Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 00:09

032-copie-2

 

Vendredi dernier messire le soleil ayant enfin consenti à sortir le bout de son nez j’ai de suite enfourché ma flèche d’argent pour rattraper le temps perdu. Marre de la pluie même si le ciel se pare parfois de superbes arc-en-ciel. Pour m’accompagner j’ai sorti Shaun le mouton héroïque de Wallace et Gromit de son étagère, il est tout content de prendre l’air.


002-copie-1.JPG


Moi aussi, ça me donne faim, une faim de tartare et en voilà un qui vaut le détour je vous l’assure de quoi défroquer une tribut de vegan des plus enragée ! Mon estomac en rit encore en se souvenant aussi de cet Avis de Vin Fort ce Bourgueil clairet de printemps même si nous ne n’y sommes pas encore.


012-copie-1.JPG

013014.JPG

018-copie-2.JPG023-copie-1.JPG

 

Shaun gentiment m’attendait pendant que je me prenais pour un grand reporter avec mon Leica C en bandoulière.


026-copie-1.JPG

 

Bien sûr j’ai pris aussi une entrée et un dessert avec le liquide qui va avec mais ce sera pour une autre fois. Faut pas gâcher la matière à chronique !

 

Le ciel perdait son sourire, des bubons noirs masquaient le Dieu soleil, et voilà que ça « guenassait » (pluie fine et collante caractéristique du climat breton). Je craignais le pire. Mes lunettes prenaient l’allure d’un pare-brise sans essuie-glaces. Ça se calmait ou plus exactement ça n’empirait pas et j’arrivais à bon port un peu humide.


Faire des courses, savoir faire ses courses, constitue la première marche pour qui veut cuisiner bon. C’est comme un bon raisin pour nos amis vignerons.


Sous l’œil indulgent d’Alessandra RAP ici link je prenais mon temps. Je cherchais et bien sûr je trouvais.


Certains esprits caustiques vont dire que je suis à l’Ouest (avoir un petit vélo dans la tête) puisque je m’écriais « Est ! Est !! Est !!! » en exhibant une fine quille aux reflets jaune paille.


036-copie-1.JPG

 

Qu’est-ce-à-dire ?


Je l’ai déjà dit en 2007 :


064-copie-1.JPG

 

L'Est ! Est !! Est !!! est un vin blanc de Montefiascone, près du lac de Bolsena. 


Les points d'interrogation ne sont pas toujours portés sur les étiquettes mais c'est un vin célèbre à Rome, sec ou plus souvent doux, jaune foncé, même si ce n'est pas un grand il faut le goûter rien que pour sa légende.


Sa légende veut qu'il remonte à l'an 1111 au cours duquel un certain évêque Fugger fit un voyage d'Allemagne à Rome. le prélat très pointilleux sur le chapitre du vin envoya un de ces hommes de confiance goûter les vins dans toutes les auberges et les tavernes de la route. S'ils lui semblaient bons l'homme devait écrire près de la porte « est » et dans le cas contraire « non est ».

Bref tout se passa normalement jusqu'à ce qu'il atteigne Montefiascone. Là, à peine eut-il goûté le vin qu'il ressortit en trombe écrire sur le mur : « Est ! Est !! Est !!! ».


Selon la légende, lui et son maître en burent, heureux jusqu'à leur mort.


En prime dans cette chronique une belle nouvelle de Frédérique Echard : Le balcon link  et link 


Tout content de cette belle prise : imaginez mon bonheur que cet Est ! Est !! Est !!! avec ses 6 points d’exclamation, je sentais que je devais pousser plus loin mon avantage. Du doigt, ce qui est malpoli aurait dit ma mémé Marie, je montrais à Alessandra un fromage qui me semblait nimbé de rouge.


1319023067-35335900.jpg

 

Bonne pioche : l’ubriaco-di-rabioso est un fromage au lait de vache affiné au vin produit uniquement dans la région de Trévise.


Je goûtais.


046.JPG

 

Ubriaco signifie ivre être en état ​​d'ivresse.


Selon la légende les origines de ce fromage remontent à la Première Guerre mondiale lorsque les paysans italiens de la région du fleuve Piave cachaient leurs meules de fromage dans des fûts de fermentation du jus de raisin pour empêcher les armées d'invasion de les voler.


C'est donc un fromage de lait de vache cru demi-dur qui est pressé mais pas cuit. Il est plongé dans du Raboso, du moût de raisins pendant plusieurs semaines. Au cours de cette immersion le fromage absorbe la saveur du moût, son arôme et sa croute se teinte d’une couleur rouge rubis profond. Il est affiné pendant six mois dans les caves du  maître affineur Mr. Carpenedo.


La pâte du fromage obtenu est jaune pâle avec des petits trous et des notes de couleur rouge à la surface interne de sa croute. Sa saveur  forte, puissante même laisse en bouche des notes de fruits noirs et de cerises acides avec des notes poivrées. Il a du caractère.


047.JPG051.JPG052-copie-1.JPG

 

Alessandra me proposait aussi de compléter mon plateau de fromage avec un BLU’61 Raboso qui est un fromage bleu au lait pasteurisé ensemencé vieilli dans du mout de vin de Vénétie (raboso) et des myrtilles (canneberges). Comme il est enveloppé et sous poche car il baigne dans son jus je ne l’ai pas goûté. Depuis je l’ai fait c’est  un fromage parfaitement équilibré en saveur et en  texture, assez La vinosité n’est jamais envahissante, elle se marie à merveille avec  les notes de lactées et les marbrures.


Pour mettre un peu de baume sur notre susceptibilité de vieux pays qui produit plus de 365 sortes de fromages et qui, selon de Gaulle, ne peut pas perdre la guerre ! Je vous propose un Roquefort le Vieux Berger de la maison COMBES  fondée en 1923.


RAP-003.JPGRAP-001.JPG

 

« C’est avant tout une histoire de famille profondément attachée aux valeurs de son terroir et à celle de la fabrication manuelle du Roquefort.


 Ainsi depuis trois générations, la famille COMBES apporte sa sensibilité particulière à l’élaboration du Vieux Berger en s’inspirant de principes simples et immuables.


Des méthodes traditionnelles à la fabrication


Un savoir-faire incomparable à l’affinage


Pour faire du Vieux Berger un produit gastronomique de très haute qualité. »


-        Et avec le bleu vous boirez-quoi monsieur ?

-        Quelque chose de fort comme avec le Roquefort !

-        Alors un blanc macéré sur peau…

-        J’ai ce qu’il vous faut mais je vous ferai aussi découvrir le Bel Hazard issu d’une saignée de Merlot fait de raisins très mûrs qui a passé 4 ans en barrique et développé naturellement son voile…


020-copie-1.JPGRAP-008.JPG

 

Je remontais sur ma flèche d’argent, descendais la rue Rodier qui luisait, le ciel restait menaçant, je pédalais de bon cœur mon cabas plein de provisions accroché au guidon ce qui est le gage de futures chroniques…


035-copie-1.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Cristina Garetto Cecchetto 06/03/2014 16:10


Che sorpresa vedere che conosce il formaggio ubriaco, affinato nelle vinacce di Raboso! Noi produciamo Raboso del Piave!!! E nella versione Passito si abbina ad un formaggio strepitoso che è il
Blu61 de LA CASEARIA!!!

patrick axelroud 04/03/2014 17:06


M'énerve ce Taulier, encore un point commun ! SHAUN le mouton ! ( Ca me rappel ALF en son temps ) Pour les amateurs SCHAUN le mouton sur BOOMERANGTV tous les jours, 8h15,12h40 et 17h05, j'vous
laisse c'est l'heure, à plus.....

Aredius 04/03/2014 10:29


Je note pour mon prochain voyage dans la péninsule.


C'est le moment pour déguster les oranges de Sicile.

Luc Charlier 04/03/2014 08:16


Temps de chien sur le Roussillon. Tant mieux, je n’avais pas envie de sortir aujourd’hui et ici, on ne taille pas quand il pleut ! Si les Alsaciens ou les Madiranais appliquaient la même
règle, on n’aurait guère de vin dans leur contrée. Mais nous aurons soleil et 20°C ce week-end. Or, on ne taille pas le W-E ici. En fait, quand est-ce qu’on travaille ?


Comme toujours en France, c’est un règlement qui en décide : le préfet déclare que c’est un jour ouvré en affichant une pancarte : EST sur la facade de la préfecture. Quand il y a
grande urgence, il indique : est est est !


Ce fut pratique au moment de l’occupation. La Kommandantur n’a eu qu’à traduire : IST !


Peu après la guerre, les communes du littoral ont adopté la coutume ... et l’orthographe. A Leucate, c’est Natur-ist. A Argelès, c’est Social-ist. Au Barcarès, les élus
sont fréquemment  Reprisdejust-ist – mais restent néanmoins éligibles et sont chaque fois ré-élus. Un peu partout, les commerces et le HCR sont Jemenfout-ist. Dans les stations thermales, on
nomme les clients des Cur-ist.


Tu aurais pu nous rappeler que ce blanc contient surtout de la Malvasia Bianca et du Trebbiano, équivalent italien de l’ugni blanc, dont je suis certain que la solidarité Poitou-Vendée-Charentes
fait ton favori.


Enfin, en dehors de Montefiascone et quelques autres communes, la bourgade de Capodimonte peut le produire également. Et alors ? Alors, ce nom à consonnance si chantante nous évoque
irrésistiblement deux éléments qui devraient figurer dans l’inconscient collectif de tout Européen : tout d’abord la manufacture de Capodimonte et ses splendides porcelaines, mièvres et
surannées mais tellement caractéristiques de ce rococo qu’on associe immanquablement à l’Italie. Hélas, il s’agit d’un « autre » capodimonte, en Campanie.


Et bien entendu, et là il s’agit de ce même lieu où il est venu mourir, le fameux Pedro Gonzales que tous les étudiants en médecine ont découvert : un cas célèbre d’hypertrichose
congénitale, peut-être même le premier à attirer l’attention. Il fut offert en cadeau (!) à votre Henri II (un Orléans, d’où son croissant de lune), autre rapport clair à l’Italie. Oui, celui-là
même qui eut l’outrecuidance de s’opposer à MON Charles-Quint, un Belge !


 


Comme quoi, c’est l’esprit d’escalier qui rend la vie intéressante : d’un vin pâlot – ce n’est pas génial, l’Est !Est ! Est ! – on passe au biscuit italien, à la pathologie
« amusante », au traité du Cateau-Cambresis et aux guerres de religion. Pas mal, non ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents