Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 00:09

Pouvoir.-jpg.jpg

 

Face de Bouc est le royaume de celles et ceux qui, faute de pouvoir gouverner leur propre vie, gouvernent la terre entière en délivrant allègrement des conseils sur tout et le contraire de tout, des sentences sans appel, hachent menu les politiques tous plus incompétents les uns que les autres, pratiquent une forme d’ironie à 2 balles, geignent aussi, se réfugient souvent au cul de quelques gourous de pacotille…


Je ne les qualifierai pas « d’anti-système » car l’appellation est maintenant trop connotée mais de gens qui, dès qu’il y a un pet de travers, une décision qui ne va pas dans le sens de leurs intérêts, une contrariété, un obstacle, accusent le système.


Il a bon dos le système.


592612658_o.jpg

 

Je vous propose le texte qui suit, qui ne sort pas de ma plume mais de celle d’un homme qui veut garder vivantes « les aspirations d’une jeunesse bouleversée par la lecture de Kant et de Lévinas, et l’inspiration initiatique d’un Christian Bobin ou d’une Christine Singer… » Qui se pose la question « comment peut-on être efficace et utopique, manager et dissident ? » Affirmer qu’ « un autre monde est possible » sans verser dans l’imposture.


 

« Vitre ouverte pour profiter de la tiédeur de ce soir de juin, je suis en voiture, embourbé dans les difficultés du trafic parisien. J’appelle l’ami avec lequel j’ai rendez-vous pour le prévenir de mon retard : « Excuse-moi, je serai là dans vingt minutes : je suis coincé dans un embouteillage. » Amusement d’entendre mon infortuné voisin, dans un élégant cabriolet, passer à  so tour, en mains libres, le même appel : « Je ne sais pas si tu as invité tous les Parisiens, mais on dirait  que tous ces c… ont pris leur voiture pour venir chez toi : il y a un embouteillage monstre. »


Je  réalise : mais c’est de moi qu’il parle ! Une seconde de recul suffit et me revient une phrase lue quelque part : c’est vrai, il a raison, « je ne suis pas dans un embouteillage, je suis l’embouteillage » ! C’est moi, le problème. Ce n’est pas la faute à la météo, de la grève, de la mairie de Paris, des constructeurs automobiles et de leurs publicités racoleuses, ni de celle du crédit à la consommation qui a permis à « tous ces c… » d’acquérir un nouveau véhicule et de le mettre sur la route, ni donc celle du gouvernement qui a dérégulé le crédit. Le responsable de ma situation, c’est moi !


Pour mon confort personnel, j’ai choisi ce soir-là un moyen de transport qui convient pour cinq personnes alors que je suis seul à bord (en Indonésie, on serait dix dans cette voiture). Mon cousin d’embouteillage a visiblement fait le même choix. Et nous sommes nombreux dans ce cas. Nous en assumons les conséquences (et nos amis qui nous attendent, aussi). Si nous recommençons demain, c’est que nous y trouvons chacun des avantages. Alors de grâce, ne nous plaignons plus des embouteillages !


Je ne suis pas victime du système, je suis le système.


Oui, bien sûr, au supermarché, il est difficile de résister à l’attrait  des promotions, à la mise en avant dans les têtes de gondole, à  la voix obsédante et doucereuse qui dirige chacun vers la dernière affaire : « attention, elle durera que quelques minutes encore, chère cliente, cher client ! » Cela dit en substance : « Vous n’avez que quelques instant, ô chanceux privilégié, pour acheter moins cher que d’habitude un produit dont vous n’avez absolument pas besoin maintenant », et ce sentiment d’aubaine supplante tout autre critère de discernement. Ce n’est pas la marque à laquelle vous faites confiance depuis toujours ? Tant pis. Le lot est deux fois supérieur à votre consommation annuelle ? Vous aurez pris de l’avance. Vous ne savez ni d’où ça vient ni comment cela a été fabriqué ? Pas si important que cela après tout, et puis si ce n’est pas moi qui l’achète, d’autres ne laisseront pas passer cette chance, donc ça ne change rien.


Oui, je peux toujours continuer à  accepter ou chercher les prix les plus bas dans mon supermarché, et continuer à critiquer le système qui ne donne plus de travail à mes proches voisins. Mais si l’entreprise locale les a licenciés, c’est parce que je préfère acheter des produits fabriqués au Vietnam et vendus trois fois moins cher. C’est aussi simple que cela, l’économie.


Je suis le système.


La dernière fois que je suis allé voir mon banquier, il m’a proposé un produit financier étonnant : un niveau de rendement de 10%, presque garanti. Son nom je ne m’en souviens plus très bien. Il y avait du « turbo », du « dynamique », du « privilège ». Ça avait l’air sérieux. Je me suis senti valorisé. Il faut dire qu’il s’y connaît, mon banquier. Il a le vocabulaire technique qui rassure et sait convaincre. Résultat : nous avons vendu toutes mes obligations sous-performantes (qui ne rapportaient que 3 ou 4% par an)  et acheté plein de ce nouveau produit. J’ai eu un petit pincement au cœur, parce que certaines de ces vieilleries, c’est mon grand-père qui me les avait achetées. Il y a bien longtemps. Mais bon, mon banquier avait l’air très content (il est vrai qu’il touche une commission sur leur vente…)


Je peux toujours critiquer le casino qu’est devenue la Bourse, et me  scandaliser devant le journal de 20 heures, son lot de fermetures d’usines et les profits démesurés des grandes entreprises, mais la réalité, c’est que je ne suis pas allé voir mon banquier pour lui dire : « Au travers de ces produits d’épargne, je suis actionnaire d’entreprises et je finance l’économie. Ces rendements garantis me semblent trop élevés. J’ai bien réfléchi, vendez tout ça, et achetez-moi des produits qui rapportent au maximum 5%. Et je veux savoir ce qu’ils financent. »


Je suis le système… »

 

592612785_o.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

xavier 08/06/2014 16:39


c'est vrai qu'on a le choix... (pas si sûr en fait... la preuve...)


en tous cas, il faut lire, relire et diffuser ces paroles...

Luc Charlier 06/06/2014 09:49


Inconscience n’est pas le bon mot, camarade – que je ne connais pas. On sait à quoi on s’engage en débutant. Ou bien on est fils de vigneron, ce qui a des avantages mais aussi des inconvénients,
et on a vu ses parents trimer comme des bêtes. Ou bien on est oenologue, ce qui ne met pas à l’abri des surprises et ne garantit pas forcément une bonne gestion des problèmes non liés à la vigne
et au vin. Ou bien on provient d’un autre milieu et on s’est d’ordinaire renseigné un peu.


Mais, je crois sincèrement que le marché du vin (la vente) est devenu plus compliqué qu’il y a 10 ans et que ces difficultés ont transgressé les frontières régionales, et nationales aussi, bien
sûr. Et le côté administratif s’est décuplé. Une fois encore, tout est fait expressément pour rendre la tâche presqu’impossible aux petites structures : cela favorise les grosses
« wineries » à type agro-alimentaire qui peuvent embaucher un secrétariat plein temps, un chargé de com etc ... et cela crée des emplois administratifs au niveau de l’état pour des gens
qui ne savent, ne peuvent ou ne veulent rien faire d’autre que tenir un stylo et « contrôler ».


« On » veut la disparition des petits agriculteurs et ce n’est pas la faute à la France seulement. Il y a tellement d’argent à faire en vendant du fast-food, des farines
« améliorées », des produits « emballés sous atmosphère protectrice »,  du vin formaté (11,5 vol%, SO2 à 40, tannins en poudre, malo toujours faite, 6 gr de résiduel,
gomme arabique ....), de la bière stérilisée, du Salers sans buron ni lait cru ....


Bernard, j’éprouve souvent la même frustration que toi mais ... on a le choix, toujours. J’entame mon dixième millésime. Ce n’est pas beaucoup mais c’est assez pour parler d’expérience et aussi
me donner une petite légitimité. En même temps, j’avance à grands pas vers la soixantaine, je réalise pour la première fois dans mon existence un projet qui est le mien et j’ai accepté les
sacrifices qui l’accompagnent. Je ne pourrais certainement pas faire vivre une famille, ni lui consacrer le temps qu’elle mérite (enfants ET compagne). Parfois, je me demande si je recommencerais
si c’était à refaire. La plupart du temps, je suis heureux de mon choix. Mais il aurait été impossible à l’âge de 25 ans ! Vigneron est un merveilleux métier en soi mais il ne faut pas le
rendre plus romantique qu’il ne l’est.


 


Enfin, et vous les Français ne l’accepterez pas (ni les autres grands pays producteurs : Italie, Espagne, Portugal, Allemagne) : le monde peut se passer de nous. On nous remplacera par
des mauvais alcools industriels, des « breezers » et des bières dopées à la Tequila.

bernard Isarn vigneron 06/06/2014 06:55


Etre le capitaine de sa propre vie demande souvent beaucoup d'inconscience car la difficulté est grande pour aller au bout de son idéal. Lorsque j'en parle parfois de mon quotidien de vigneron
 à un public  enthousiaste ils ignorent tout ce qu'il y a de sueur  derriere une bouteille de vin,  les cavistes boboisant dailleurs aussi. Mais je me sens a peu prés libre
avec ma tribu autour. J'ai toujours pris le taureau par les cornes et accuse souvent l'administration de pas mal de mes maux. C'est en quelque sorte mon défouloir. N'empéche que l'on nous
facilite pas la tache et qu'une pioche est toujours plus lourde qu'un stylo... Peut etre irais je bientot ailleurs voir si les embouteillages sont plus fluide ?  C'est assez usant de ne pas
mentir, de ne pas trahir ces convictions. C'est tellement plus facile d'accuser le systéme et de se fondre dans une masse imforme car le danger est bien moins grand qu'un abruti viennent essayer
de te refaire rentrer dans le sysrtéme opaque de la pensée globale de ceux qui n'osent pas... Enfin voilà il arrive aussi des choses magnifique dés lors que l'on prend les chemins à l'envers.
Jacques : ce n'est pas toujours facile d'étre le pouvoir...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents