Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 00:09

Pouilles-060.JPG

 

Loin des ronchons qui, comme les cornichons ne se sentent à l’aise que dans le vinaigre – le singulier suffit mais je noie le poisson –, ce samedi après-midi dans la touffeur de Paris, sous l’auvent de la Grande Halle de la Villette un vent joyeux soufflait avec nos amis italiens des Pouilles, le talon de la botte comme le dit l’ami Daniele de Michele. «Les Italiens sont des Français de bonne humeur» affirmait Jean Cocteau, je confirme. L’âme de l’Italie, son sens inné de la danse populaire joyeuse d’abord la Tarentelle, connue dès le XVIIème siècle, qui s’est longtemps vue octroyer des vertus thérapeutiques, prétexte à perpétuer des danses païennes dans une Italie ultra catholique. Les créations de la danseuse et chorégraphe Maristella Martella nous ont proposé un voyage qui nous a mené dans différentes régions du sud de l’Italie à travers les rituels de cette danse ancienne.


Pouilles-022.JPGPouilles-005.JPGPouilles-008.JPGPouilles-011.JPGPouilles-015.JPG

 

Les Italiens de Paris, en dépit de la pression atmosphérique élevée et d’un mercure surchauffé, s’en sont donnés à cœur joie pendant presqu’une heure. Que du bonheur !


Tout à côté dans leur uniforme blanc, les musiciens de LA BANDA DI CONVERSANO attendaient leur heure, sous la baguette d’Angelo SCHIRINZI. Les Bandas sont emblématiques de la culture des Pouilles, elles reprennent les grands airs d’opéra. La Banda di Conversano n’a pas failli à la règle elle nous a apporté, avec ses deux cents ans d’histoire, tout le charme et les parfums de Conversano, ville d’Art et de soleil.


Pouilles-023.JPGPouilles-040.JPGPouilles-024.JPGPouilles-028.JPGPouilles-032.JPGPouilles-031.JPGPouilles-033.JPGPouilles-036.JPGPouilles-038.JPGPouilles-041.JPGPouilles-043.JPGPouilles-044.JPGPouilles-049.JPG

 

Nos amis italiens ont le sens du spectacle, à l’heure dite, ils ont traversé l’esplanade brûlée de soleil – ça ne les dépaysait guère – pour revenir en formation jusqu’à l’auvent de la Grande Halles. J’ai fait plein de photos car ensuite j’ai communié. Je suis Verdien. L’opéra italien me prend aux tripes. J’ai des frissons. Je me sens italien. Que du bonheur !


Pouilles-053.JPG

 

Après une heure d’intense émotion, banda en tête, je me suis rendu à la tente de dégustation où le jovial Daniele de Michele, tout sourire de dehors nous attendaient avec sa platine, ses verres et ses 4 vins des Pouilles (un blanc, un rosé, un rouge et une Malvoisie naturellement douce. Cerise sur le gâteau Marie flanquée de ses amis nous avait rejoints pour participer activement au jeu de Don Pasta Une dégustation musicale, un « œno-djset ». Un parcours sensoriel qui touchera l'oreille, la langue, le nez dans une interaction perpétuelle. Ce qui fut dit fut fait. Votre Taulier qui ne sait tenir à la fois un verre et un bidule à faire des photos a laissé ce soin à Marie. Un petit clin d’œil à l’ami Daniele, Marie lui offre pour enrichir sa bibliothèque musicale CHROMATICS « CHERRY »


1013105_10151758748748987_402822113_n.jpg

 photo de Marie Beauchesne — avec Rui Ferreira, à La Villette


Pouilles-050.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/07/2013 15:08


Oups, désolé. Il fallait lire "l'ère" de la velue n'est pas révolue. C'est sans doute la comédie musicale "Hair" qui m'a inspiré ce lapsus calami, et puis Juju.

Luc Charlier 22/07/2013 09:44


Allez, depuis qu’on a un nouveau roi à la cour, on peut donner libre cours à notre vulgarité légendaire, au royaume de Belgique. Et je ne suis pas à court de munitions sur ce sujet. Donc, le
Taulier, qui apprécie manifestement la « banda », je suis sûr que c’est plus devant les ondulations de la jolie Transalpine en petit « top » noir et à la longue jupe bariolée
que devant les redingotes grotesques des lourds musicos qu’il ... banda. Cette beauté, il ne lui manque que du poil à l’aisselle pour être irrésistible : l’Italienne arbore fièrement une
pilosité naturelle, noire, empreinte des senteurs du sud, presque de l’Afrique, et nous subjugue alors, nous, pauvres mortels captifs de nos sens.. Enfin, ce n’est qu’un avis. Mais :


« Lasciatemi bailare
con peli sotto l’ ascella
lasciatemi cantare
una canzone d’ItaliaLasciatemi bailareperche' ne sono fiera
sono un’ italiana
un’ italiana vera ... »


T’as raison, mon Toto !
Oui, je sais que les tristounets et les hâbleurs taxeront ces propos de sexistes, alors que c’est justement l’inverse. Ce sont les détenteurs du bon goût de
l’industrie des cosmétiques, des parfums et du glamour qui ont imposé la mode du « tout glabre ». Et ils sont souvent homosexuels, ces messieurs – ce qui ne me dérange nullement – mais
alors pourquoi s’arrogent-ils le droit de dicter aux femmes leurs préférences à eux pour qu’elles se sentent « au top » ?


Laissez pousser vos poils, Mesdames. Résonnez, tambours, sonnez trompette. L’air de la velue n’est pas révolue. Fini, le « Lady Shave » et le « Robot Chef », vive la femme
naturelle loin des produits de vaisselle ! Je suis d’accord avec l’éternellement beau Julien Clerc :


« Femmes... Je vous aime
Femmes... Je vous aime
Si parfois des sots vous épilent
C'est que, pas assez virils,
Ils ont peur
Oui, frayeurs
O... Femmes .... »


 


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents