Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 00:09

Dure semaine pour le Taulier, tendue, exaspérante, faites d’attente, de réponses qui ne viennent pas, de sentiments d’impuissance mêlés à l’intuition qu’il ne faut pas lâcher, s’accrocher, remettre l’ouvrage sur le métier. Je n’aime pas perdre, non pour gagner mais pour avoir le contentement du devoir accompli. Mes chroniques me lavent la tête, me permettent de contenir le trop-plein de mon exaspération, freinent mon envie de dire à certains que je ne suis pas dupe de leur hypocrisie, de leur petits calculs. Sur mon lisse tout glisse, j’encaisse en silence, j’argumente, mais il n’empêche que tout cela laisse des traces. Certes pas des bleus, je ne mets pas mon avenir en jeu moi, pas comme c’est types d’en bas pour qui je tente de fléchir des positions aussi inflexibles qu’arrogantes. Ainsi va la vie que l’on vit…


Alors pour décompresser, évacuer la tension, recharger de l’énergie, rien ne vaut une immersion dans la musique, bain de jouvence, proximité avec l’intimité de 2 interprètes habités par la passion, le goût de la perfection : après trente ans de séparation, Keith Jarrett a retrouvé en 2007 le contrebassiste Charlie Haden et composé Jasmine, stupéfiant album au romantisme exacerbé. Jarret se dit « Eperdument amoureux de Jasmine. »


S’offrir « Cent quarante minutes de musique intime, douce, élégiaque, romantique… » comme l’écrivait Paola Genone dans l’Express de juin 2010. Dans cet article Keith Jarrett avoue « Pour la première fois, j'ai joué assis, normalement, je joue debout, cambré, je me crispe, m'entortille autour des notes, des crampes dans les doigts, dans un état de perpétuelle tension. » Là, ses doigts déliés caressent les touches, des mélodies jouissives déferlent…

J’ai donc décidé de vous offrir cette déferlante jouissive…


« J'avais envie d'un huis clos : juste mon putain de Steinway bringuebalant, le crissement de la porte de bois et la contrebasse de Charlie. C'était romantique. Cela fait des années que je me suis juré de ne plus mettre le pied dans un studio. Je déteste le côté désincarné de ces usines. Je ne voulais pas non plus de public, car je n'avais aucune idée d'où mènerait cette rencontre. Finalement, nous avons enregistré plus de dix heures de musique. J'ai adoré jouer en duo : auparavant, il y avait toujours un batteur entre Charlie et moi ; nous n'en avons plus besoin. Le rythme est en nous. C'est ce qui a permis à Charlie de converser avec moi dans les mélodies. Nous étions sur un tapis volant. »


Grâce à Jasmine j’ai quitté le plancher des vaches pour me retrouver moi aussi sur un tapis volant. Bon dimanche…


 « Pendant trois jours, nous avons vécu en osmose. Il y a quelque chose de très impudique dans cette musique, d'incroyablement sensuel dans notre façon de nous livrer l'un à l'autre. Charlie et moi sommes tombés amoureux sur ces notes. Il est impossible de reproduire cette expérience. Pour le moment, nous utilisons Jasmine comme une thérapie : Charlie l'écoute tous les soirs. Moi aussi. Hier, j'étais seul, assis à la table de ma cuisine... Je me suis mis à écouter Jasmine avec un verre de vin. D'habitude, quand je fais un disque, je le range et je l'oublie »

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Bourgogne Live 18/03/2012 11:18


"J'ai adoré jouer en duo : auparavant, il y avait toujours un batteur entre Charlie et moi ; nous n'en avons plus besoin. Le rythme est en nous. C'est ce qui a permis à Charlie de converser avec
moi dans les mélodies. Nous étions sur un tapis volant. "


Quelques batteurs ont tenté de "s'ajouter" sur Youtube aux deux compères...au point d'alourdir quelque peu le tapis volant...


http://youtu.be/-ezlBTcMNMk


Merci Jacques pour avoir ensoleillé mon dimanche matin pluvieux !


François

clavel 18/03/2012 07:56


Voici un courrier qui m'est parveni
hier, l'auteur a un nom de famille trés connu en Roussillon. Nous avions avec ques amis vignerons engagé une action judcaire contre cette réforme qui nous semblait remettre en cause la
construction des appellations de in Françaises. Nous avons perdu au Conseil d'Etat. Voici le résultat:


il y a de cela 15 jours , lors de la
dégustation des IGP de la Côte vermeille , mon vin blanc issu de Marsanne et Roussanne était ajourné suite à la dégustation de l'ODG .



Motifs :amer , oxydé , pas net ,
ainsi soit il ... (tout les ans la même chanson )



J'ai donc représenté mon vin à l'OI
, et ceci sans avoir touché ou bougé quoi que ce soit ( mais avec une facturation en sus ) .



J'obtiens aujourd'hui l'agrément de
ce vin grâce à des dégustateurs apparemment plus avertis sur les cépages , que les dégustateurs conviés aux examens IGP de Banyuls , merci à l'OI de rendre à César ce qui est à Jules
.



Je pense que nous savons ce que nous
mettons en bouteilles , du moins pour une bonne majorité de la profession , un incident peut en effet arriver ,mais nous devons en être conscient si l'on goûte un tant soit peu sa production
.


Je considère par contre que mes
clients sont les vrais dégustateurs , qui achètent ,et en conséquence jugeront mes vins , par contre ils cesseront de s'approvisionner chez moi si
la qualité que je mets en avant n'est pas au rendez vous .



Va t'on me rembourser pour cette
deuxième présentation ?: "que nenni " ..


Se rend t'on compte du stress
occasionné par tout cela , les hypothèse envisagé à tout niveaux face à ces situations ? NON , l'exploitant doit affronter seul les décisions qui peuvent mener à l'exaspération et parfois au delà
.


Tout ceci est bien entendu non
facturable ...............



Il n'en reste pas moins que de vrais
questions sont à poser ,pour le devenir de notre profession :



- Pour les IGP Côte Vermeille , les
dégustateurs choisis , sont ils compétents et connaissent ils les caractéristiques des cépages Blancs du cru autres que : Vermentino , Grenache Gris et Blanc , Maccabeu ?


- Faut ils les éduquer
?


- Les vins de Pays , doivent ils
être dégustés comme des AOP quant à leurs qualités gustatives ?


- L'organisme l'ODG est il encore un
organisme de "GESTION" , comme sa vocation l'indique ? ou devenu un organisme de contrôle , il n’est plus à en douter puisque

Luc Charlier 18/03/2012 06:28


Le fil conducteur pour Jasmine : « And there was plenty
of room for tea .... »

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents