu ni religion, où une pensée unique
s'imposerait (on a vu ça  en URSS) ? Ils seraient les premiers à s'insurger contre des principes ou même des "conseils de vie" de simple bon sens. Chacun a son os à ronger...  
 (s) Jean-Hubert  

bruno l 09/05/2013 11:46


A lire également chez Duteurtre : "Tout doit disparaître" et "le retour du Général".

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents