Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 10:00

46483603.jpg

 

Avec un bel ensemble Jacques Dupont et moi-même avons pondu, le même jour, une chronique sur l’affaire Olivier Cousin sans nous concerter bien sûr. À la manière des limiers de la PJ nous nous sommes inconsciemment répartis les rôles : lui Jacques Dupont le bon et moi Jacques Berthomeau qui dit des gros mots.


Je ne résiste pas au plaisir de vous faire en faire bénéficier.


En effet, Jacques lui est un sage sous son chêne alors que moi je ne suis qu’un juriste dévoyé qui préfère la médiation plutôt que le procès n’en déplaise à ceux qui me donnent des leçons de droit, sans doute un quelconque avocaillon en mal  de plaidoirie.


Quant aux menaces à peine voilées, ma seule réponse est chiche !


Mais revenons à notre Dupont.


Anjou, AOC... Le double crime d'Olivier Cousin


« Le principe de fonctionnement de la provocation est simple : tu réponds et tu donnes de la visibilité au provocateur, au pire tu sombres dans le ridicule. Tu ne réponds pas et ton orgueil en prend un coup, mais le temps qui efface tout joue en ta faveur. C'est ce que chaque parent - du moins espérons-le - explique à ses enfants. C'est peut-être ce que l'INAO et les représentants des vignerons en appellation contrôlée d'Anjou n'ont pas assimilé. Rappel des faits. Olivier Cousin, vigneron barbu, chevelu, bio jusqu'au bout des sabots ("Ce n'est pas une image juste, c'est juste une image !" Jean-Luc Godard) a renoncé à réclamer pour ses vins l'AOC (ou l'AOP à la mode européenne), trouvant la réglementation trop souple ou même trop laxiste. Il rêve d'appellation contrôlée où seraient interdits, par exemple, pesticides et traitements chimiques (pour faire court). Il fait partie de cette mouvance viticole, éternelle râleuse, exigeante, certes, mais dont on peut aussi penser que d'être à la marge fait partie de l'image de marque et que le collectif, même conforme à son exigence, n'est pas vraiment le home sweet home. Ces gens-là agacent, mais ils font aussi réfléchir et parfois progresser les voisins. Du moins, quand les uns ont la volonté de faire mieux et les autres, celle de se montrer pédagos et pas uniquement méprisants. »

 

La suite ICI link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Ali Baba 21/06/2014 08:07


"c'est la marge qui tient la page" JLG

patrick axelroud 20/06/2014 13:42


En matière de provocation la perfide Albion qui a déjà inventé le "Fair play" pour dévaloriser la victoire de l'adverse a promu le " Never explain never complain " comme
pratique propre a désamorcer toute provocation

patrick axelroud 20/06/2014 10:51


L'histoire n'a jamais permis de savoir avec précision si, sous son chêne, Saint Louis rendait la justice comme un gland ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents